It’s a new day

    

babe

J’ai parfois laissé entendre, à demi-mot, que l’année scolaire qui vient de s’écouler avait été assez compliquée. Sans entrer, encore une fois, dans les détails plus ou moins intimes, on a eu pas mal de problèmes avec la petite personne en noir et blanc, ci-dessus.

A un moment, j’ai presque failli lâcher l’affaire tant j’étais désemparée. Entre les convocations bi-mensuelles au collège par la Directrice (pas contente) ou un prof (pas trop lol non plus), une sorte de désamour à mon égard, des tensions quotidiennes, de l’insolence à tous les étages et des bulletins scolaires dignes d’un Brian, j’ai néanmoins tenu bon.

Depuis le mois de septembre, j’ai passé des après-midis entiers, au détriment de mon boulot, de déplacements divers et variés ou de rendez-vous pro plutôt importants, à essayer de lui expliquer des choses, à la pousser aux devoirs, à la fliquer parfois, rien n’y a fait. Son statut de « populaire » lui est très vite monté à la tête ; elle est devenue, au fil des semaines, une sorte de mini caïd du bahut… et du domicile familial.

Bien sûr, il y a aussi l’adolescence (très en avance)(<= on ne vous remercie pas !) et différents événements familiaux qui l’ont assurément perturbée. On a évidemment pris conseil. Il a fallu trier entre les « C’est pas grave, ça va passer ! », les « Oh la la, elle part en vrille, il faut absolument la changer d’établissement ! », les « C’est de votre faute, vous êtes incapables de tenir une punition » et les « Il faut une rupture pour un nouveau départ ». J’en passe. Et pas des meilleurs.

Il a aussi fallu passer par des séances chez une thérapeute qui a cru déceler les symptômes de « l’enfant précoce » et qui disait que, de toute façon, elle ne serait jamais bonne dans sa scolarité, il ne fallait pas insister.
Il s’est avèré qu’après les tests, on n’a pas été plus avancé que ça puisque elle a juste un QI au-dessus de la moyenne… mais 2 de moyenne en histoire (« Ça ne sert à rien les trucs des Grecs là ! » (…)
(Pardon, mais Demis Roussos et Nikos Aliagas NON ?)

Après des semaines passées en espérant que ça se tasse (ça se tassait pas trop, la vérité), j’ai exprimé clairement le souhait de ne plus revivre une deuxième année comme celle-là, à jouer le gendarme, à faire la guerre, à perdre les nerfs. Mi-juin, j’ai pris une décision radicale en choisissant de suivre le postulat du « Il faut une rupture pour un nouveau départ » …

Donc cette petite personne en noir et blanc ci-dessus, va entrer dans un nouvel établissement à la rentrée. Dans une section sportive, à l’internat, en Normandie. Après avoir pleuré à l’annonce de cette décision fin juin (« Ouinnn mes copines !« ) et donc cassé mon coeur en milliers de morceaux de culpabilité, elle est depuis lors de plus en plus sereine et épanouie, excitée à l’idée de passer ses soirées avec des copines, comme si elle n’avait attendu que ça depuis des années : un cadre.
Je sais que les sentiments à cet âge-là sont fragiles et font bien souvent le yoyo, mais l’été a été plus que reposant par rapport à cette année explosive. J’en profite encore un peu, malgré les tonnes de trucs à gérer pour cette rentrée avec un nouveau statut.

Cette décision a provoqué, de facto (je suis blog latiniste), une réorganisation de vie pour moi aussi, puisque je vais pivoter géographiquement et passer la plupart de mon temps en Normandie, désormais. Je ne quitte pas complètement Paris car j’y garde mon appartement, pour le moment, à cause de rendez-vous professionnels récurrents à la capitale. Mais il faudra quand même que je vous parle, dans quelques semaines/mois, de ma nouvelle vie de parisienne assistée et godiche, qui réapprend petit à petit la vie dans un village de province ; vous allez bien vous moquer (si !).

Bon, je me rends compte que ce billet est très sérieux. J’imagine que le sujet me tient bien trop à coeur pour que la rigolade ne vienne s’insérer entre les mots. Tant pis, ma priorité c’est que la petite personne en noir et blanc ci-dessus soit heureuse, et trouve la sérénité. Et moi aussi par ricochet. Le reste n’a finalement pas grande importance (à part, peut-être, l’engagement des fans sur instagram ?).

Catégories JE SAIS PAS

101 commentaires

  1. Nashii dit :

    Le sérieux est de mise parfois surtout que rien n’est plus important que les petites personnes en noir et blanc.

    Te souhaitant une meilleure année à venir (et une bonne dose de fan Instagram normands peut être ?)

    (Je te suis depuis longtemps mais je ne commente pas souvent, il est minuit, je crois que je suis la première, c’est l’occasion !)

  2. mardep dit :

    je ne commente que tres rarement, mais ton billet serieux m’a emue ce matin…
    Pas facile d’etre parent…bonne fin d’ete a toi et a ta jolie petite personne en N&B.
    Alea jacta est et vive la Normandie !

  3. Mon grand était parti en internat dès la sixième, simplement parce que le collège répondant à nos choix pédagogiques était loin de la maison. Il s’y est épanoui et a rencontré de grandes amitiés. Et que ce fut bon de séparer études et vie de famille.

    J’espère que ce nouveau rythme conviendra à ta Cyclamen, et que vos week-ends seront de vraies pauses pour profiter de ces moments passés ensemble.

    Je file, hors de question de passer pour une passive en oubliant de liker les 2245 nouvelles photos de mon feed. Je sais ce que c’est de s’engager et de militer, moi ;-).

    • violette dit :

      En fait, je me suis un peu appuyée sur mon expérience à moi aussi. J’ai été interne de la 4ème à la Terminale, et j’avais adoré ça ! Pour rien au monde je n’aurais voulu retourner chez mes parents tous les soirs, et j’y ai rencontré celle qui est toujours ma BFF aujourd’hui.

      Ça n’est pas ça qui m’angoisse (elle est très sociable), c’est plutôt le « et si ça ne change rien ? ».

