septembre, 2007

Le soir où Vincent Delerm a bu un cocktail avec de la Suze dedans…


Hier soir, je suis allée pré-drinker (oui, c’est le nouveau terme pour désigner un apéro, notion devenue complètement has been depuis 15 heures environ) avec une amie.
Ce qui est bien quand tu pré-drink le lundi soir, c’est que déjà c’est le début de la semaine, mais surtout, c’est le lendemain du dimanche et le surlendemain du samedi où, en général t’as abusivement pré-drinké, drinké voire post-drinké et que donc, autant cumuler une bonne fois pour toutes et après on n’en parle plus, tu es serein tout le reste de la semaine.
Voilà.

Donc, hier, nous étions bien lundi et mon amie S. me demande si éventuellement, pour une fois, je pourrais pas être feignasse et comme qui dirait venir la chercher à la sortie de son bureau rapport qu’en général c’est toujours elle qui se déplace sauf que comme elle a un vélo j’ai répondu t’abuses quand même, mais exceptionnellement, je veux bien, car nous sommes lundi.Bon, et là, on a choisi de pré-drinker au Bar Cacahuète qu’est un bar genre comme sur le Canal Saint-Martin rapport que c’est coloré pareil pour faire genre « bonjour les gens, je suis un bar de bobos, on est cool » sauf que déjà y’a moins de bobos et que même si y’en a, ils sont moins cons.

Donc, c’est bien.

Alors, tu vas me demander pourquoi que ce bar il s’appelle « cacahuète » ? Y’a une thématique ou bien ?
Je te réponds que je ne saurais guère te renseigner et que si c’est juste rapport aux « vraies » cahouètes dans des petits paniers en osier que le patron te donne, y’a limite de l’abus coz’ que le concept est galvaudé.Comme on était lundi, je te fais un rappel, on s’est donc installées au bar.

J’ai demandé au patron s’il pouvait gracieusement me préparer une Vodka Suze s’il vous plaît et là, y’a Vincent Delerm qu’était à côté de moi au bar mais que j’avais pas capté en arrivant tellement j’étais captivée par les leggings gris de S. qui m’interjectionne :
« Une Vodka Suze ? C’est terrible je ne savais pas que ça existait un truc pareil ! »
J’y réponds que « ouais, j’ai lu dans les Inrocks dans la rubrique « ça va, ça vient », tu sais la rubrique où qu’ils te disent ce qu’est pré-buzz, buzz, hype et tout le tintouin, que la Vodka Suze, ben c’était le gros retour de hype »

« Moi tu sais, les Inrocks… » qu’il dit l’air mystérieux

????!!!!
Tu m’étonnes comme ils se sont foutus de sa gueule, il va pas valider le canard le mec.

S. me dit paniquée qu’elle ne connaît pas du tout le répertoire de Delerm et que ça va craindre niveau conversation.
J’argue que moi non plus, je préfère Bénabar mais que tu vois pas qu’on va se le coltiner toute la soirée de toute façon, donc qu’elle respire et qu’elle baisse son legging qu’avait remonté au dessus de son mollet gauche…Vincent, il dit : « je vais me laisser tenter je crois, rien que le nom c’est sympa... »
Bon, je t’avoue qu’il a pas un grand niveau rapport au vocable, mais en même temps, il a pas tort, la Suze c’est so « old school« , moi ça me fait craquer, même si j’aime pas ça !

Ouais, bon, après, c’est pas tout ça, mais comme on est lundi, ben le concept c’est pas de s’éterniser, donc on a glissé un au revoir à Vincent, au patron, aux bobos pas trop cons et on est rentrées, sans passer par le sex-shop à Pigalle car il faut faire un détour dans ce cas-là et c’est pénible.

Plus tard, y’a mon amie A. qui bosse dans une chaîne de télévision cryptée mais que je peux pas dire laquelle qui m’appelle.

Je lui demande quoi de neuf.

Elle me répond qu’elle a vu Brad Pitt et aussi Angelina, mais de loin, et que même dans le clair-obscur, elle est trop maigre.

« Et toi ? » qu’elle me retourne la question.

« J’ai vu Delerm » j’ai dit, « mais par contre il a bu une Vodka Suze grâce à moi ! »

« Ha… » qu’elle a répondu.


Bar – Restaurant Cacahuète

Square Montholon

1, rue Pierre Semard

Paris 9ème

91

La problématique du tampon. C’est à dire quid de l’applicateur ?

