PLACE TO BE

Chronique Espagnole d’une fiesta annoncée

Vendredi 19.45

Même pas (trop) peur dans l’avion ! Pas de clopes en Duty, ok c’est la Zone Euro, mais c’est quand même un aéroport de beaufs Orly.

Non en fait, j’ai assuré becauz on a dû passer pour des stars en entrant dans l’avion, en retard, hilares (enfin mes amis surtout, moi pas trop), le vrai/faux Speedy au coude, A. me hurlant que je suis trop naze d’avoir oublié mon châle d’avion en cashmere, cauz’ la clim’, B. matant les fesses du stew à peine assis à sa place, non y’a pas à dire, on est tellement passés pour des überconnards que si j’avais fait ma crise d’angoisse, ça leur aurait fait trop plaisir, à la Plèbe…

22.43

N’enlevons pas à César…

Autant le Roi de la pomme de terre c’est Vico, ok, ça on lui ôte pas, mais la Queen des tapas restera toujours l’Espagne. Orgie de jambon ibérico zé autres calamars. Arghhh, c’est bon…

23.50

Ah tiens, on est déjà tous ivres morts ? La Sangria c’est super traître en fait. Mais quand il fait chaud, tous les magazines s’entendent sur le fait qu’il faut boire au minimum 1,5 litres par jour, non ?

Samedi 01.12

Le serveur est vachement mignon. Ah ouais il a 19 ans et alors ? Demi Moore, elle se gêne ?

02.08

C’est où déjà l’appart ? C’est vrai que la Sangria, ils l’ont chargée ces cons.

02.17

Il est quand même pas mal l’appart sur la plage qu’on nous prête pour le ouikène, non ? Non parce que moi je dis ça, mais je dis rien, mais quand même à 20 € la nuit, je dis qu’on nous l’a carrément prêté, non ?

02.23

« Dis, A., tu crois qu’on verra Romain Duris demain ? »

« T’es con, dors ! Je suis trop bourrée pour rire »

10.04

« C’est pas l’überkiff le petit dej sur la plage ? »

« Si, mais grouille, y’a du shopping à faire Violette, on n’est pas là pour glander, faudrait voir à pas commencer à s’écarter du but premier de la visite ! »

10.45

En fait, j’ai encore faim. On se fait péter une viennoiserie de malade mental chez Escriba (83, la Rambla). Lecteur, si tu es muy gourmando, courzy vite, c’est le Ladurée local (sans le macaron) !

11.04

Zara, Massimo, Topshop me voilà mes chéris ! Hein ??!! La collec’ Kate Moss arrive que el 17 de mayo ?? Dis, Barça, t’es pas trop early adopter sur ce coup-là, j’ai envie de te dire…

11.57

Délestée de 250 € et levée depuis 2 heures, je suis heureuse.

J’ai trouvé un sac d’une telle beauté chez Zara que j’en oublie illico mon Zadig qui me scie le coude.

Au paroxysme de l’extase je suis quand, tard dans la nuit, une Anglaise me demande si « Is it a Marc Jacobs ? »

14.00

C’est étrange, j’ai encore faim…

14.20

Attablée au comptoir du Barcentral en la Boqueria (marché le plus dément de Barcelone, qu’à côté le marché du Poteau c’est le potager de Oui-Oui), je me dis que je passe mon temps à bouffer et à boire dans ce pays, mais pardon, les calamars à la plancha + un verre de vin blanc (ou deux, c’est pareil), ça fait pas grossir, ça se saurait !

15.28

J’ai un coup de barre. Tu crois que c’est le vin blanc ?

17.04

Quoi A. de l’indice 40 ? T’es pas malade ? Tu veux que je revienne plus blanche qu’en partant ?

Non, je vais commencer à la 8, c’est bien la 8, c’est un indice total secure.

Dis, ils sont refaits ses seins à la blonde ? Ah ? C’est un mec, pardon…

Je colle, j’ai renversé mon verre de sangria sur ma serviette… C’est chiant la plage…

Je sais bien que mon maillot est canon, c’est un Eres, tu crois que je les commande à la Redoute mes maillots ??!

17.27

Quand je pense qu’à Paris il pleut, c’est cool, non ? Ah bon il pleut pas ? Ouais mais il fait pas beau, si ? Si. Ouais, mais bon, c’est pas pareil…

18.12

A., je suis prise d’un doute énorme. Il serait pas naze le sac Zara en fait ?