  4. Madame H dit :

    Difficile ces décisions, toutes aussi difficiles que ces petites personnes en noir et blanc qui à cet âge là peuvent être parfois bien complexes à cadrer (et à encadrer aussi !) (enfin j’me comprends!). Famille recomposée oblige, avec 4 ados à la maison, je vois à peu près ce dont il s’agit … Mon aînée qui quitte la maison dans quelques jours pour entrer en Hypokhâgne m’a beaucoup épuisée au cours de sa (trop longue) adolescence et, entre elle et son cadet, je ne compte pas les convocations au collège, les heures et de colle et les feuilles de suivi pour indiscipline … Et puis finalement, tout finit par passer, lorsqu’ils trouvent à la fois leur voie, et qu’ils quittent les premiers temps tumultueux de ces âges si difficiles … Mais il ne fat surtout pas céder à la culpabilité et tenir bon la rampe, malgré la forte houle … Courage ! Tu as certainement pris la très bonne décision de la rupture en effet, tout en encourageant et en valorisant son goût pour la gym; les deux éléments conjugués seront sans doute le moyen pour elle de repartir d’un meilleur pied vers cette seconde naissance qu’est l’adolescence …

    • violette dit :

      J’aime bien quand il y a des témoignages de parents d’ados « plus grands » ici, à chaque fois ils disent que ça s’arrange avec le temps. Je me dis que ça doit donc être vrai.

  5. Agathe dit :

    P’tin , moi je pense aux profs qui se tapent a longueur d’annee les humeurs fluctuantes des petits et petites caïds , imaginez plusieurs dans une même classe surchargée !!! L’horreur quotidienne ( quand je pense qu’on hésite à les augmenter!!)….super décision… Je pense que certains ont dû pousser un soupir de soulagement.

    • violette dit :

      Ah mais c’est clair : le sacerdoce !

    • Anneso dit :

      Mais tellement!!!
      Sans compter que j’imagine que la crise d’ado de Cyclamen,c’est du pipi de chat (si je peux me permettre cette comparaison osée,ahah) à côté de certains gamins dans les ZEP (mais pas que,j’ai une copine prof à Neuilly,AU SECOURS les fils à papa méprisants et infects!) qui crachent (au sens propre!) sur les profs (témoignage de mon fils d’il y a quelques années) ou qui les traitent de fils de p…(pute,en fait) à cause d’une remarque malheureuse.
      Ca doit être croquignolet.

  6. DOMINIQUE dit :

    N’ayant pas eu d’enfants, même en noir et blanc, je n’ai pas ma pierre à ajouter à l’édifice. J’espère simplement que vous rirez dans quelques années comme des hyènes « qu’est-ce que j’ai pu te faire suer, maman, pendant mon adolescence ».
    En attendant, bienvenue en province !

  7. Asmartpigeon dit :

    Elle a pas dû être simple à prendre cette décision… Bravo! Et bon courage à Cyclamen pour cette nouvelle vie+

  8. luna dit :

    Bon courage ma jolie Violette, merci pour ce partage.
    J’espère que ta fille trouvera ses marques, et que vous retrouverez une relation sereine.
    Et tu vas kiffer la normandie :) (plus de retour le dimanche soir avec tout le monde .) (bon ça je sais soleil des internats tu l’évitais déjà).
    Des bises

  9. Vannina dit :

    Tu as pris une difficile et courageuse décision et je pense que tu as bien fait mais c’est vrai que c’est dur.la petite personne en noir et blanc est d’une beauté fracassante.

  10. Bean dit :

    #Godiche41

    (Pardon :) )

  11. Anne-CeCe dit :

    Salut Violette. J’aime bien quand vous écrivez sur des sujets un peu plus sérieux, et que vous pirouettez à la fin sur des sujets on ne peut plus gorafiesques ! Je pense que vous avez raison pour le cadre attendu par la petite personne en noir et blanc, ca les rassure, tout simplement… Et quelle chance de partir en province un peu plus pour de vrai, moi je n’attends que ça.

  12. Deilema dit :

    Mince. Mes petites personnes en noir et blanc à moi sont bien plus petites et elles m’épuisent déjà.
    Tu viens donc de briser tous mes espoirs, ça ne s’arrangera donc pas ? On a jamais droit au moindre répit ?
    Je note quand même que mes petites personnes à moi aussi changent d’école (ou y entrent) et que je mise pas mal là dessus moi aussi pour cadrer le mini-caïd qui essaie de prendre le pouvoir à la maison…
    Je nous souhaite donc à toutes une rentrée apaisante et constructive ! :)

  13. Golden Lardoon dit :

    Ma petite personne est trop petite pour que je sois confrontée à ce genre de souci pour le moment, mais j’ai fait le coup à mes parents en mon temps (il y a 5 ans) (6?).
    Bref, il est fort possible que d’ici peu, Cyclamen te soit reconnaissante d’avoir su accepter que parfois, il faut savoir s’éloigner pour mieux se rapprocher, les affres de l’adolescence une fois passées.
    Courage. Heureusement, Nadège sera toujours là pour te tenir compagnie avec ses gros yeux et son accent débile en cas de baisse de moral!!

  14. Gilbert dit :

    Suivre son intuition ! #SectionSportive #ViveLeSportSurAntenne2

  15. lespetitesm dit :

    Belle nouvelle année scolaire! Difficile d’être parents mais tant qu’on fait de son mieux!
    Je te souhaite de la sérénité!
    Et je file vérifier que je t’ai liké sur Ig! lol!

  16. Ema dit :

    Oh la la quand j’ai appris que j’attendais un garçon j’ai pris peur pour l’adolescence pensant que les filles c’était du gâteau. Alors non ! Comme ma,petite personne en noir et blanc n’a que 2 mois, j’ai quand même du mal à me projeter parce que je peux rien lui imposer le coquin. Je veux dire, il mange et il dort QUAND IL VEUT. c’est pas scandaleux ?

  17. Zout dit :

    Oui sans doute, le sérieux a du bon parfois, et surtout lorsqu’il s’agit de nos petites personnes en noir et blanc. Mon amoureux dit toujours que l’internat lui a fait le plus grand bien, alors que moi j’ai squatté ma chambre chez maman et papa jusque 26 ans et qu’on a acheté une maison à 1km… Chacun a des besoins différents et les parents font de leur mieux pour nous rendre heureux. Et à notre tour on essaie de faire la même chose! Ce n’est pas tous les jours facile mais je pense sincèrement que tant que tu es convaincue de faire de ton mieux et que tu l’aimes alors ça ne pourra qu’aller <3

  18. eamimi dit :

    <3
    Quelle jolie décision. Gros bisous à toutes les 2.