Bien avant d’amorcer ma théorie implacable du bien fondé de l’usage de l’applicateur, j’aimerais exposer ici mon scepticisme, voire mon incompréhension totale face aux jolies métaphores dont usent et abusent les gens du marketing chez Tampax et consorts.

En effet, pourrait-on me préciser aujourd’hui quelle est la différence entre un tampon qui s’ouvre « en soleil« , « en corolle » ou bien encore « en tulipe » ?!?
Tu penses que je visualise très bien l’idée forte qu’on essaie de nous faire passer hein ? On comprend, sauf si on est esthéticienne forcément, que le truc ça va pas être un parallélépipède ou un triangle isocèle, non, non, le tampon, il va s’ouvrir tout bien pour épouser la forme de notre intimité, ça c’est bon.
Maintenant, si on doit vraiment faire un choix, my God, quel dilemne !

« Chéri, tu peux m’acheter des tampons chez Monop’ steup’ ? Je vais bientôt avoir mes menstruations et je suis en rade de matos ! »
« Bien sûr mon coeur, je te prends les « soleil » as usual ou bien tu tentes les « corolle », c’est bientôt l’hiver, non ? »
….. Oui, n’importe quoi, toi !Bon je disais quoi moi ? Oui, le tampon avec applicateur vs le tampon sans applicateur.

Thèse :
L’applicateur c’est bien.
Un, c’est vachement plus hygiénique coz’ que tu mets pas tes doigts sales dans ton intimité et ça c’est quand même rudement une règle de base.

Je dis pas que t’es une foraine hein ?Seulement, si un jour t’as la tête en l’air et que t’oublies de te laver les mains avant d’opérer le changement de tampon dans les toilettes de ton bureau et que t’as les doigts tâchés de feutre orange, ou encore si t’es dans un troquet de quartier où la robinetterie n’a pas été réparée depuis 1976 et que donc, pour faire court car la phrase est assez longue, y’a pas d’eau courante, et ben là, l’applicateur sauve ta réputation de fille, facile certes, mais toujours impeccable.

D’un point de vue ludique, c’est rigolo l’applicateur.
Finalement c’est comme une seringue sauf que t’as pas de vaccin à l’intérieur et entre toi et moi, est-ce que c’était pas l’überkiff quand on jouait au docteur à la maternelle, avec la petite mallette et la blouse blanche avec la croix rouge dessus, hein, la vérité ? Je le vois que t’es en train de savourer cette petite madeleine que je t’offre de façon anodine, mais néanmoins de bon coeur !


Antithèse
:
Le truc déplaisant avec le tampon doté d’un applicateur, c’est que t’avoueras quand même que c’est pas d’une discrétion exemplaire.

Vu que ça fait deux fois et demi la taille du tampon lambda, il est assez malaisé de le glisser dans sa poche de jean sans que ça dépasse, et c’est pas d’un chicissime absolu cette histoire, non ?Je dis ça, je dis rien, car le tampon lambda peut parfois être si discret qu’il a tendance à se glisser sournoisement hors du sac, ce petit enfoiré !
Dernièrement, je prenais le métro avec une amie qui n’avait rien trouvé de mieux que de glisser son tampon lambda dans sa pochette à ipod, ben cette oie, quand elle a sorti le lecteur mp3, un perfide tampon s’est extirpé de la pochette pour aller glisser, sur le quai, juste sous les pieds d’un pré ado de 11 ans (environ hein, je dis ça rapport au taux d’acné) et évidemment sa mère a cru qu’on voulait faire un plan à trois avec son fils, tout de suite les grands maux celle-là !

Donc, finalement, tu as noté que l’antithèse n’en est pas une, étant donné que je n’ai aucun argument supplémentaire et que j’essaie de meubler avec les défauts du tampon lambda alors que j’étais sensée te narrer les défauts de l’applicateur dans cette section.

Tu sais que tu me tues les nerfs, parfois ?


Synthèse
:

Pff, écoute, tu fais bien ce que tu veux, la vérité hein ?
Du moment que tu n’utilises pas de serviette hygiénique, sauf si t’as 12 ans et que tu te laves bien les mains, moi je dis que tu gères bien tes périodes de règles comme tu veux !

