Little Marcel > Hamptons

    

Coucou la jeunesse, c’est moi. Je reviens d’un voyage de presse en Camargue où j’étais invitée par Little Marcel en compagnie de Caro et Kenza, au milieu d’une ruche de rédactrices mode (ça fait bizarre toute cette fashion qui débarque à la gare de Montpellier Saint-Roch).
D’ailleurs je commence par un hors-sujet, mais comme je suis en début d’Alzheimer il vaut mieux assurer nos arrières. Alors voilà, après 48h passées avec ces filles, mon constat fut sans appel : elles sont pointues mais pas déguisées ; bien coiffées mais pas ombrées. Je crois que certaines blogueuses mode devraient en prendre de la graine. Le ridicule ne tue pas certes, mais il entame sacrément la crédibilité de certains filles aux dents un peu longues au sein des rédactions (en gros, on a lolé de bon coeur).

A part ça, cette petite parenthèse enchantée au beau milieu d’une semaine grise a fait le plus grand bien à mes pieds, qui sont rentrés déguisés en homards thermidor de ce mini-voyage. C’est bien la peine que je vous donne des conseils solaires, tiens.
Mardi, on a fait un safari camarguais (avec des VRAIES jeeps, des VRAIS cheveux collés par le vent, des VRAIS taureaux et un FAUX J.R Ewing propriétaire d’une charmante manade). Les flamants étaient un peu pâlots ce jour-là, mais le saucisson déchirait et la danseuse de Sévillane était plutôt gironde, alors on a souri… et j’ai mis 35 mn à démêler mon dégradé en rentrant à l’hôtel (l’enfer existe).

Au coeur même de la patrie de la marque (Linda et Eric, les boss de Little Marcel, tenaient au début une boutique de fringues sportwear au Grau du Roi), on a retrouvé les pois et les rayures qui font sa signature, mais pas que. Une collection « Mister Marcel » dédiée aux hommes verra le jour en 2013 et toutes les gonzesses présentes ont fait des Oh ! et des Ah ! en la découvrant. Du Tommy Hilfiger camarguais, on ne voit pas ça tous les jours et le styliste plus qu’inspiré sur ce coup-là a su donner une vraie âme à ces fringues, pour eux les hommes. Chapeau.

………………………………..

Mercredi fut une journée plus compliquée puisqu’on a tous embarqué (journalistes, blogueuses, amis & enfants de Linda et Eric, employés de la marque…) dans un charmant Catamaran où une atmosphère bon enfant a régné illico. Forte de mon cacheton de Cocculine, j’ai fini par apprivoiser les flots. Je vais pouvoir assurer ma retraite grâce aux pubs pour Atoll (les opticiens). (Hissez) haut les coeurs !
Après 5 mn de zodiac et un jean trempé jusqu’aux genoux (je suis Robinson), nous avons atterri sur la plage sauvage et déserte de l’espiguette où l’enfer a commencé : thon à la plancha, rosé, brochettes de fruits, bronzette et baignade. On a pas des vies faciles comme dirait l’autre.

Le chignon bien rangé de Kenza

Cet après-midi là, tandis que Caro se prenait pour Lawrence d’Arabie grâce à son foulard astucieusement noué en djellaba pour cheveux (elle craignait l’insolation cette petite froussarde), j’observais pas tellement à la dérobée le ballet de tous ces gens réunis pour l’occasion.
Bizarrement tout le monde était plutôt beau (ou bien c’est le rosé ?) et on se serait crus dans les Hamptons. A un moment j’ai eu une hallucination en apercevant John John Kennedy qui nous faisait un petit coucou de la main. Les moules à la plage, c’est pas forcément une bonne idée…

C’est la moule à la plage…

Un grand merci à Elise pour ces deux jours au paradis !

Catégories MODERIES OH OUI VOYAGE VOYAGE

41 commentaires

  1. caro dit :

    ah purée t’as casé la moule à la plage. Trop forte. Par contre rien sur la partouze à la manade ou je rêve ? (tes photos sont bien plus jolies que les miennes je suis jalousie)

  2. Cracotte dit :

    dis donc, t’avais pas été aussi joyeuse d’une opé depuis la création de tes pompes André.
    Je suis ravie que la marque se diversifie parce que le sac Little Marcel vu sur des milliers de gonzes commençait à me gonfler, alors que techniquement bien sûr que je suis attirée par lui, mais comme je ne suis que ton influence et que je n’ai jamais vu avec ce sac, j’ai laissé tomber l’affaire ;-)
    bon il est où le cadal, peuchère ? :P

  3. soniachocolat dit :

    Tes photos sont superbes et me font grave rêver!

  4. violette dit :

    caro : C’est à dire que je trouvais que « moule » était déjà limite. Pour le reste, ça dort dans mes notes d’iPhone à tout jmais (ce qui se passe au Grau reste au Grau).

    Cracotte : C’est marrant ça parce qu’à Paris, je ne croise jamais personne avec ce sac. Je crois qu’il a du mal à franchir la Seine, non ?

    soniachocolat : Merci !

  5. aZZed dit :

    Mais c’est quoi ces ptits top mouchetés un peu neon là ?!?!? didon !
    La moule a l’air fraîche, ça fait plaisir !

  6. sandrine dit :