mars, 2016

20 nouveautés from VPC

Salut les cagoles (si, je vous vois avec votre jupe ras le presbytère !).
Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais mon blog était tout cassé pendant 24h ; ça m’a créé bien du tracas, comme si j’avais besoin de ça en ce moment, en plus de mes problèmes capillaires
Enfin j’ai pris sur moi, et me revoilà avec une petite sélection des nouveautés chez La Redoute, parce que ça faisait longtemps, et puis je sais que vous aimez bien ça (je rougis, vous me complimentez beaucoup trop en ce moment).

Au programme, plein de jolies réjouissances printanières : la chemise en vichy que je vous montrerai bientôt portée (3), des sandales hautes de toute beauté (6), un tee Cocorico (5), un pantalon de garçon (11), une besace en cuir qui ressemble grave à ma Sessun mais qui coûte trois fois moins cher (16) ou encore un body sexy (19).

Cherry on the Moderie, il y a -30% sur toute la mode jusqu’à lundi avec le code 45888.
nouveautes soft grey

1. Robe chemise imprimée | 2. Escarpins kakis | 3. Blouse à carreaux vichy | 4. Chèche imprimé | 5. Tee-shirt manches tricolores | 6. Sandales à talons hauts | 7. Veste esprit marin

10

H.I.P H.O.P

trench en peau

Ah ah ah, vous me faites rire. Non, je n’ai pas fait de permanente depuis mon article d’hier – que vous êtes sottes -, c’est juste que ces photos ont été prises quelques jours avant mon grand bouleversement capillaire.

Bon. Si j’ai la collectionnite aigüe des blazers, des chemises rayées et des chaussettes qui brillent, j’ai aussi un gros béguin pour les blouses Ba&Sh. J’en possède désormais un nombre conséquent – pas encore au niveau des boules à neige de Cyclamen, mais j’y travaille (je suis la ruine).
Elles tombent parfaitement, j’adore la matière en crêpe assez lourde et elles ont toujours un petit truc en plume (hein ?), en plus, pardon.
Voilà la petite dernière. Elle s’appelle Sydney. Elle est (H.I.P) à shopper par ici*

* Eighties Represent !

13

Fille perdue, cheveux lisses

lissage bresilien

(J+6 – séchage à l’air libre)

L’heure est grave.
Si vous me suivez sur Instagram (Non ? => virés), vous connaissez déjà la nouvelle de la décennie : j’ai fait un lissage brésilien.

Il y a une dizaine d’années, après s’être fait opérer de la myopie, un ami m’avait confié avoir fait une mini déprime après coup : il n’avait plus le choix entre voir et ne pas voir, désormais il voyait tout le temps et ça le déstabilisait complètement. Cet épisode m’avait interpellée, parce que c’était une époque où j’hésitais à sauter le pas concernant cette opération, et je me suis dit que j’aimais bien ces moments où j’étais dans le flou, dans ma bulle, où je ne percevais pas le regard des autres. Je suis restée myope.

Je vois un gros parallèle avec mon hésitation à sauter le pas du lissage brésilien, dans le sens où il n’est jamais simple de faire le deuil d’une situation connue depuis toujours (même si, en l’espèce, la mort de la frisure est éphémère).

61