  19. Chris dit :

    J’avais témoigné de mon vécu de mère d’une adolescente en crise en commentaire il y a plusieurs billets de ça. Je confirme le « ça finit par s’arranger ». Chez ma petite grande personne en noir et blanc ça n’est pas toujours stable pour des raisons « médicales » mais ça va beaucoup beaucoup mieux que durant l’adolescence. On attend avec impatience qu’un diagnostic soit enfin posé pour mettre en place de quoi l’aider à gérer.
    Souvent un cadre autre permet aux petites personnes en noir et blanc de se détacher de la famille certes mais du coup de s’y attacher d’une manière différente.
    Je vous souhaite une nouvelle année apaisée, équilibrée, sereine.

    • violette dit :

      Oui oui je me souviens très bien de ton commentaire qui m’avait vraiment émue. J’imagine à quel point ça doit être mille fois plus compliqué, et j’espère de tout coeur que les choses s’arrangeront. Je t’embrasse !

  20. La petite personne en noir et blanc ci-dessus à de la chance d’avoir une maman qui a pris son courage à deux mains pour prendre une décision aussi importante ! Bravo !!!

  21. MissBrownie dit :

    Je ne te remercie pas, maintenant j’ai une chanson bien pourrie qui parle de Normandie dans la tête ;)
    Sinon pour les petites personnes en n&b, pas facile de faire les bons choix … Mon 12 ans attend parfois avec impatience le jour où il pourra quitter la maison et vivre comme il l’entend ( c’est à dire avec une manette de jeu greffée aux mains )
    Mais lui n’est difficile qu’avec ses parents et à la maison.
    Bon courage pour cette nouvelle aventure qui je l’espère vous apportera sérénité à toutes les deux.

  22. Sophie dit :

    Si ce billet est si sérieux c’est certainement que tu en avais gros sur la patate et que mettre cela par écrit fait du bien. Mes enfants ont grandi, oui, il y a moins de crises mais il y a toujours de l’inquiétude, de la culpabilité maternelle (je ne sais pas si on peut s’en débarasser un jour !).
    J’espère que cette année sera sereine.
    J’ai adoré ta petite remarque en dernière phrase :)

  23. Aude TLWOF dit :

    Un très joli post pour exprimer ce changement de vie ! Allez je suis sûre que ton coeur de maman a choisi le meilleur pour elle et toi tu vas vite de faire aussi des nouvelles copines ! La province c’est cool tsais.

  24. Caro dit :

    <3 Moi je me rappelle toujours cette phrase, la seule "psy" qui me serve je crois dans mon expérience maternelle: "être une mère suffisamment bonne". Et parfois ça passe par ce genre de décision. Qui manifestement est la bonne. Des baisers à la petite personne en noir et blanc et à toi évidemment.

  25. Axelle Fox dit :

    Ton billet me touche particulièrement…pour nous c’était l’année de CM2 qui a été difficile (problème de harcèlement,petite école, les enfants se connaissaient depuis la maternelle), nous avons fait le choix du changement d’établissement pour son année de 6ème, elle était d’accord et bien qu’étant angoissée car elle ne connaissait personne, cela s’est bien passé, elle s’est épanouie dans ce nouvel environnement où elle était débarrassée de toute étiquette, et là il lui tarde de rentrer en 5ème. Je pense que tu as fait un bon choix et j’espère de tout coeur que tout se passera bien pour la petite personne ! bises

    • violette dit :

      « Problème de harcèlement » de sa part ? Ou bien elle était la harcelée ?
      En tous cas, merci à toi !

  26. Bynoemie dit :

    J’ai fait 2 ans d’internat. (à 16 ans et à ma demande) Je n’étais pas une terreur mais ça commençait à devenir difficile à la maison… ça a été une vraie bouffée d’air !! J’en garde un super super souvenir !! J’étais excitée comme une puce avant d’y aller mais au bord des larmes le matin du premier jour (voir en larmes quand mon père m’a laissée, mais j’suis cancer 3ème décan alors les émotions…)les premiers jours risquent d’être compliqués, mais ça va vous faire beaucoup de bien à toutes les deux. Bon courage pour la rentrée !

    • violette dit :

      Tous les gens que je connais ont adoré l’internat sans exception (moi y compris), donc ça ne m’angoisse pas trop. En plus, elle a l’impression de partir en colo, et c’est bien là un des problèmes : elle est un peu trop relax avec tout ;-)

    • Bynoemie dit :

      Quand elle va découvrir le couvre-feu et la sonnerie stridente à 6h30, elle sera peut-être moins relax ^^
      Niveau cadrage c’est quand même pas mal !!

  27. Maud dit :

    J’espère de tout coeur que vous repartirez sur de bonnes bases. Moi quand j étais ado ma mère fraichement divorcée était dure (je devais être chiante aussi) je lui ai fait moi même la demande de partir en pension elle n’a jamais voulu. Je voulais rompre cette ambiance pas très saine chez moi…. Courage à vous tous, je suis sure qu’elle va s’épanouir grandir comme il faut elle est très jolie cette demoiselle en noir et blanc.

  28. Edith dit :

    I am back =)
    Hello Violette, je n’ai pas trop d’avis sur la question, vu que je ne suis pas maman, j’aurais cependant pu t’aider s’il s’agissait de précocité (j’en connais un rayon là-dessus…).
    Donc revenons-en aux futilités : au bout de 15 jours, ma manucure semi-permanente est nickel. Juste un peu décalée du fait de la repousse, mais parfaite. J’ai un peu limé les bords (perfectionnisme quand tu nous tiens…) mais je suis hyper contente d’avoir pu vivre ma vie sans avoir eu peur d’exploser mon vernis.
    Donc je recommande à 200% (même si en Normandie, ça fait peut-être moins Belle des champs).
    Bises.

