En couple

    

lipstick

Si vous avez des enfants, c’est de notoriété publique. Les temps ont changé au niveau de l’appellation contrôlée des relations amoureuses.
A notre époque (oh, il n’y a pas si longtemps ma foi…), du primaire au lycée ou la fac, on disait « Je sors avec Bidule ». Désormais, on indique « Je suis en couple avec Truc ».

Dès que j’entends ce bout de phrase prononcé – très sérieusement – par un enfant, j’avoue, ça me déclenche automatiquement un fou rire. Parce que, sachez-le, il n’est pas si rare qu’une gamine de 9 ans vous dise « Avec Jean-Kevin, on était en couple depuis le CE1, tu te rends compte 2 ans ! Et bien on a cassé. »
=> Ah ouais meuf, et alors ça se passe comment au niveau de la prestation compensatoire ? Tu as pris un bon avocat ?

Imaginer la fillette préparer une bonne blanquette pour le repas du soir alors qu’elle sait tout juste faire ses lacets, m’amuse beaucoup.

Rassurez-vous, la descendance n’est pas en reste, puisqu’il y a quelques mois Cyclamen m’avouait un soir que, t’imagines Maman, ça fait déjà 3 semaines que je suis en couple !
=> C’est bien ça, ma chérie, et vous en avez pris pour combien d’années à la banque pour le prêt du pavillon ?

Non mais. Est-ce que ce (petit) monde est sérieux ?

Et bien, figurez-vous que oui. Il l’est.
En discutant de ce phénomène du « en couple » avec des copines, entre deux rires un peu moqueurs, on a réalisé que le sérieux de la relation amoureuse n’est pas qu’une question de terminologie. Les gamins (du moins jusqu’au collège), à l’ère des réseaux sociaux, ne font plus grand chose dans la vraie vie.

Leur but ultime est « d’être en couple » pour asseoir leur position sociale. Ils peuvent s’envoyer des milliers de coeurs par sms ou sur Snapchat, employer un langage pas très « lettres classiques » de l’attitude (à base de pute et de miskine) ou se balancer des « mon amour je t’aime pour la vie » 20 fois par jour sur instagram… mais pour autant, le « couple » peut très souvent ne jamais se calculer pendant la journée, ni même s’adresser la parole à la sortie des écoles (???!)(<=A quoi ça sert ALORS, les gars hein !!)

Imaginez, il y a des « en couple » qui ne se sont jamais fait un seul bisou. Alors pour le patin, n’en parlons même pas.
Nous autres, à la grande époque où les internets n’existaient pas, on n’avait pas le choix. C’était à la pelle comme à la guerre, et c’était elle (la pelle) qui entérinait le contrat.

Aujourd’hui, ça fait plutôt : Tu veux être en couple avec moi ? / Ouais / Ok, on est en couple / Mais on est toujours en couple ? / Oui, oui, t’inquiète / Ah ok, merci.

Décidément. On est bien sérieux quand on n’a pas encore dix-sept ans.

Catégories ETUDES SOCIOLOGIQUES

28 commentaires

  1. Ah oui, les jeunes, ne pratiquent plus le patinage artistique ? Pourtant, rien de tel qu’un triple axel façon Antoine Doinel pour compléter son éducation sentimentale.

  2. soniachocolat dit :

    Oh purée mais c’est de plus en plus flippant…moi qui en étais à déplorer que les nouvelles technologies ont tué la bonne vieille lettre d’amour, je me rends compte que j’ai 15 wagons de retard et que les amours adolescentes sont carrément passées du côté virtuel de la force!

  3. Nanou dit :

    Moi il y a un truc que je trouve cool par rapport à notre époque (enfin la mienne), c’est que filles et garçons peuvent être potes sans qu’il y ait forcément de sous-entendus ou d’insinuations. Qu’est-ce que c’était chiant, dès qu’on parlait à un mec (« tu peux me prêter ton stylo? ») de voir/entendre les copines/copains ricaner et tout de suite former LE COUPLE. En ce sens je trouve leurs rapports beaucoup plus sains. Bon…ma fille de 15 ans m’a sorti l’autre jour « Brice (Brice!) est sympa, il m’a dit qu’il me respectait,parce que je suis une des seules de la classe à ne pas être une p*te »(???!!!) Ca a ses limites quand même (:-)

    • violette dit :

      Oui c’est vrai ça Nanou, j’ai remarqué aussi qu’il y avait plus d’amitiés garçons/filles sans ambiguïté (enfin si ça se trouve y’en a, mais on voit rien) qu’à notre époque.

