septembre, 2013

2 minutes 35 de bonheur

monoprix coffret surprise

Moi j’aime pas les boites. Enfin, j’aime pas les boites où on s’abonne. C’est l’arnaque.
En revanche, j’aime bien le concept de boite « surprise » où on ne s’abonne pas – saisissez-vous la nuance, amies nuancières ?

Hier, alors que ma fille reprenait le chemin de l’école dans une jolie robe blanche (marron, le soir), j’ai reçu un coffret surprise de la part de Monoprix avec plein de bidules à glisser dans mon cartable de grande écolière.
Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé dans ma tête (pourtant je n’ai pas mes règles ?), mais j’ai presque pleuré de bonheur en découvrant ces trombones argentés que je n’utiliserais sûrement jamais. Mais, comme je dis toujours, l’inutile est le berceau de la félicité. Et puis, je peux toujours les détourner en barrettes…

30

Le burger du Dépanneur

burger le depanneur

Après un mois passé en Méditerranée à enquiller les seiches à la plancha, je vous dis pas cette envie de gras. Heureusement, eamimi (docteur es burgers de la capitale) était là pour me traîner jusqu’à SOPI manger du FAT.
« Encore du burger ?!« , ne manquerez-vous pas de ronchonner. Est-ce que je vous fais des réflexions, moi, quand vous compulsez une énième paire de boots noires ? Non.

Le Dépanneur a des allures de Diner US – toiture métallique et intérieur en bois comme dans une petite cabane au Canada #hihi – mais surtout on y trouve du burger plus que savoureux. Je vous raconte.
Le Classic Burger ci-dessus se compose d’un bun parfaitement cuit (croustillant dessus/moelleux dessous), de viande tendre à la cuisson totalement maîtrisée, de cheddar, d’oignons caramélisés, de bacon bio, de guacamole maison (on n’a jamais trop de FAT, non ?), de laitue, de tomates, de pickles et de mayonnaise maison. Putain, c’est bon.

23

Rangée, dérangée.

cabas vanessa bruno

Salut la jeunesse, c’est moi (Violette).
Avec tout le soleil enquillé cet été – je crois que j’ai un peu abusé des vacances – ce sont mes cheveux qui ont trinqué : avouez que je ressemble désormais à un écureuil.
Passer ma vie à manger des glands ne m’emballe pas outre mesure alors dring dring je vais vite appeler Michel, ne paniquez pas.

A part ça, c’est bientôt la rentrée des classes (ah oui ?), alors j’ai voulu marquer le coup avec un outfit de circonstance, ambiance jeune fille rangée. Rangée oui, mais pas dépressive pour autant grâce à 1/ du jaune (mais pas cocu) 2/ des sandales ouvertes (mais pas cagoles) 3/ une chevelure écureuil (mais qui mange pas de glands).

On récapitule ? Un short noir un peu large, une chemise blanche fluide, un rongeur au pelage flambloyant, de la fidélité au bout du bras et de la corde, qui sent encore bon l’été, aux pieds. Elle sent pas trop la win cette rentrée, sans déconner ?

29