janvier, 2012

Mosquito

J’ai acheté un ciel de lit rose Cartland à Cyclamen pour Noël. Elle adore, et je ne sais pour quelle raison obscure elle appelle désormais son lit « sa moustiquaire ». Depuis 10 jours, elle se prend donc pour Karen Blixen. Plus tard elle aura une ferme en Afrique, c’est sûr (mais hors de question que j’aille l’aider à traire le manioc, je ne suis pas du tout travaux de la ferme génétiquement parlant).

Bref, chaque jour apporte son lot d’émerveillement et de questionnements en tous genres quant à la fameuse moustiquaire de princesse.
Ce matin, alors que je bataillais avec le fer à lisser tombé en équilibre sur la cuvette des toilettes (j’ai failli faire un Claude François), Karen Blixen a demandé « Je comprends pas. Comme il y a des petits trous pour l’oxygène dans la moustiquaire, les moustiques peuvent passer à travers, non ? »

33

Variations sur le même thème (le vernis)

Comme promis hier, dans ce teaser/happy new year un peu fou fou, voilà mes ongles peinturlurés au fluorescent. Afin de débuter l’année loin de toute discrétion, j’ai décider d’envoyer valser la monotonie et de me faire les mains. Ca vous fera les pieds (je suis le LOL).
Pour parfaire ma nouvelle attitude 2012, qui dit merde aux coloris tristounes que je chéris tant, j’ai agrippé ma nouvelle pochette Zadig & Voltaire, joli cadeau de Santa Claus aka Forzieri, édition Noël 2011.

Je vous rassure, ce tic de la doublette manucurée a été abandonné dès lundi matin. Je n’ai aucune intention de passer pour une sorte de La Tourette au féminin au travail.
Il n’empêche que j’ai été agréablement surprise par le vernis Debby (le vert) : il est très facile à appliquer, brillant et une couche suffit (même si ici il y en a deux pour les besoins scénaristiques). J’avais peur, en l’enlevant, de me retrouver avec les ongles à Hulk. Pas de mauvaise surprise non plus, de ce côté-là.

34

Pourvu qu’elle soit douce

Une fois n’est pas coutume, je voulais vous souhaiter une bonne année et puis finalement, dimanche soir, je me suis retrouvée complètement désenchantée. Ce petit air chafouin qui donne, genre, j’ai pas envie de retourner à l’école demain.
Je ne sais pas si c’est la pluie, ce putain de début janvier qui annonce un bon gros boulevard hivernal ou bien encore mon horoscope 2012 qui me prédit Saturne au cul ou je ne sais plus quoi comme hérésie stellaire (mais c’est un truc très grave en tous cas).
Vous allez me dire, allez ma grosse, t’as sûrement des bonnes résolutions de début d’année qui vont te motiver à passer ce cap désenchanteresque, non ? Pas trop, les amis, pas trop : je ne suis pas du tout « résolutions » de l’attitude. J’ai cessé depuis lurette de me faire des promesses que je ne tiens jamais. Je suis si politicienne, finalement.

35