    • violette dit :

      La vérité, Edith, tu me donnes PRESQUE envie d’essayer. Quelle influenceuse tu fais là !

    • Edith dit :

      Et si ça effaçait ta culpabilité (que tu n’as pas à avoir, même si moi, j’ai fait un an d’internat, et j’ai détesté ça !!)… ce ne serait pas si mal, non ??
      (Ch’ti jure, essaie au moins une fois, je suis sûre que tu seras à 2 doigts de bazarder ton Pop Art d’YSL)
      PS : Je me demande bien ce que je vais faire du mien, du Guerlain qui sent bon, etc…!!)

  29. L’adolescence cette phase jamais facile à passer.. Je suis passée par là, j’étais interne au lycée et même si c’était encore moins simple qu’avant, c’est désormais une force. Les parcours linéaires n’existent plus. Je te/vous souhaite de passer une meilleure année.
    Chloé

  30. lilidesacy dit :

    Que c’est dur de parfois prendre des décisions difficiles pour les petites personnes en noir et blanc. Et qu’est ce qu’ils nous font suer ! Les ados de mes cousins sont passés par la phase internat (pour un GROS problème de travail, le comportement ça allait) avec succès et des relations apaisées. C’est pas mal de mettre de la distance avant de ne plus pouvoir se voir en peinture. Elle fait quel sport ta fille ? En tout cas, même dans ce contexte difficile, je trouve que de déménager en Normandie est un fabuleux projet !

  31. HappyLilly dit :

    L’adolescente de mon amoureux est populaire! « Il y a nous les populaires et les autres » a t’elle dit un jour avec un air savant. J’étais déconfite. (Sans doute parce que je n’étais pas populaire au collège. Mais ce n’était pas uniquemnt ma faute: avoir un parent prof complique on va dire…). Et tes 460 followers te servent à quoi minette? « A montrer aux autres que j’ai des amis ». Bon voilà, les minots de 15 ans ont intégré la nécessité du réseau. J’ai voulu lui montrer The Big Bang Theory en expliquant qu’au final, la blonde popu servait des cocas et que les gros nazes faisaient ce qu’ils voulaient. Réponse: « ouais mais ils revent de sortir avec elle ». J’ai laché l’affaire!
    Tu lui as donné les bonnes bases, ça ne sera jamais perdu. Et pour le reste: j’étais nulle au collège, moyenne au lycée, j’ai cartonné après! C’est loooong de grandir. A elle j’aurai envie de dire: tu ne le sais pas encore mais tout ce que tu engranges maintenant comme savoir scolaire/universitaire, c’est de l’or pour l’avenir. Et sinon, elle a raison: les gentilles filles vont au paradis, les autres, où elles veulent.

    • violette dit :

      C’est terrible leur truc de « populaire » ou pas, ça me rend dingue !!

  32. Lelou dit :

    Dans tout ce tracas je crois que c’est une bonne solution. Une rupture pour un nouveau départ pour elle et votre relation, si précieuse. On ne peut pas tout encaisser sous prétexte qu’on est la Maman, ni se flageller à longueur de temps. Elle a un âge compliqué certes, mais reste en âge de comprendre que dépasser les bornes en permanence c’est pas gèrable. Et puis elle n’est pas l’adulte te ne prend donc pas les décisions. Bla bla bla… (pardon) Bisettes à vous 2 vous serez tellement heureuses de vous retrouver chaque vendredi <3

  33. Et bien j’espère de tout coeur qu’elle va trouver sa voie et s’épanouir dans ce nouvel établissement.

  34. soniachocolat dit :

    C’est pas facile à apprivoiser ces petites bêtes sauvages qu’on nomme adolescents et je ne sais pas s’il y a de bonnes décisions mais prendre des décisions et opérer des changements quand ça ne va pas à toujours du bon. Bon courage Violette. Et hâte de connaître le détail des aventures de Nadège euh non Violette l’expatriée en Normandie. Des bises

  35. Cécile "de" Neuville dit :

    Puifff,pensées solidaires; cœurs et paillettes…. pour nous l’année de la cinquième a été de tous les dangers. D’enfant précoce et moteur pour sa classe il est passé à glandu 1er classe. Crises de nerfs, de pleurs (de part et d’autres)… ellipse temporelle et nous voilà enfin en 3eme un peu apaisés. Bon il sera toujours asocial « tendance je supporte pas les misérables sans culture et sans tenue » mais la pratique d’un sport intensif a aidé certainement. et ta fille n’ayant pas lâché son sport, je peux te garantir qu’il y a de l’espoir….
    Heureusement pour nous numéro 2 est en embuscade et nous gratifie déjà d’un stage de pré rentrée…
    Je te souhaite plein de douceurs pour cette rentrée, la vie en campanule peut être douce même pour une déesse des internets. Peut être un recyclage dans la production de fromages bio et confection de tartes ? les pulls qui grattent méritent un nouvel éclairage…

    • violette dit :

      Merci ;-) Et ok, on tentera de refaire un round d’automne sur la gratouille. Mohair ou acrylique, telle sera la question.

  36. Ally dit :

    Je comprends le sérieux de la situation et le ton du billet. Elle est très jolie, ta fille, et on voit toute sa détermination et son caractère dans son regard. J’espère qu’elle trouvera son épanouissement dans ce nouveau départ, et qu’elle reviendra sereine vers toi durant les vacances et les week-ends. Je ne peux te donner de conseil, mais je t’avoue que je tremble un peu; ma fille de 2 ans et 10 mois m’a dit la semaine passée : « je veux te jeter à la poubelle et acheter une autre maman »…hum..vivement dans 8 ans ?

  37. Asmartpigeon dit :

    Je reviens… Je voulais juste te dire que c’était une très belle preuve d’amour cette décision que vous avez prise. Voilà!

  38. wilfing machine dit :

    Pas d’expérience en matière de petite personne ni d’internat donc pas grand chose à dire sinon que je t’envoie de bonnes ondes autant que possible (c’est pas trop la joie par ici, alors on fait ce qu’on peut, on n’est pas des boeufs).

