HUMEURS

Where is Brian ?


Je m’attaque aujourd’hui à une montagne, que dis-je un volcan, une légende de nos récrés de quand on était en 6ème.Parce que putain, where is Brian quoi ?

Non parce que, à force d’être depuis un demi siècle « in the kitchen », le mec si il a pas plus d’étoiles que Ducasse et Hélène Darroze réunis c’est qu’il a vraiment un problème !
Le Brian, là, s’il maîtrise pas le Magret de canard frotté aux épices, c’est que vraiment il a 2 de QI et qu’il s’est vachement trompé dans son orientation scolaire ; à sa place je ferais un procès de malade à mes parents !

Est-ce à dire que nous avons eu pour référence, depuis des années, un débile profond ?
Brian est Anglais, je vous l’accorde, mais soyons magnanimes, c’est pas toujours une excuse !
Elle est belle l’Education Nationale hein ?Ou alors, tout ça est une vaste fumisterie

J’avoue ça me laisse perplexe depuis des années, cette histoire… Attends, moi quand Mme Claudert me demandait à 11 ans, « Violette, can you tell me where is Brian ? », ben comme à l’époque j’étais plutôt sage et adepte de la pensée unique, je répondais comme une niaise à Mme Claudert « Ben…euh… in the kitchen hein ? C’est ça ? », comme vous quoi, normal.
Sauf que, depuis, j’ai quand même trouvé quelques pistes qui tendent à montrer que depuis la 6ème B, on nous prend quand même méchamment pour des cons !

Rebellons-nous, il n’est pas trop tard ! Brian n’est pas (toujours) in the kitchen, voyez plutôt :

Brian DE PALMA
Lui désolé il est plutôt « in Holywood boulevard », donc quasi intouchable, enfin je dis ça, je dis rien, il s’est quand même tapé Ellie Medeiros, donc quand même open le Brian !

Brian FERRY
Il l’avoue lui-même, il est « slave to love » c’est à dire, si on sait lire entre les lignes, parce qu’on est intelligents, il aime bien le sexe un peu spécial si tu vois ce que je veux dire, il aime les soirées un peu coquines comment te dire, c’est plutôt au 2+2 ou aux Chandelles que tu trouveras ce coquinou de Brian !

Brian MOLKO
Bon lui c’est spécial, tu peux le trouver dans pleins d’endroits différents, enfin des cliniques privées qui traitent toutes sortes d’addictions et éventuellement, sachant qu’il est ingérable tu peux peut être le trouver traînant dans la cuisine, mais je crois pas qu’il y passe sa vie non plus…

Brian WILSON
Si, si, c’était un des membres du groupe The Beach Boys, ceux qui chantaient « all the leaves are brown (all the leaves are brown) and the sky is grey (and the sky is grey) » et là c’est clair que lui ne sera pas non plus in the kitchen, mais plutôt à Oahu, Pipeline ou carrément à Lacanau, si vraiment le mec est ruiné.

Brian
Ouais, Brian tout court. Celui qui, dans la mythologie celtique Irlandaise, serait le petit-fils d’Ogma, le Dieu de la magie
Là c’est carrément l’hallu j’ai envie de te dire on est en pleine Gérardmajaxerie Houdinesque (gougeulise lecteur si tu comprends rien c’est pas une honte, on peut pas toujours avoir les mêmes références) et là j’ai carrément envie d’envisager le fait que Brian c’est le pote de Patrick Sébastien (qui, grand partouzeur devant l’éternel doit également fréquenter le Brian N°2 dans les parties fines de la Capitale, voire des endroits plus glauques mais je ne veux pas trahir mes sources) et que, donc tu le trouveras dans le plus grand cabaret, sur France 2, le samedi soir.

Je te fais pas Brian du Boys Band « Alliage », je le laisse reposer en paix, faut pas déconner avec les Légendes !

Bon, CQFD, non ?
Moi je peux te dire que le « Imagine you’re English » je vais me faire un plaisir de te le déchirer page par page et de les faire bouffer à Xavier Darcos, ça va pas mettre longtemps !
C’est dément de tromper les jeunes cons qu’on était pendant si longtemps, non ?

