mars, 2010

Deuil 2.0

les-bigoudis-en-savon

Les amis, sortez les mouchoirs et les mandolines. C’est dimanche, c’est l’heure de la nécro que je n’aurais jamais voulu rédiger.
Vendredi après-midi, l’HDA me passe le coup de fil à un ami et me sort, tout de go « Tiens, je suis en train de rédiger un billet pour dire que je m’en vais. J’arrête la bloguerie. »
Vous dire que c’était une surprise serait vous mentir, puisque je sais bien qu’elle en avait plein la (fausse) blondeur de tous les fils informatiques. Ecrire, elle aime toujours ça. Le support, un peu moins. Comme je la comprends…

Malgré tout, quand j’ai vu son article s’afficher sur mon écran, ma sensiblerie n’a fait qu’un tour. Il faut dire que nous autres, les Cancer, on est très fragiles émotionnellement parlant. C’est pas moi qui le dis. C’est mon esthéticienne.
Son départ signe la fin d’une époque, de notre époque car si la vraie vie n’a rien à envier aux relations épistolaires 2.0, il reste que c’est grâce à nos blogs qu’on s’est rencontrées, l’HDA et moi.

44

Issey haut !

Issey Miyake backstage

Les nuggets, face à cette pénible impression de pénétrer dans une agence de voyages depuis le début de la semaine, aujourd’hui ça va changer. Virons carrément de bord vers des cieux modesques, même. Soyons « couture« , quoi !
Ce matin, y’a Shiseido qui m’a conviée dans le backstage du défilé Issey Miyake car c’est la marque qui maquille toutes les mannequines du show nippon. Dur.

Dur, parce que ce n’est pas si évident que ça de se sentir comme un gros boudin de bon matin, face aux hordes de bombes à moitié à poil qui m’entouraient. J’ai tant bien que mal essuyé deux ou trois larmes de rage, empoigné mon appareil de photographie et serré les dents. Il est de bon ton de montrer visage impassible pendant la fashion week… (ça lul moyen cette affaire)

32

Jordanie #3

un ane à Petra

Les copains, je ne sais pas du tout comment vous amener la chose au sujet de Pétra. Je veux dire ça faisait longtemps que je souhaitais visiter cette cité, inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Pourtant, les éléments ont joué contre moi jeudi dernier. Et aussi, j’ai réalisé que les pierreries me transportaient beaucoup moins que le silence du désert, c’est ainsi. Et c’est un peu honteux, je sais bien.

Sachez qu’en Jordanie, en hiver, il pleut genre un jour par mois. En février, ils avaient choisi jeudi, juste le jour où j’allais voir Pétra et quasi mourir. Les bâtards !
Il n’empêche que cette cité troglodytique, créée dans l’Antiquité puis occupée par les Nabatéens (excusez-moi, je sais que ça craint de ne pas placer le mot « ASOS » au moins une fois dans la semaine sur un blog de fille) est tout bonnement hallucinante. Il reste que le soleil n’était pas au rendez-vous et que ça a un peu foiré notre idylle d’un jour…

55