  4. Julia dit :

    Ahahah « c’était à la pelle comme à la guerre », tellement !
    Les gamins de mes copines mamans ont des « amoureuses » dès la maternelle. Je pense que nous aussi nous avions ces relations là, mais arrivés au collège effectivement il fallait y passer ! À mon époque (gosh j’ai l’impression d’avoir 50 ans), si tu n’avais pas de petit ami et que tu ne l’avais pas prouvé devant une ribambelle de copains qui criaient « LE BISOU LE BISOU » ta vie sociale était tout de suite bien plus compliquée. Peut-être que c’est pas plus mal finalement, qu’ils prennent leur temps en 2016…

  5. Fabignou dit :

    Qu’avec les réseaux sociaux on fasse essentiellement pour pouvoir le montrer, j’avais intégré. Mais là, on montre sans plus rien faire !?… je me sens vieille :-)

    • violette dit :

      Voilà c’est exactement ça : « on montre sans plus rien faire » ! Enfin, jusqu’en 5ème au moins, après je ne sais pas personnellement, mais il parait que OUI ENFIN « ILS FONT »…

    • Oui Violette, ils font. Et ne demandent pas trop la permission (heureusement)…

  6. Ahahah à la pelle comme à la guerre, j’adore ! C’était tellement ça. Il est vrai que le langage des jeunes peut parfois nous interpeler sévèrement.

  7. Lucky Sophie dit :

    Oh ben zut, alors, le patin, c’était quand même mieux (en mode vieille conne :p )

  8. sabine dit :

    « Imaginer la fillette préparer une bonne blanquette pour le repas du soir alors qu’elle sait tout juste faire ses lacets »
    je meurs de rire.
    je devrais peut-être mettre mon mec à insta, j’aurais peut-être plus l’impression d’être en couple.

  9. Zazou dit :

    On ne se moque pas des enfants/ado amoureux. J’ai été amoureuse vraiment vraiment vraiment 2 fois dans ma vie : mon homme actuel (et depuis longtemps) et père de mes enfants … et J, élève de 6eme6. Et la rupture (à la rentrée 5eme) a été mon plus gros chagrin d’amour EVER ( avec nuits blanches à pleurer, cauchemard, pertes de poids … bref j’ai morflé) Mais il est vrai que je ne lui faisait pas de blanquette …

  10. « c’était à la pelle comme à la guerre », Violette tu m’as fait ma journée !
    Ton constat est le même ici. Et le « en couple » dure dans le langage : ma cadette a 16 ans, elle est en terminale et le dit toujours. MAIS le « ils ne font rien » ne dure pas, lui, qu’on se rassure (ou pas).
    Je trouve aussi que le fait d’être sans cesse sur les réseaux sociaux divers et variés, et aussi via les sms accélère la proximité des relations. Ils échangent beaucoup et apprennent à se connaître mieux et plus vite, avant de passer à la vitesse supérieure.

  11. Michaela dit :

    Chez nous, on a zappé le « en couple ». Mon fils qu’on sentait en affinité amoureuse avec une fillette dès la petite section (!! crooos mignon :D) m’a appris un soir de fin de CP, mine de rien, qu’en fait, le mariage avec Machine se fera en Italie, ils en étaient déjà au choix de traiteur…oh!
    Puis d’apprendre en mi CE1, trahi par son jumeaux qu’on fait, elle n’est plus sa petite amie, la Machine. En privé, il m’a appris que c’est la Machine qui voulait rompre parce que voilà, on commence à se moquer…(#IlsSontAmoureuuuuux!)… (#salope !)
    Quelques jours après, j’ai pu chuchoter à mon fils en chagrin amoureux qu’apparemment la Machine garde quand même le dessin qu’il lui a offert accroché au-dessus de son lit. (Discussions des parents dans le RER :-)) Elle l’a juste caché sous un autre dessin pour que les copines ne se moquent pas et le regarde quand elle est seule. Si vous saviez, la décomposition progressive de son visage :DDD
    Bref, les feuilletons à cet âge (et à ce stade d’innocence) sont franchement passionnants :-)

    • violette dit :

      Ah merde, du coup la côte Amalfitaine et le dolce vita c’est raté, c’est ça ?