118

Si tu veux asseoir ton aura, de copines belles tu t’entoureras…

 

C’est important parce que, j’ai remarqué qu’il existe un type de « belle », qui ne s’entoure que d’essaims de copines moches, sous prétexte qu’elle croit, cette idiote, que sa beauté n’en paraîtra que plus éclatante aux yeux de la gent masculine.

« Que nenni », j’ai envie de vous dire.
Erreur de débutante, ai-je même envie d’ajouter…

En effet, ma théorie est la suivante : plus tu es de belles, plus on te mate, c’est l’effet ++
Si, au contraire, tu ne t’entoures que de moches, là, il y a tellement de –, que ça finit par effacer ton + !
Tu me suis, chère lectrice ? (lecteurs welcome as usual)

Pour résumer cette théorie, complexe je le concède, je dirais que t’entourer de thons n’est absolument pas valorisant, alors que fréquenter les bombes, ça participe du travail de reconquête narcissique entrepris depuis des années pour toute fille de 30/35 ans normalement constituée.
Si tu veux j’illustre pour que ce soit plus simple pour toi : est-ce que Kate fréquente des moches ? Hein ? Tu peux m’en citer une pour voir ? Ben non, Kate elle sort avec Stella, Sofia ou cette camée de Naomie, CQFD.

Quand on était étudiantes, ma meilleure amie A. et moi, on a fait l’expérience de la copine moche (mais attention hein, on l’a pas choisie non plus, c’est elle qui est venue et on ne l’a pas rejetée, c’est différent).
Mais alors, elle était vraiment moche hein !
On avait trouvé ce qui se faisait de pire sur le marché à l’époque.
C’était limite si on n’avait pas un peu honte, assises à côté d’elle à la terrasse des cafés où qu’on faisait nos études.
Bref, faut voir l’ingratitude qu’elle nous a témoignée celle conne ! Elle bavait dans notre dos, balançaient des horreurs sur notre compte, cette vipère.
Ça nous a laissé un tel trauma, que la moche, maintenant, on lui dit non merci, passe ton chemin, plus jamais ça !

Je vais donc te donner quelques avantages à ne fréquenter que des belles, et tu verras comment ta vie va changer lectrice ! (ça s’applique aux garçons, juste je vais pas le répéter à longueur de billet)

petit un) Déjà la belle ne te piquera jamais ton mec becauz’ elle en a déjà un, voire 2 ou 3 si elle est belle + salope (ça arrive).

petit deux) La belle te dira toujours que « mais si t’es belle, ça se voit pas » quand t’as un bouton au milieu du front, alors que la moche (aigrie par nature) se fera un malin plaisir à le hurler à la face du monde des fois qu’on l’aurait pas bien vu.

petit trois) La belle, ça ne la gênera pas de t’accompagner dans un endroit über branché de la Capitale où il n’y a que du top Russe de 15 ans, parce que vu qu’on est belles, on fait pas tâche du tout !
Alors que si tu y vas avec la moche, elle se verra refuser l’entrée et n’hésitera pas à te faire passer pour la pire salope si tu ne restes pas solidaire. Total, t’as raté une pure soirée !

petit quatre) Enfin la belle ne te colle jamais la honte dans une soirée remplie de jolis garçons.
La belle est classe, digne, lointaine et un peu hautaine, tellement c’est son quotidien.
La moche, elle, ne se faisant sauter que très rarement, elle va t’allumer tout ça d’une façon qui va en devenir gênante pour toi vu que, dixit Jean Jacques Goldman « ça fait bien loin que personne ne la touche ».