J’ai envie de pleurer, je ne l’aime plus trop, je crois.

Si, il est vraiment bien ?

Ouais, t’as raison, il est canon !

21.15

Je porte un legging pour la première fois de ma vie.

21.17

Je le garde le legging ?

23.05

J’überkiffe. Je dîne chez Negro (640 av. Diagonal), the place to eat quand tu en es. Victoria Beckham y a ses petites habitudes.

23.08

Victoria n’est pas là ce soir.

23.14

Même le PQ est noir. Je déchire fiévreusement quelques feuilles que je cache dans mon sac (collector)

23.27

Dis, ça mate grave ici ! C’est l’effet legging tu crois ?

02.14

The Gotha, sorte de « Baron » à l’Espagnole où le DJ mixe pour son pur plaisir personnel, à côté des chiottes. Trop la classe ! Ah ouais en fait on commence à danser à 4h00, c’est ça le concept ? Je suis en total jet lag. Demain je petit dej à 15h00, les us et coutumes ibériques n’auront bientôt plus de secrets pour moi !

03.42

Mes sandales me scient les orteils, je bois pour oublier la douleur.

03.54

J’enlève mes sandales. Je crée un style dans la ciudad : le legging porté pieds nus. Zazie n’a rien inventé j’ai envie de te dire !

04.07

Claro que si, hablo Espanol ! Hein ?? Je suis une fée ? Je sais bien, tiens !

Non je ne bois pas un dernier verre avec tes copains et toi. Je vais me coucher, j’ai 3/4h de démaquillage qui m’attendent !

04.58

Je suis démaquillée. J’ai faim.
Merde, j’ai tâché mon sac Zara/Marc Jacobs avec de la Sangria.

J. me dit qu’il faut acheter un savon pour cuir. Ils en vendent au BHV. C’est comme ça qu’il a détaché le bracelet en cuir de sa montre Hermès.

05.04

Y’a des drogueries ouvertes le Dimanche dans ce patelin ?

05.11

M’en fous pour mon sac, je l’aime plus. J’irai pas à la droguerie.

Je suis morte avec tout ça moi !

…A suivre…

(P.S. Enfin, si t’as envie le « à suivre » lecteur. Faut me dire hein ? Si ça te saoule, je passe à autre chose. C’est toi qui décide ici, tu le sais…)


65

Mardi 8 mai, j’ai mis un string…

Ce phénomène étant plutôt rare, je me devais, cher lecteur, de t’informer de cet évènement quasi planétaire, puisque désormais on se dit tout.

Croyez bien que je ne pouvais faire autrement parce que je supporte difficilement le string en fait ; j’ai vraiment l’impression d’être à poil sous mon jean et, ce n’est pas que je sois d’une pudeur maladive, mais ça me gêne à mort (dans le sens où c’est désagréable d’avoir une ficelle dans la raie des fesses).
Finalement, je crois que je préférerais être carrément à poil, au moins il n’y aurait rien pour entraver ma nudité !

Donc oui, je t’explique pourquoi j’ai dû mettre un string mardi pour aller à la méga soirée d’anniversaire de mon amie A., fête où l’on se devait d’y être si on en est (tu suis ?), place to be mardi 8 mai donc, et pas sur les Champs où on organisait là un contre évènement mais qu’a pas marché du tout parait-il…
Autant te dire qu’il y avait big pression, d’autant plus que cette chienne avait insisté pour qu’on soit un minimum sapé, pour le fun…
Moi je me dis dans ma tête, ouais bon, m’en fous je suis toujours en Jean, les gens ont l’habitude, ‘toute façon j’ai la classe innée je pourrais aussi bien y aller en jogging’, mais je vais faire un effort !

Donc, je sélectionne 3 tops Marant (Isabel hein, pas dans le sens « rigolos » avec des inscriptions djeuns, non les filles je SAIS que vous connaissez Isabel Marant, je ne vous prends pas pour des oies, je précise juste pour les garçons) et je me dis, je vais opter pour un top ultra chicos Marant avec un de mes innombrables Jeans, des compensées, un maquillage un peu glam’, mon brushing Madonna, et zou, je suis une fée !