  39. nadine dit :

    évidemment, ce billet résonne…; notre fille de 10 ans , adorée et adorable, avait traversé la maternelle, puis la primaire à grands renforts de points verts et 20/20. D4un calme olympien (j’ai failli faire grec) et d’une gentillesse à toute épreuve, nous la regardions avec des yeux énamourés devenir une petite jeune fille( qui chaussait du 3 à 10 ans et était déjà réglée en CM2… Hum.. pus difficile à vitre pour elle qu’elle ne voulait bien le montrer)
    et son année fracassante de 6è nous a laissés sur le…. fondement. Elle s’est transformée en hyène, méprisante, ricanante, chiante… elle aussi était devenue « populaire ». LA meuf à côtoyer, la super copine à avoir. Une branleuse que la majeure partie des profs n’aimait pas (mes collègues, en +, l’horreur) . Et moi qu la regardais se hyéniser sans comprendre (j’invente des mots; on n’est jamais aussi bien servis que par soi-même). Alors, l’aide précieuse de notre psy nous a permis de comprendre les raisons de ce changement foudroyant. Et toutes les difficultés qu’il y a à accepter de devenir une jeune femme. Et d’assumer sa féminité et sa beauté (ça parle à beaucoup, ça, je crois, ado o adulte). On tient le cap. On se pose plein de questions, nous aussi. Je pense que votre décision, murement réfléchie est la bonne puisque c’est la vôtre.
    Je suis persuadée que comprendre les raisons qui font les bouleversements des ados aident à trouver la patience et la bienveillance dont ils ont besoin. le tout dans un cadre sécurisant. Je sais, c’est tellement plus facile à dire qu’à faire quand la branleuse ramène un 0 en latin (!!!!). Entre-temps, elle a pris 2 tailles de soutif et est passée en 5è..; et se fait draguer éhontément dans la cour par des relous à casquette (je déteste être prof dans le bahut de ma fille). J’essaie de faire confiance au temps. Et je n’écoute pas les conseils de ceux que je ne paie pas pour m’aider ;-)
    Bon courage. Belle fin d’été. Sereine et confiante.

    • violette dit :

      Ah ah ah merci pour ton récit, il est terrible <3 (je te rejoins au niveau de la taille des soutifs)(ahurissant).
      On m'avait dit qu'en 6ème on les perdait, mais je ne pensais pas que c'était si vrai.

  40. Géraldine dit :

    Coucou, ton billet me touche car je crois bien qu’on a eu la même année! sauf que moi ça ne s’est pas calmé avec l’été et que je crains beaucoup la rentrée puisqu’elle change d’établissement mais obligée pour cause de déménagement… A suivre…J’envisage l’aide d’un thérapeuthe car je ne survivrai pas à une autre année comme celle là!

  41. Lavieenrouge dit :

    J’ai fait un tour en internat à l’adolescence et j’en garde un bon souvenir parce que c’est une expérience qui m’a construite. Mes notes ont fait un bond en avant. Quant à la discipline de l’hygiène, les bonnes manières ( j’étais dans un internant religieux) j’ai pris le bon chemin aussi. A la maison je ne me trouvais pas, mais avec la vie en commun avec les filles et 24h/24h, j’ai su faire des comparaisons et donc donner le meilleur de moi-même. En lisant le début de ton article, j’ai tout de suite pensé : internat et je vois que tu as choisi cette option, qui selon mon expérience est la bonne. Et puis ce qu’il y avait de bien, c’est qu’à l’internat on pouvait acheter directement ses fournitures scolaires et j’avoue que j’ai dévalisé le stand de colles Cléopâtre parce que ça sentait terriblement bon de stylos Reynolds parce que l’encre aussi sentait très bon.

    • violette dit :

      Oui, c’est ce que j’écrivais plus haut, moi aussi j’ai été interne de la 4ème à la terminale, et ça reste une des plus chouettes expériences de ma vie !

  42. Athéna dit :

    belle nouvelle vie à toutes les deux

  43. ISAMAG dit :

    J’ai pris cette décision quand mon fils avait 8 ans en CE2…
    Je savais ou j’espérais au fond de moi que cette décision serait la bonne !!!
    Malgré tout, que de larmes …
    De toute façon, objectivement, je ne savais pas quoi faire d’autre !
    Avec le recul, cela a été une bonne décision, bénéfique, lui offrant un cadre strict qui le rassurait … et que je n’arrivas pas à lui donner …
    Fais toi confiance, pour vous deux !!!

  44. Lau dit :

    J’enseigne en collège depuis 14 ans. Statistiquement, l’adolescence, cette Grande Diva, fait son entrée en scène pendant le 2ème trimestre de 5ème.
    Toujours statistiquement, un certain apaisement se fait l’été entre la 4ème et la 3ème.
    Bravo pour ta courageuse décision. La responsabilisation fait grandir

    • violette dit :

      Oui il parait, mais jusqu’à présent je n’ai pas été très douée en la matière…

  45. Nathalie dit :

    Bonjour Violette,
    Ton billet me touche profondément par ce que moi aussi ma Fleur de 13 ans est devenue une Ortie cette année. Je comprends parfaitement ton désarroi, ta colère, ta culpabilité. C’est dur, c’est terrible et pourtant je veux penser qu’elle passe par là pour devenir elle même. J’ai le vertige et la nausée parfois en pensant que peut être l’adulte qu’elle deviendra, sera totalement différente de mes idéaux… mais peut être que c’est ça être mère…je suis certaine que ton choix est positif et qu’elle s’y adaptera et en sera heureuse. De mon côté, habitant au Sud, je me projette également dans l’idée de l’envoyer en pension en Normandie ou sur la Lune…des bises et merci de ce partage

  46. Distrayante dit :

    J’ai bien aimé lire ton billet, et pourtant, je ne suis pas du tout dans ta situation (twenty something sans enfants). Toutefois, il y a eu des cas similaires dans ma famille, et les changements d’école n’ont jamais fait de mal, bien au contraire :)

  47. Frédérique dit :

    Mon fils, 16 ans, a également un QI plus élevé et a sauté une classe…il a fait une terminale correcte jusqu’au 3e trimestre : il n’allait plus en cours, n’a pas révisé le bac et l’a loupé de 0.2 points…pour lui qui n’avait jamais connu d’échec ça a été rude ! Il ne voulait pas refaire de terminale et nous menaçait de ne pas aller en cours ! L’été l’a apparemment apaisé mais il sait que si le 1er trimestre n’est pas bon, il partira également loin de la maison…l’adolescence est épuisante ! J’espère que nos personnes en noir et blanc seront bien dans leurs baskets cette année :-)

  48. solenne dit :

    hé bé… que d’eau coulée sous les ponts de tancarville depuis les sorties au toboggan du square d’anvers !
    ça va bien se passer ;)
    ils prennent les jojo aussi en normandie ?