C.O.B.
(Complément d’objet de billet) : Putain, mais c’est quoi la différence entre « corolle » et « soleil » ?!
C’est pareil que quand Pampers y nous sort tous les 6 mois des nouvelles couches où que le bébé est plus au sec à 17%, tu crois ?
Parce que moi, ma fille, quand sa couche débordait, j’ai jamais compté si c’était 38% moins que la fois où j’utilisais les couches de la saison dernière !?
J’ veux dire que je me disais « ‘tain va encore falloir la changer pour la 3ème fois de la journée, c’est ça avoir des mômes sans déconner, j’ouvre un pressing ou bien ? »


P.S.
: Ils nous prennent pour des cons, c’est ça ?

114

Derma Genèse : Je fais de la réclame, même si t’es pas content !

Tu me connais, la flagornerie, ce n’est pas mon genre !
Par conséquent, si je dis qu’un produit, il est bien, ben il est bien ! CQFD.

Pour mettre les choses dans une clarté telle que tes yeux vont avoir besoin de larmes artificielles, on ne m’a pas demandé de pubiser, c’est mon choix, comme qui dirait feu Evelyne je ne me rappelle plus le nom de famille.

Bref, tout ça pour te dire qu’avant l’été, j’ai été conviée à une sauterie organisée par l’Oréal pour le lancement d’une nouvelle gamme de produits avec Penelope ex-Cruise qu’était là exprès, car elle apprécie beaucoup mon blog, on m’a dit, de source sûre.
Entre mes amis, mes amours et mes emmerdes, tu vois pas que j’ai raté le truc. Mais là où qu’ils ont été Grands Seigneurs, chez l’Oréal, c’est qu’ils m’ont quand même envoyé la gamme Derma Genèse, au domicile non conjugal, avant tout le monde rapport au fait que je suis fée de mon état.

(Aparté : merci La Poste grâce à qui je n’ai reçu que 3 produits sur 4. Vous êtes fonctionnaires ou bien ?)

Donc, le plantage de décor a atteint son paroxysme niveau ennui, je te concède.

Comme je te l’ai déjà précepté maintes fois, je dis qu’il faut toujours laisser sa chance au produit.
Néanmoins, je dois t’avouer que je me suis trouvée fort dépourvue quand la crème est venue, car une crème miracle, comme qui dirait, j’en possède déjà une, tu penses !

Ça fait un an que je traque la crème package qui fait ridules (ouais, j’ai pas de rides, déconne pas, j’ai 25 ans je t’ai déjà dit) + cernes.
Et là, t’es pas aidée rapport à la cosmétologie. Les mecs, dans les labos, ils ont tous choisi option autobronzant au Bac +15 en chimie ou bien ?
Moi je m’en fiche, je veux pas être orange, juste moins cernée !!

Le contour des yeux, il est fulgurant : odeur de taré + texture comme il faut.
Et le pire dans l’histoire, c’est que ça marche !
J’ai 16 ans et j’ai moins de cernes. C’est tout.

Étape 2 (ha ben ouais, je te dis pas comment que ça allonge encore plus le temps de démaquillage/crémage tout ce tintouin) : le sérum.

Je ne suis pas fan des huiles zé autres substances aqueuses en général, mais là encore ça déjante (cf. le contour des yeux pour odeur et tout le bordel, je vais pas paraphraser tout le ouikène).

Bon, lui il contient de l’acide hyaluronique et il est prévu qu’il crée de la jeunesse cellulaire.
Tu vois pas qu’en 3 semaines, j’ai pas encore fait de l’exploration au microscope sur un morceau de derme, sois pas con, mais je te tiens au courant…

Enfin, (Ouf que tu te dis, je vois bien) quid du Soin intensif Nuit ? Hein ? Pas vrai que tu te le demandes ?

Au départ, j’ai trouvé la texture un peu riche pour ma peau, je suis honnête.
Mais attends, là où y’a eu miracle, limite Jésus est apparu dans ma baignoire et a marché sur l’eau du bain sale (l’eau, pas Jésus) que le matin, je me suis réveillée avec un teint de Madone.

(deuxième aparté : t’as noté les références bibliques rapport au nom de la gamme, Genèse ?)

Ouais. Car en plus d’être fée, je suis fumeuse de mon état, donc tu vois le challenge pour le produit ?
Ben il l’a relevé ce con !
Chapeau bas, pour de vrai…

Unique PS
: donc jolie Punky, je sais que t’en as marre de faire vieille et que t’arrêtes pas de demander des conseils aux gens qui n’y connaissent rien. Je t’offre ce billet. Ne me remercie pas.

46