  12. BMF dit :

    Mais tellement!! Je me souviens parfaitement de la première fois que j’ai j’ai dit « je t’aime  » à un garçon, j’avais 16 piges ( il y a mille ans ) et même si j’avais consciencieusement tourné sept fois ma langue dans sa bouche, cela n’a pas été facile du tout!!
    Aujourd’hui nos « en couple » eussent-ils convié le loup ensemble ou pas, se balancent des « mon amour » et des « je t’aime » à tout bout de champ;.
    Je suis peut-être, allez sans doute, ringarde mais je trouve que cela décime un peu le nid de paillons que l’on a dans le ventre lorsqu’on est amoureux…

    • violette dit :

      Je sais pas, je crois quand même que les papillons n’ont pas totalement disparu (je suis une idéaliste).

  13. Gilbert dit :

    Au fait vendredi soir, j’ai couple ! Mais c’est bon, je serai là quand même. #tinkiete #descendance

  14. MissBrownie dit :

    Huhuhu tu as excellemment bien résumé la situation ^_^

  15. Lou dit :

    QUOI ?!
    Putain, je suis vieille.

  16. Juli dit :

    C’est un peu la même côté candidats de télé-réalité. Les mecs (et les nanas)ont plus de 20 piges, sortent tous les uns avec les autres, mais disent « je suis en couple » dès qu’ils font un bisou à une autre personne. C’est presque enfantin je trouve…

  17. Cécile "de" Neuville dit :

    En 20 ans de vie commune, pas une seule blanquette ! c’est grave ? ;-)

  18. Elisa dit :

    Ton article est un peu réducteur, je trouve.
    Bon, je commence mal mon argumentation, j’ai 17 ans, et fais donc visiblement toujours partie de cette catégorie que tu évoques ici. ^^
    Je suis d’accord avec toi sur le fait que les enfants et les collégiens principalement sont assez ridicules dans leur attitude, mais ne mets pas tout le monde dans le même sac ;)
    En particulier au lycée (où l’on n’a 17 ans qu’en terminale environ) : ces enfants ont grandi et beaucoup d’entre eux ont pris conscience qu’un couple, ce n’est pas que du virtuel, il se cache aussi plus souvent qu’on ne le pense de l’amour, le vrai, le beau. ^^

    • violette dit :

      C’est vrai que cet article est un peu expéditif, mais si je mets « tout le monde dans le même sac » c’est pour rire, en fait.
      Cet article est surtout, entre les lignes, plein de tendresse car il vise directement ma fille de 12 ans qui est la personne que j’aime le plus au monde.

  19. Karine dit :

    Ca me plait bien ce concept de « en couple ». Mais, quoi ? Un langage pas très « lettres classiques » je désapprouve !

    Aujourd’hui un élève m’a dit  » ‘Vulnerant opens ultima necat’, c’est trop dare » :-O Une belle association des deux langages.

  20. Ah bon ? ça se passe comme ça chez les ados d’aujourd’hui ? ^^ #jedébarque #jaipasdegosse
    Mais ta fille a un petit copain « à l’ancienne » ou un petit copain « réseaux sociaux » ?

  21. Géraldine dit :

    J’ai bien ri et j’imagine bine la scène des ses ados qui le reste du temps ne se calculent pas.
    Ma grande est en CM2, bientôt 11 ans, me disait avoir un amoureux l’année dernière et que lui aussi était amoureux d’elle mais ça s’arrêtait là et ma foi heureusement ! suis pas pressé et il s’est rélévé être un nabot :-)

    Ici donc on parle encore d’amoureux, « D m’a dit que L était amoureux de moi mais L m’a dit que non »… Ah que c’est naïf encore à cet âge et surtout, n’ayant pas encore de téléphone portable, elle n’a pas encore Instagram et compagnie ! OUF !

Laisser un commentaire

Combien font ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.