  49. Comme je comprends tous les petits bouts de culpabilité.
    Ma petite personne en noir et blanc est aujourd’hui un gars de 20 ans qui se fait tailler la barbe par une professionnelle une fois par mois.

    Il n’empêche qu’il sanglote dans mes bras un jour sur deux ces temps-ci, à l’idée de partir du nid pour intégrer l’Ecole d’ingénieurs dont il rêvait… Le grand départ approche très très vite et mon tout petit en noir et blanc, avec sa barbe en bandoulière, a le coeur gris de partir.

    Quant à ta nouvelle vie, sûre, tu vas kiffer, nous faire rire et découvrir des chouettes trucs ! Peut-être moins exotique que la vie parisienne pour moi, Provinciale assumée, mais la Province, d’une région à l’autre, c’est dépaysant tout autant !

  50. NAWAL dit :

    It’s a beautiful new life !
    Très bonne rentrée à vous deux. Ça va être super !

    (Je vais faire la Morano avec son ami, MAIS une de mes proches copines a vécu deux années infernales avec son ado. Il a eu les pires notes du genre ZÉRO, convoqués toutes les semaines au bahut et j’en passe. 4 ans d’internat, difficiles au début puis c’est lui qui en redemandait. Au final nous avons tous chialé cet été, reçu haut la main au Bac avec une mega mention. Il y a quelques années sa Maman envisageait une formation pro pour lui en 3e. Là Il est admis en prépa. Mais bien plus important que ces excellents résultats, il est à nouveau proche de sa Maman et bien dans vie. Un chouette gamin, tout comme la très jolie petite personne en noir et blanc, ci-dessus.)

  51. Vanessa dit :

    J’imagine que rien que le fait de prendre une décision, vous a déjà toutes les deux apaisées.
    L’internat je l’ai « subit » aussi et j’ai adoré ! J’avais vraiment besoin d’un cadre et de couper le cordon avec mes parents divorcés et toujours trop après moi. Ils devaient culpabiliser et du coup en faisaient des tonnes ! Bref j’avais besoin d’air !
    Vous allez voir, vous allez vous « retrouver » les week-end et pendant les vacances scolaires.
    Merci pour ce beau partage avec tes lectrices Violette.
    Je t’embrasse <3

  52. Cecile dit :

    Dans le train samedi, il y avait une jeune fille qui ressemblait sacrément à cette jeune personne en N&B. Elle discutait avec une copine plus âgée et leur conversation me rappelait pourquoi en effet, l’adolescence n’est pas facile à gérer pour les parents. Il y était essentiellement question des copains/copines mais aussi de qui sortait avec qui… Il faut en passer par là. Chacun trouve sa façon et il est vrai qu’en général, ça s’arrange. Ma petite en N&B à moi n’a pas fait de telles crises. Mais est ce une bonne chose ? Ne fera-t-elle pas sa crise plus tard ? Genre maintenant qu’elle part vivre seule pour ses études ? Ou à 40 ans ? On ne finit jamais de s’inquiéter pour nos chères personnes en N&B… Bon courage !

  53. Oh la la ! Je vous souhaite à toutes les 2 le meilleur pour cette nouvelle vie. Je suis sûre qu’elle sera pour elle et pour toi bien plus sereine. Votre relation en sera plus apaisée et le plaisir de se retrouver le week-end en sera meilleur. La section sport est super pour canaliser les jeunes qui ont de l’énergie à revendre. C’est une nouvelle expérience qui sera enrichissante. Parfois, une coupure de quelque ordre que ce soit, suffit à remettre les choses en place. Dans des circonstances bien différentes et pour des raisons totalement autres, mon aînée termine son « année de césure », c’est une autre jeune fille, d’une sérénité et d’un enthousiasme éclatants. Je vous souhaite que Rose trouve sa voie, un objectif aide à baliser le chemin. La suite, c’est tellement tellement beau.
    Je t’embrasse
    PS : bienvenue en Province !
    PPS : comment va faire Marie-Vermicelle ?

  54. Isa dit :

    C est la bonne décision car c est toi, maman de la jolie personne en N&B, qui a pris cette décision.
    Et tu l as fait, car toi tu connais parfaitement ta fille et son mode de fonctionnement.
    Tu as eu aussi l immense courage de reconnaitre tes limites.
    A l impossible nul n est tenu…. Ce nouveau départ est une chance pour vous deux!
    Maman d une 20 ans aujourd hui épanouie, souriante, tellement bien dans sa vie d étudiante
    Je repense à mon angoisse née au cours du premier trimestre de 6e….
    Donc je confirme le collège c est le plus dur …. Pour le comportement..
    Ma seconde fille, passionnée par son sport, a mieux compris le cadre a respecter
    Les entraîneurs sont aussi une source formidable de relais pour nous parents..
    (Quand ils sont bienveillants )

    Je ne commente que peu (je me souviens d avoir commenté un smoking rouge ?)
    Mais le plaisir de vous lire est intense, que cela soit avec un éclat de rire
    ou comme aujourd hui avec plus de profondeur

  55. Chloé dit :

    Je crois bien n’avoir jamais commenté par ici mais ton article m’a beaucoup parlé parce que j’ai moi aussi été cette petite personne qui a fait sa rentrée à l’internat. L’internat a changé ma vie, mes relations aux autres et ma façon de voir l’école. J’y ai trouvé ma place et de ce fait, j’ai trouvé ma place à la maison.

