juillet, 2009

J’aime tellement Proust…

salade

Euh.

Disons que, récemment, j’ai trouvé un mail dans ma BAL pour que je fasse la promo d’un truc (les gens sont d’un sans-gêne). Curieuse de confession et interloquée par le titre, j’ai cliqué sur la vidéo…

Au départ, comme je suis méfiante, j’ai cru à un fake ou pire, que Les Inconnus des 80’s étaient revenus. Et puis non, finalement. Pascale Borel est une vraie gens qui chante (un peu faux) et qu’a fait un clip trop super.
Et même qu’elle explique, tout ça l’histoire, pour qu’on comprenne mieux le concept :

« Tourné en juin 2009 en studio et dans le Bois de Vincennes, le clip de « J’aime tellement Proust » mélange prises de vues réelles, collage virtuel et effets spéciaux.
Il est truffé de références à la « Recherche du temps perdu » et aux lieux et personnages réels qui l’ont inspirée, de l’église d’Illiers-Combray jusqu’à Robert de Montesquiou, en passant par Sarah Bernhart.
 »

55

Brian is in the Vercors

balancoire

Les aminches, c’est la grosse coolerie en ce moment sur SBEP, mais c’est pas de ma faute because que je suis en campanule avec Cyclamen ! C’est pour me remettre de mes histoires de jetlagerie, et crois bien que y’a du boulot.

Impossible de wake-uper avant 11h du mat’, et c’est ma progéniture qui manque de « go go » à tout instant tellement qu’elle crève la faim en matinée.

21

La fin du voyage…

yankees

Brian me demande si c’est pas bientôt fini les récits new yorkais parce qu’il voudrait bien que je me remette à causer de sa corne aux pieds. J’ai dit : « Dis donc, Brian, depuis quand ce sont les petits morveux qui font la loi sur SBEP ?« 

Il est reparti dans son terrier sans piper mot consent…

J’en ai presque fini de mon odyssée, mais je voulais vous faire partager ces derniers moments qui ont été les plus forts émotionnellement. Et dieu sait que je suis plutôt glaçon de l’attitude, habituellement.

Figurez-vous, les copains, que je suis allée voir « Chicago » à l’Ambassador Theatre, lors de mon séjour à New-York. C’est donc toute excitée que j’arrive là-bas et que je vois ça, sur la façade :

30