Voilà mes chéries, vous allez vite me larguer les copines moches qui vous collent aux Converse depuis trop de temps.
Ne prenez pas de gants : un sms du genre « je ne t’aime plus, bye » suffira.
Non, nous vous n’êtes pas inhumaines, croyez-moi sur parole, ils vous bavent dans le dos depuis trop longtemps ces vilains crapauds…

NDA : Je remercie de tout cœur Arno, pour l’illustration qu’il m’a offerte sans contrepartie, juste pour me faire plaisir (je veux dire par là, j’ai pas dû coucher ni payer pour l’obtenir, ce qui devient de plus en plus rare dans le chaud bise, je me devais de le souligner).
Je rajoute que je suis ravie qu’il ne laisse plus moribonder son blog, que je trouve hallucinant de pouvoir motiver des personnes à faire des trucs, moi qui suis la reine des feignasses.

55

La WAG ou la femme de Footeux, comme on préfère…

 

Le nouveau terme qui nous vient de la perfide Albion, pour désigner les femmes de footbaleures, icônes de ce qui se fait de plus con et de plus décérébré, est WAG : Wifes and Girlfriends.
Littéralement, femmes et petites amies, dans la langue de Molière (pas Romain Duris, le vrai).Quel est donc l’intérêt de ce billet linguistique, du même acabit que « where is Brian ? » (in the kitchen, pour vous éviter de chercher dans toute la maison), vous demandez-vous ? Je vous réponds : aucun, rassurez-vous…

C’est juste pour vous donner un petit mot à placer dans les dîners entre copines, quand vous vous mettrez à parler de la tête de limande de Victoria Beckham ou, quand vous évoquerez la rumeur de l’hiver dernier comme quoi Véro, femme de Zidane, aurait été, comment dire…cocue, quoi….Pour vous, les garçons, c’est pareil, quand vous commenterez les résultats de la ligue 1, affalés sur le canapé en velours marron élimé de votre pote Régis (celui qui est un con), votre 16 à la main et que vous pourrez dire, l’air dégagé « Pff, y’en a marre de la surmédiatisation de toutes ces WAG », là vos amis vont vraiment halluciner et vous idolâtrer secrètement.

Oui, vous ne serez plus simplement un beauf ! Ce jour-là, vous deviendrez un über beauf grâce à moi, et ça change carrément tout !Si vous voulez pousser le débat un peu plus loin dans la soirée, sachez donc que la WAG par excellence n’est pas Victoria Beckham, comme on pourrait le croire aisément, ni Adriana Karembeu d’ailleurs, non, non, non !!!

Excusez-moi, mais je suis en train de me souvenir de la honte suprême, tombée sur un ami très cher, quand il s’est retrouvé dans la même pharmacie qu’Adriana, à Neuilly, pétrifié d’amour devant la déesse, et que le pharmacien a gueulé « c’est un thermomètre anal que vous voulez ?» et que lui, il n’a pu que répondre « non mais c’est pour ma fille, hein, c’est pas pour moi, elle a de la fièvre », vous imaginez le double grillage devant la Karembeu ?
(histoire véridique qui pourra vous être confirmée par écrit sur simple demande par imèle)

Donc, non, la pure WAG, c’est la fiancée de Wayne Rooney, enfant de Liverpool just like the Beatles, j’ai cité Coleen Mc Loughin, super connue en England et surtout super trash & pouf !

Z’allez me dire que Victoria est pouf aussi. J’acquiesce, mais Coleen est une pouf jeune, qui porte des joggings en éponge fuschia et qui fuck everybody becauz’ elle a touché le jackpot… Donc, voyez la nuance hein ? (si non, ben essayez quand même de la voir, je veux pas m’éterniser sur le sujet)

Voilà donc je ne vous colle pas la photo de la Coleen, vous chercherez vous-même dans gougeule, (le velours éponge ne va pas au teint de ma ligne éditoriale), histoire que vous puissiez la reconnaître dans les tribunes quand vous regarderez le match dans le poste et non, on ne me remercie toujours pas, mais par contre, on me vénère !

N.D.A : Si vous doutez de l’utilité Fashion de ce billet, je vous signale juste que que la WAG était vaguement évoquée dans le « Elle », cette semaine, alors faites pas les fines bouches, je vous analyse le dernier concept early hype, faudrait voir à pas trop pousser non plus…

 

28