    C’est tout ce que je vous souhaite! Bonne rentrée à elle et à toi aussi!

    ps: n’hésites pas à lui glisser un petit foulard doudou avec ton odeur pour les soirées un peu longues! J’avais trouvé ça très ringard quand j’étais tombée dessus par surprise mais j’avoue, je l’ai respiré des tonnes de fois! ;)

  56. Blanche neige dit :

    Oh comme ça n’a pas dû être une décision facile. Je m’occupe seule de mes filles toute l’année, leur père vivant à l’étranger et je ne sais pas comment je vivrais une telle séparation, qui plus est quand tu n’as qu’un enfant. Je sais par des amis que l’internat peut être une super expérience pour les enfants mais ça doit être dur pour toi de la voir partir. Bon en même temps plus de liberté aussi pour toi, plus obligée de cuisiner tous les soirs (mon rêve ). Je souhaite à ta jolie petite en noir et blanc de s’épanouir et que vous retrouviez une harmonie toute les deux.

  57. StellaStellina dit :

    Mon frère enfant « difficile » a lui-même demandé à partir en internat en terminale, et je dois avouer que cette solution a bien apaisé l’atmosphère. Cela a permis de briser une vilaine spirale d’échecs scolaires et sociaux à l’extérieur, et d’exaspération constante à l’intérieur de la famille. Cela fait maintenant quasi vingt ans, et avec le recul, même si ça n’a pas tout résolu, on voit aujourd’hui à quel point ce départ a été bénéfique. Il a trouvé un nouvel équilibre, et celle qui est devenue sa femme. Alors même si cette décision n’était pas facile à prendre pour vous, aucun doute qu’elle mérite qu’on lui donne sa chance ! Je vous souhaite de retrouver la sérénité perdue, passez une belle année.

  58. Camille dit :

    Je ne sais pas forcément quoi commenter (en n’étant pas maman moi même, c’est bien difficile de trouver une légitimité à un quelconque commentaire après ton billet), mais bon, j’avais quand même envie de faire un bisou.

  59. chantal (chantou64) dit :

    Bonjour Violette, Cet article me touche également , j’ai un ado de 13 ans et ce n’est pas facile tous les jours, cette guerre des devoirs m’épuise , les conflits avec nous et sa petite soeur. Dès que l’on propose une sortie , l’envie de ne pas venir. Il faut le pousser et le manque de respect par moment . Cette periode de l’adolescence est vraiment difficile. Je suis sure que tu as pris la bonne décision . Je te souhaite bon courage pour cette année à venir et tu n’es pas seule. Bises

  60. virginie dit :

    Bonjour, c’est la toute première fois que je poste un commentaire sur un blog (faîtes un voeux) mais il fallait que je laisse un petit mot. Je travaille en Normandie (entre Lisieux et Pont l’Evêque) et je vois beaucoup de Parisiens en résidence secondaire par l’intermédiaire de mon travail;). Beaucoup ont fait ce choix pour leurs enfants quand ça ne se passait pas bien dans les lycées de la CAPITALE… Ils n’ont jamais regretté leur choix et leurs enfants ne leur en ont jamais voulu d’ailleurs.Alors ça ne va pas être évident au début mais c’est un choix très courageux je trouve. Bonne journée. Virginie
    (Alors pas trop long message pour un premier ???)

    • violette dit :

      Merci beaucoup pour ton témoignage virginie, ça me réchauffe drôlement le coeur ;-) Et on est quasi voisines ;-)

  61. Mentalo dit :

    Tout passe, je te l’ai déjà promis. Je vous souhaite une année bien plus sereine. En attendant, n’abandonne jamais – mais ça je crois que tu ne m’as pas attendue. L’essentiel est de maintenir le lien, coûte que coûte, pour se retrouver mieux, ensuite.

  62. Natalina dit :

    Bonjour Violette, je vous découvre sur le blog et sur snapchat depuis peu et je vous adore (Nadège aussi !!!). J’aime beaucoup vos articles. L’année scolaire va bientôt commencée alors je vous souhaite bon courage ainsi qu’à la petite personne en noire et blanc. Bises

  63. dit :

    Courage ! Pour être passée par le même chemin avec ma belle-fille, ça a bien aidé (elle et moi ça se passait bien, mais avec ses parents et l’école… Une toute autre histoire. Je suis séparée du papa aujoird’hui donc je ne peux pas trop témoigner du long terme, mais les bienfaits ont été rapides !)
    Et pour parler de mon propre cas, en conflit ouvert avec une maman autoritaire (qui s’est beaucoup calmé depuis), le fait que je parte faire mes études de l’autre côté de la planète a totalement changé nos relations et tellement rapprochées ! On a aujourd’hui une superbe relation équilibrée, grâce à cette distance imposée qui a éliminée les conflits du quotidien pour laisser la place aux choses importantes : les sentiments.

  64. cerisemarquise dit :

    Ma petite personne en noir et blanc, du haut de ses 9 ans, a décidé, seul, de continuer sa scolarité en Internat. La claque !! Il a choisi de partir, de nous quitter et nous avons finalement accepté. Pour lui (9 ans !!).
    Je ne regrette absolument pas : mon garçon y a beaucoup gagné : il s’est épanoui et a gagné en maturité et en débrouillardise. Et, j’adore les vendredis soirs et nos retrouvailles.
    Il rentre en 5ème cette année, toujours en Internat…… J’attends le 2ème trimestre pour crier victoire (dixit Lau).

  65. Magadopte dit :

    Ton article me tourne dans la tête depuis 2 jours. Parce que j’en bave avec les miens qui n’ont que 2 et 4 ans. Parce que j’ai été une ado pas populaire mais qui voulait aller en pension et qui est passée pour une jeune à problème (alors qu’on était 4, que l’appartement n’était pas grand, que ma vie était bruyante et que je devais un peu trop m’occuper de mes frères, donc la pension c’était sans doute une bonne idée) et qui n’y est jamais allée.
    Mais surtout, je donne des cours particuliers à des collégien(ne)s. Et je vois bien ce problème de popularité. Moi je suis l’autre adulte, ni prof au collège, ni leur parent, un peu cool, un peu drôle, qui comprend mais qui gueule un peu de temps en temps. Et ce que je vois, c’est que les parents en bavent tous un peu, essaient de s’adapter, de bien faire et que leurs enfants ne le leur rendent pas toujours. La question du changement, de l’établissement privé ou pas, etc, se pose souvent et les décisions sont difficiles à prendre, souvent. Bon sinon, il y a aussi des parents qui font clairement de la merde, hein (mais pas toi, c’est sûr).