J’ai quand même demandé à mon amie A. si elle comptait mettre le chauffage sachant que seulement vêtue d’un micro top Marant, j’allais risquer la pneumonie.
Elle m’a répondu que non, mais que comme y’avait 40 personnes, on allait vite se réchauffer et que c’était très bien, j’avais qu’à juste mettre un Trench pour arriver, comme Charlotte Gainsbourg, quoi !
Je me suis dit qu’elle avait carrément raison, d’autant plus que je suis née le même jour qu’elle et que je suis aussi bronzée même gavée de gélules Oenobiol.

Sauf que lundi, minisushi a fait un teasing de malade, nous faisant baver, en nous disant « ayé, j’ai trouvé le Jean 70’s de Kate ! Il est trop bien…. » et donc complètement aveuglée par la folie compulsive qui m’habite quand j’ai envie d’un vêtement, je me suis dit vers 18h, il me le faut, sinon je meurs sur place.
Je l’ai trouvé, dans ma pointure (pas très dur, je suis tellement mince), avec la taille super haute comme on aime, j’étais ravie.

Sauf que, comme c’est un taille haute, il moule plus que de raison mes délicieuses fesses, et en voyant l’horrible marque de ma culotte dans mon psyché je me suis dit « Violette ça va pas être possible, ça casse complètement le mythe, le mystère autour de toi, tu dois mettre un string

C’est donc la mort dans l’âme que j’ai porté un des nombreux strings qui hantent le fond d’un de mes tiroirs, priant pour que le jean (neuf de surcroît) ne déteigne pas et que je ne me retrouve pas avec les fesses bleues en rentrant chez moi, tard dans la nuit, légèrement enivrée…Je me suis même dis que si je rentrais avec un mec, je garderai mon jean toute la nuit, on ne sait jamais…

Finalement, la soirée était tellement bien que j’en ai presque oublié mon string.
Le Ruinart a coulé à flots et, comble du ravissement, j’ai croisé un de mes écrivains préférés dont j’ai adoré en particulier un livre que tu trouveras dans la book list, juste à gauche en descendant, plus bas.
Et là, tu te dis, « la vache, cette merdeuse a passé la soirée avec Simone de Beauvoir, me dis pas que c’est pas vrai », bien sûr non, l’écrivain en question est charmant, on a vachement discuter de piscines, de blogs et aussi il a posé une question essentielle à laquelle je n’ai sû répondre « mais qu’est devenu Vivian Savage ? ».
J’avoue que j’ai séché ; heureusement qu’un ami de A., ultra renseigné sur les chanteurs has been des années 80, nous a rencardé sur le fait que maintenant le dit Savage était restaurateur !
Si c’est pas du scoop ça, et rien que pour toi lecteur, avoue que je te gâte !

Sinon, j’ai chopé une angine (pas à cause du string hein, soyez pas cons) becauz j’ai discuté avec un charmant (jeune) homme, un peu trop près de la baie vitrée et que le micro top Marant, comme son nom l’indique, disons que ya pas des mètres de tissu quoi.
En plus, comme j’en étais à environ ma 24è coupe de champ’, je crois que j’ai du dire 2 ou 3 gros mots (mais toujours classe hein, ne crois pas que…) et que ça lui a fait peur un tel concentré de trash/glam dans une seule personne…
M’en fous, je dormirai avec mon carré Hermès cette nuit, à défaut d’un mec.

Pour finir, je vous révèle le über détail de la fin de soirée : le plateau de Ferrero, juré que c’est vrai, on sait quand même recevoir chez les gens qui comptent dans les médias non ?

Finalement, nonobstant le fait que je sois une fée, je suis rentrée seule, la fesse d’une couleur normale, tout va bien, sauf que j’ai songé dans le taxi du retour, sur la route, dala dala daladala, sur la route, que ça devait faire quand même au moins 1 mois que je n’avais couché avec personne. Le temps file, c’est terrible !

80

Faire le pont ou comment c’est trop hype de passer 4 jours dans une cité Médiévale.

Bien sûr que je fais le pont.

