GIVE ME THE NIGHT

Les petits enfants qui sont pauvres (et donc, qu’ont pas de chance)

J’ai descendu dans mon jardin.
J’ai descendu dans mon jardin.
Gentil coqu’licot mesdames.
Gentil coqu’licot nouveau.

Hier soir, j’étais à l’Unesco.

Ah oui, c’en est fini des soirées superficielles, désormais l’humanitaire est de mise. Alors pour faire quoi à l’Unesco, vous me demandez ?

C’est une très bonne question Michel, tu sais, puisque nulle rémunération n’était proposée pour cet event, ni sac-cadeau en repartant. C’est là qu’on comprend le pourquoi de qu’on était que 6 blogueurs.
Ah ça ! Pour foutre de la bannière et appeler aux dons y’a du monde, mais pour se déplacer au fond du 7ème, hein.

Hein.
Oui, hein.

Le charmante attachée de presse a bien proposé de m’offrir un enfant pauvre quand je m’en suis allée rejoindre mon bercail, mais j’ai dit t’es gentille, j’ai déjà un enfant riche à la maison et c’est déjà compliqué de l’habiller en Bonton, alors avec un pauvre, mon dieu !
Faudrait-il que je me farcisse Emmaüs chaque fin de semaine ? C’est trop me demander, je dois vous le confesser.

55

Mais où était donc passée Isabelle Adjani ?

Kikou les lols !

Lundi soir dernier, j’étais au Palace, pour la Générale du spectacle de Valérie Lemercier. Dès le parvis du lieu mythique, j’entendais certaines stars en décrépitude se rappeler, dans des grands éclats de toxine botulique, les fêtes d’antan en ce lieu de perdition.
Ben moi, vous m’excuserez, mais en 1987, j’étais pas née.

Toi non plus Brian ? Ca me rassure.

Avant de faire les couilloneries habituelles de SBEP, laissez-moi vous dire que qui n’a jamais vu Lemercier sur scène, n’a rien compris au vrai cynisme. Le bon cynisme.
On fait les malins sur nos blogs avec nos blagues éculées et nos expressions qu’on croit être les rois du cirque de l’Internet…

55

poil aux aisselles

Hier soir, quand j’ai voulu aller au dodo, j’avais complètement zappé qu’on avait enlevé les rideaux de la chambre. Rapport à mon déménagement qu’est vendredi.

Il faut d’ailleurs que vous me fassiez penser à arrêter d’écrire « rapport que« , car j’ai réalisé qu’une blogueuse qui ne lit pas du tout mon blog utilise de plus en plus cette expression et vu qu’elle est beaucoup plus  compulsée que moi sur l’Internet mondial, les gens y vont croire que c’est moi qu’a piqué ce tic de langage, alors que c’est même pas vrai.
Il y a assez d’injustices dans le monde pour ajouter encore une raison de se faire la guerre. On va plutôt faire l’amour, comme le préconise Francis Lalanne, ce sera plus sûr.

90