décembre, 2007

Chez Sylvain, y’en a même qui disent qu’ils l’ont vu voler

dubonnet.jpg

Bon, comment t’expliquer Sylvain ? C’est même plus du bar-cabaret atypique, autant te le dire tout de suite, c’est du concept ! Déjà, Sylvain. Donc, « Chez Sylvain* », c’est vraiment chez Sylvain. C’est pas un nom pour faire genre on se la décale populo, non, non. C’est du sang pour sang Sylvain que Johnny Hallyday l’aurait pas renié. Enfin, Sylvain, faut le savoir, il est toujours bourré. Tu vas me dire, c’est un pléonasme quand tu gères un bar. T’as pas faux.

103

Les Polly Pocket, le jeu où c’est compliqué d’être une mauvaise mère

britney2.jpgTiens, mais dis-moi, ça ferait pas un laps de temps assez infini qu’on aurait pas causé de Cyclamen ici, à tout hasard ? Si hein ? Tu vas répliquer que tu t’en tamponnes rapport que t’as pas de mômes ou bien que la blogofille c’est pour voir du jean large ou du produit envoyé par BuzzParadise jusqu’à l’agueusie. Ouais ben, c’est comme ça. Je claironne que je fais au moins plaisir à un lecteur : Grenouille. Bon. Donc. Comment qu’elle va Cyclamen ? Ben écoute, elle est toujours blonde. Elle est toujours chiante. Elle compte en Anglais et elle oublie le « ten ». La routine quoi. Récemment, je l’ai mise aux Polly Pocket. Ouais, le Club de la Bourse, ils m’ont dit qu’elle était vaguement trop jeune encore. J’ai pas insisté. Et puis lire Finkielkraut dans le texte, ça lui colle des migraines. Alors koitesse la Polly Pocket ? A la base, c’est un jouet. Dont l’utilité première, pour le parent, est d’avoir la paix. Sauf qu’en fait non. Je préfère te le dire, c’est un nid à emmerdes cette affaire ! Ce sont des mini poupées en plastique. Moches. Et un peu putes itou, faut bien te l’avouer. Et après t’as le lot quotidien de vêtements, d’accessoires, de poneys, de maisons, de voitures et tout le tintouin qui te pousse à investir pour que ces niaises passent pas la moitié de leur vie à poil dans une chambre d’enfant. Bien foutu, le concept. Sauf que dès le départ, c’est pas gagné. Je sais pas pourquoi y’a un tintouin de fils de fer entremêlés qui rattachent le jouet au support en carton, qu’il te faut limite une tenaille pour réussir à extirper le jeu. C’est limite bondage que ça devient malsain leurs conneries. La problématique : Tu rentres du bureau exténuée de ton surf bloguesque, tu balances le jouet à la tête de ta gamine en lui disant « t’as noté comme maman est grandement affable, que c’est même pas Noël que t’as un jouet de complaisance alors que y’a des mômes qui dorment à 15 dans 10 m2, sans housse de couette 220 x 240 ? » Ouais, t’as noté. Ben tu joues maintenant. Sauf que non. Comme narré plus haut, t’avais oublié le barbelé. Donc tu cisailles. T’as déjà perdu 10 minutes. T’es vert, je te confirme. Plus tard, arrivent les questionnements hautement philosophiques de la part de l’enfant. Et pourquoi que elle, j’arrive pas à lui mettre les lunettes de soleil ? Ouinnn, j’arrive pas à l’asseoir sur le poney ! Où qu’elle est la deuxième bottine rose de la dame ? Maman, tu lui fais des tresses je sais pas faire, et caetera, et caetera. Oui, faites des mômes qu’ils disaient. Conclusion et avis personnel : J’ai décidé que la Polly Pocket, c’est de la merde. Le meilleur investissement est et restera le DVD. Soyons lucides, commenter toutes les 10 minutes que oui, Dora est montée sur la colline, et qu’elle est vachement forte, allongée sur un canapé, ben tu m’enlèveras pas de l’idée que c’est nettement plus confortable que d’enfiler des bottes de gogo danseuse à de vilaines poupées. Quand je me prends à penser qu’aimer c’est toucher les ailes des oiseaux, je me dis que les dégâts de l’absinthe peuvent être irréversibles. Teaser : La prochaine fois, tu apprendras pourquoi Cyclamen, cette exquise esquisse et délicieuse enfant, affectionne les épinards, mais pas la salade verte.

