novembre, 2012

Isabelle Adjani wears Steinunn

Toutes les bonnes choses n’ont pas forcément de fin (ET NON, NOUNOUILLE !), puisque je ne vous avais pas tout raconté en matière de moderie islandaise. Certes, vous avez déjà bien ri en Kron by Kronkron, mais comme j’ai quand même ma petite fierté, je vais aujourd’hui envoyer valser les motifs hasardeux du Grand Nord pour enfiler du stiletto de créateur et de la fourrure à 10 000.
Le come back d’Isabelle Adjani, c’est right now.

Lors de notre séjour à Reykjavik on s’est rendus dans le Fishpacking District, où crèchent quelques créateurs islandais plutôt pointus, mais néanmoins charmants – on n’est pas chez Colette quoi…

25

Quatre fois miam

J’étais partie dans un grand élan de review instagram, et puis… et puis… plus le temps passe et plus j’accumule des photos sans queue ni tête, qu’il va falloir relier les unes aux autres avec des chapeaux et des enchaînements de paragraphes savants et compliqués. J’ai eu la flemme. Tout comme la moitié paresseuse d’entre vous qui peine beaucoup dès qu’une photo est accompagnée d’une phrase au subjonctif : ON VOUS CONNAIT (on sait même le nom de l’école de tes enfants).

Mais comme le mois dernier j’ai testé 4 restos parisiens qui m’ont laissée particulièrement joyeuse de l’estomac, j’ai pensé qu’un lundi gourmand ne bousculerait pas tant que ça nos habitudes fashion. Je vous fais donc le résumé de ces adresses à tester impérativement (on sait le nom de l’école de tes enfants ET la couleur de leurs écharpes), si vous ne les connaissez pas déjà amis trendsetters.

27

Thursday wear

Comme je dis toujours, si tu n’as pas envie de faire d’efforts, ce ne sont pas les efforts qui te donneront envie d’en faire, et c’est ainsi que le jour de la Toussaint j’ai adopté le minimum syndical en matière d’outfit et de tous les artifices qui vont avec.
C’est très bizarre, vous savez, mais à chaque fois que j’oublie de passer une seule dent de peigne dans ma chevelure anarchiste, tout le monde me dit « Tu es drôlement bien coiffée aujourd’hui » (si ça se trouve les gens me prennent pour le sosie officiel de Kurt Cobain).
Devrais-je en déduire que toutes ces années de brushing n’auraient servi qu’à muscler mon bras droit ?
Dois-je leur avouer que ce qu’ils prennent pour un parfait wavy n’est que le fruit d’un shampoing/brushing de la veille, et que la nuit est passée par là pour anéantir tous mes efforts de raideur absolue dans un ballet matinal de boucles aléatoires ?

28