    • violette dit :

      Un immense merci pour ton commentaire éclairé… et éclairant. Moi je pense, en toute transparence, que j’ai du « faire de la merde » parfois. Malheureusement…

  66. Cathy dit :

    J’ai vécu ça avec ma numéro 2, ça a commencé en 4ème et ça a duré de manière très aigue jusqu’en 1ére pour être un peu plus apaisé maintenant (elle a 21 ans)
    C’est vrai que ça ne dure pas mais c’est une période pas facile et je compatis
    Et comme les autres mamans, je te confirme que ça ne dure pas toute la vie

  67. Poulette dit :

    Je suis une fidèle parmis les fidèles (et aussi de Nadège, bien sûr) mais je ne commente quasiment pas.
    Mais cette expérience me touche particulièrement
    Ma fille a 18 ans et vient à peine, à l’occasion de sa 1ere année de fac, de découvrir la notion de travail
    Ça a été extrêmement violent: alors, que comme tous les enfants de son style, elle était persuadée que dès qu’elle s’y mettrait, ça fonctionnerait. Or elle a choisi une filere particulièrement sélective et n’a pas réussi. Elle s’accroche et va recommencer cette année. Je suis persuadée que si elle avait travaillé avant, cela aurait été plus facile pour elle, pas seulement pour l’apprentissage en soit, mais aussi pour la capacité à se concentrer. Comme quoi quand même tout arrive : comme toi, à chaque fois que j’entrais dans sa chambre elle regardait une serie, un clip, instagram, snapchat… je t’epargne les nuits de rush parce qu’elle avait « oublié » son rapport de stage, les notes pourries qui font d’autant plus râler que son dossier ne passera pas auprès des meilleures écoles alors que c’est une enfant intelligente et vive. Elle s’est ferme des portes et j’en assume la responsabilité car travaillant sans cesse, et aussi parce que j’adore rester avec elle, je n’ai pas eu suffisamment de courage pour lui supprimer son telephone ou la flipper d’avantage
    Sa marraine à un fils du même âge. Elle a fait le choix de l’inscrire en pension et ça a été une révélation. L’école à été à son ecoute, l’à aidé à surmonter ses 1ers échecs. Surtout, il fréquentait des jeunes pour qui le « Modelisant » était le succès, les bonnes notes, et non plus seulement la popularité
    Bravo pour ton choix courageux

    • violette dit :

      Merci beaucoup beaucoup beaucoup (oui 3 fois) d’avoir pris le temps de commenter et d’apporter ton témoignage. Ca me fait terriblement chaud au coeur tous ces messages, car je ne suis pas sûre de ne pas flancher cette semaine, pour la rentrée…

  68. Pascaline dit :

    Alors, moi non plus je ne commente pas souvent (voire jamais)… mais je suis une fidèle lectrice et ce billet m’a émue. Pas eu d’enfant, donc pas eu à traverser ce genre de chose… Mais par contre, je pense à cette ado qui en a bien fait baver à mon père ! Et oui, tout s’arrange au final… la rebelle que j’ai été te le confirme ;) Quant à la campanule, je t’envie tellement…

  69. stefrometz dit :

    J’avais un peu délaissé les internets ces dernières semaines et je viens de voir le post Instagram qui ma fait ricocher sur ce billet… Quelle décision difficile et courageuse! Je ne sais pas si j’aurais eu ce courage même si clairement cela semble un excellent choix. Bravo vraiment et bon courage à toi (parce que Cyclamen va gérer grave c’est sûr!)
    De mon côté j’angoisse pour la rentrée en 6ème demain (que mon fils va évidemment gérer grave lui aussi ????) et à l’idée de ce qui nous attend cette année… et ensuite!
    Bonne rentrée à vous 2

  70. sophie dit :

    Tiens, j’ai raté cet article, merci l’été.
    J’espère pour elle et pour vous que ce changement sera profitable. (j’ai fait mon lycée en internat dans un lycée de Normandie qui avait une section sportive, à Caen) Moi j’étais dans la classe Art Appliqués, un autre genre. JE epux te dire que ça a été formateur l’internat (bon les sport-études étaient plutot des durs à cuire en fait). Ça va lui faire du bien, ou pas. Chaque personne est différente!
    Bonne rentrée!

  71. @ual dit :

    Je lis en douce et j’avais loupé ce billet et je me dis que je ne peux pas ne pas (fatche, je m’y suis repris à 2 fois :) …) laisser de commentaires question de solidarité parentale devant l’obscure adolescence.
    Etant moi-même doté d’un spécimen mâle de fort bonne facture (populaire, ayant eu tendance à l’insolence très tôt …), l’entrée en 6ème a eu pour effet dans son cerveau : free – fête du slip – liberté – profs de je vous emmerde et mes parents avec ° _ °
    Nous avons tout essayé et après une année de 5ème digne d’un running gag de merde : menace que nous ne repasserions pas une année de ce type sinon direction AILLEURS … Fort est de constater que l’année de 4ème bien prévenu + un peu plus de plomb dans la tête, redistribution des têtes de lards dans toutes les classes + rugby à haute dose avec état d’esprit top (bon je flippe pour ses dents et sa jolie petite bouille, mais bon faut ce qu’il faut :) )= OUF !!! Mieux mieux mieux ! Il vient de rentrer en 3ème et je sens qu’on est plutôt sur de bonnes bases … A suivre ;-)
    J’ai aimé lire les commentaires de plus grands aussi (pfiou ce qu’ils peuvent nous faire vivre ces saloupiots en n&b …) comme quoi on y arrive et eux aussi, mais dieu que c’est usant !
    Courage courage pour la petite personne et sa maman … Je pense que toute décision prise en son âme et conscience, sûre que c’est le mieux sont les bonnes ! Des bises

    ps : fille de 9 ans derrière en approche du passage petite fille modèle à « Allez tous chier … » …Vous m’avez traumatisé avec vos tailles de bonnets °_° – L’ado mâle a une forte tendance à transformer son antre en étable niveau olfactif, rapport aux hormones (alors que le gars se lave et se pomponne plus qu’une fille) LOL

Laisser un commentaire

Combien font ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.