124

Le sujet épineux : comment se rendre à la selle avec grâce lors d’un premier week-end romantique

toilettes.jpg

Crois-moi que la tâche est rude aujourd’hui.
Crois-moi qu’il va nous en falloir du talent pour rester classe face à la thématique imposée.
Allez, tentons le challenge, j’ai envie de te dire. Nul n’est prophète en son pays. Ou assimilé.

Donc, face à cette problématique universelle que si tu me fais croire que t’as jamais été confronté au dilemme c’est que tu fais rien que d’inventer, je vais tenter de dresser les différentes solutions qui s’offrent à toi.
Et parce qu’il n’est jamais vulgaire d’appeler les choses par leur nom maintenant que nous avons quitté le CE2 donc, quid de comment/où faire caca lors d’un premier week-end romantique.

Je choisis ici l’angle du week-end dans un hôtel de standing plutôt sympa. Tiens, par exemple, prenons le Normandy à Deauville (pour l’avoir testé) et notons que c’est pas parce que tu montes en gamme que, paradoxalement, les toilettes s’en trouveront plus éloignées du lit.

L’option n°1 : Tu te retiens pendant 48 heures.

Là, on est d’accord, on l’a tous fait.
Sauf que bonjour le mal au ventre que t’es quasi pliée en deux en fin de week-end. Qui plus est que t’as peut être fait de la prouesse acrobatique, rapport que t’as sûrement pas choisi un week-end menstruel si t’es pas une dinde.
Avec l’expérience, je te déconseille. Le deuxième jour, tu vas plus penser qu’à ça et ton mec va finir par croire que t’es chiante. Ce qui est sans doute vrai, mais tu n’as pas à le dévoiler avant 3 ou 4 bons mois.

L’option n°2 : Tu y vas franco.

Tu vas arguer que ouais, mais c’est pas très féerique comme attitude. Certes, mais c’est un peu la vie, non ? Tu vas pas te provoquer une occlusion intestinale pendant toute la durée de la relation, ça ferait désordre avec la Sécu qui décèlerait illico les anormalités de cette itération aberrante.
Donc, tu y vas et t’assumes. Sauf que y’a des astuces.

1) Si t’as la chance que les toilettes soient intégrées à la salle de bains, je te dis lucky you ! Déjà tu peux faire couler tous les robinets en même temps + en fin de parcours, tu peux asperger l’endroit de tout ce qui te tombe sous la main. Qui de ton déo, qui de ton eau de parfum, qui de tous les échantillons offerts par la maison sur la tablette du lavabo.
Okay, on sera peut être dans une sorte d’annexe du Séphora des Champs Elysées, mais l’honneur sera sauf.

2) Si les toilettes sont en dehors de la salle de bain, là, t’es un peu mal, mais on est dans l’option 2 où tu assumes, donc te plains pas. Le seul truc à te conseiller c’est de tapisser le fond des toilettes de 3 rouleaux de PQ pour étouffer le bruit.
Tu sais que je dois être con, mais je tiens ce stratagème de mon ex mari. Et même que lui, au bout de 8 ans de vie commune, il continuait à le faire. Tu crois pas que j’avais autre chose à foutre que de coller mon oreille à la porte de nos chiottes, sans déconner ? Je te raconte pas non plus le budget PQ du ménage, tu serais effarée.

L’option n°3 : Tu biaises.

Si tu n’as pas envie d’y aller franco car tu es plutôt timorée et chicissime de ta personne, mais que tu ne veux pas risquer l’occlusion pour autant, une solution intermédiaire s’offre à toi : le bar ou le restaurant.
Là, rien de plus simple, tu t’éclipses, le mec pense que tu vas faire ton petit pipi, et pof, tu te soulages.
C’est de loin la solution la moins stressante car tu n’as besoin d’aucun subterfuge. Tant pis pour la nana qui passe après toi, tu la reverras jamais.

Le seul contre-temps serait le trip que vous êtes tellement fous que vous ne quittez pas la chambre pendant 48 heures, assoiffés l’un de l’autre que vous êtes. Le room-service sera alors ton pire ennemi et notons-le, clairement, tu serais dans la merde.

P.S. : Je te prierais de rester élégant dans les commentaires, on est pas chez Alexiane. En te remerciant.

167