Croyez qu’en bonne Bobo du Nord (quartier Montmartre hein, pas le 18ème des pauvres), je vais rester 4 jours à me faire griller aux terrasses bondées des cafés de la Capitale, entourées de blondes déjà cramées aux ultraviolets ou de pauvres types qui n’ont pas d’amis chez qui partir en ouikène et qui passent leur temps à te mater le cul d’un air gourmand cauz’ ils ont jamais vu une fille aussi bien roulée ?
Non merci hein !Moi je pars chez ma copine Katze, à Provins, Cité Médiévale, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco et je dois dire que je ne suis pas peu fière !
C’est-y-pas über classe ça ?

En même temps, je pense que l’Unesco a un peu bâclé le truc, parce que il n’y a même pas de « Halle aux Chaussures » et je vois pas comment cette ville a pu obtenir cet agrément avec un tel manque, doit y’avoir du pot de vin là-dessous c’est pas possible autrement.

J’ai appris hier, au hasard d’une conversation que Provins, c’était en Seine et Marne, non je dis ça parce que moi, je suis pas trop calée en banlieue, ni en RP, voyez « la Défense », pour moi, c’est déjà le Moyen Orient.J’ai demandé à mon amie quel était le « dress code » pour le ouikène.
« Ne te prend pas la tête chérie, tu sais, c’est presque la Province, on va pas voir beaucoup de mecs (enfin si, mais des beaufs), donc garde tes tenues branchées pour quand ça vaut vraiment le coup » qu’elle m’a dit.
« Me dis pas qu’on va mettre des joggings quand même ? » je lui ai demandé.
« T’es folle, prends juste quelques maillots, un sarouel et tes Zadig un peu boulochés, ce sera parfait »

Non je dis ça, parce que ma copine Katze, faudrait pas que je la déçoive niveau look, elle est carrément early adopter, si vous voyez ce que je veux dire…

Et si tu veux être réinvitée à ses ouikènes Provinesques dont le tout « Baron » parle, t’as plutôt intérêt à pas faire de fashion faux-pas, c’est un peu le stress je vous l’avoue, mais si elle te dit, dès qu’elle te voit « t’es trop belle, d’où qu’elles viennent tes sandales de la mort ?», tu sais que c’est gagné et là ton week-end est sauvé, tu peux vraiment décompresser ! Ce qui est drôle, c’est que quand je l’ai rencontrée, il y a 8 ou 9 ans, c’est pas qu’elle était pauvre, non, non, enfin elle n’était pas aussi CSP+ que maintenant, c’est juste qu’elle gérait tellement mal son budget, que dès que tu lui demandais d’où venait son pull/jupe/jean, elle répondait invariablement : « c’est Mango il y a 2 ans/Zara il y a 3 ans ».
Maintenant, tu vois, cher lecteur, c’est plutôt « c’est Miu Miu il y a 2 jours » ; donc tu comprends que l’enjeu est grand !

Sinon pour le trajet, j’ai tout prévu (et en passant, recopiez de façon très appliquée cette liste qui vous servira lors de vos déplacements futurs) :

Mon vrai/faux sac Speedy, très pratique pour voyager où qu’on peut jeter passeport, presse, lipstick, crème de huit heures, préservatifs…d’une façon « desorganized chic », un nouveau concept que je viens de créer à la minute où j’écris ces mots…

Des tampons auriculaires (cauz’ dépressurisation) et mon masque pour les yeux histoire de dormir confort.

Ma Repaiwear Day Intensive cream very dry skin formula de Clinique (pour éviter que ma peau se déshydrate et que je prenne 10 ans dans la vue à l’arrivée).

– « Les rêveries du promeneur solitaire » de Jean-Jacques Rousseau, pour étudier la flore avant d’arriver sur place où que je pourrai donner le nom latin de tous les pissenlits que je vais croiser (et aussi, ça aide bien pour piquer un somme dans les 10 mn).

En fait, c’est le nouveau Donormyl, « Les Rêveries… » ! Quoi ya qu’une heure de A4 à tout casser !?!? Et alors ?

Voilà cher lecteur, je file…
Je sais que ça va être chaud pour toi cet éloignement de quelques jours, loin de tout. Mais ne t’inquiète pas : tu es dans mon cœur, je t’aime allez, tu le sais bien, mais c’est pas mal aussi de faire des trucs chacun de notre côté, non ? Tu trouves pas ?
T’imagines quand on va se retrouver mardi, comment ça va être encore plus passionné ?? Pfff j’ai hâte…

22