VOYAGE VOYAGE

De l’art de maîtriser la montée de mélanine (1)

Moi, depuis 3 ou 4 ans, je suis devenue assez sérieuse rapport au Dieu Ra.

C’est à dire que je ne mets plus de l’huile sur le visage dès la première exposition, ou bien, par exemple, quand je pars skier l’hiver, je mets plus de la neige sur la gueule, coz’ que ça déjante quand même ces conneries rapport au mélanome malin et tout le tintouin.
J’avoue que ce n’est pas de gaieté de coeur, hein ?

Non parce qu’un récent hiver, je suis partie à Maurice et j’avais over protégé ma peau, mais tu vois pas comment j’ai eu envie de pleurer quand le pote qui était venu me chercher à Roissy, m’a sorti, dès qu’il m’a vue : « T’as eu un temps de merde ou bien ? »
Alors okay c’est trendy cool la pondération niveau hâle, mais du coup j’ai envie de te dire que aucun intérêt les 12 heures de vol si la populace croit que t’es resté à Paris, non ?

J’affirme que tout se joue le premier jour des vacances (enfin, le 1er jour où il fait beau pour ceux qui ont la malchance de partir en vacances en Bretagne).
C’est là où tu vas définir ta stratégie uvéenne, genre soit tu pars en vrille direct, soit tu es très sage avec les indices solaires.

Samedi, la mort dans l’âme, j’ai donc sorti mon spray solaire indice 20 (*mode pub on* gracieuseument offert par le nouvel amour de ma vie, Séphora *mode pub off*) et j’ai tout bien étalé sur mon corps de déesse sous le soleil brûlant de l’über On.
J’ai néanmoins décidé d’opter pour le topless cette année, histoire de garder une certaine unité et cohérence de l’ensemble, et aussi pour compenser la décision de merde que je venais de prendre.

Oui, je ne vais pas devenir la jumelle d’Ophélie Winter, et oui aussi j’ai des amis qui ont un goût sûr, car sitôt le haut du mayo balancé dans le sac de piscine Marc Jacobs, D. m’a matée avec gourmandise et a dit, d’un ton sentencieux : « putain, mais ils sont supaire beaux tes seins !! »

D’où qu’il sort des lieux communs lui ?

Je te jure, parfois je suis déçue par les gens qui m’entourent, t’as pas idée.

Tu vois pas que le mec, chef d’entreprise, il lit Capital au soleil ? Il fait une crise de jeunisme ou d’appauvrissement intense lui ou quoi ?
Sérieux, tu me vois partir en vacances avec un étudiant de Sup de Co’ ? C’est pas sérieux.Attends, j’ai jeté un coup d’oeil entre un Voici et un Paris Match, ben les mecs, chez Capital, ils pètent sérieux les plombs l’été !

C’est la grosse lachade éditoriale !

T’as qu’à voir le niveau, je te laisse savourer le titre d’un article, c’est délicieux…

« Temps de cochon pour les jambons Madrange »

Ouais hein ?
Bon en même temps je savais pas, moi, que Madrange ils avaient perdu 50 Millions de CA en 5 ans ? T’as vu un peu la catastrophe Nationale qui se profile ?

N.D.A. : Pour la suite de l’épopée solaire, t’as compris que tu vas devoir attendre quelques jours ? Je sais bien que c’est insoutenable, tu penses…

69

Baille baille ou comment je pars incessamment sous peu très bientôt dans l’über on* !

Bon les gens, c’est pas tout ça, mais tu vois pas que moi aussi je pars en vacances.
Ben ouais attends, tu crois quoi ?
C’est pas parce que t’en branles pas une au bureau qu’on te sucre les congés, ah ben non, (j’ai envie de te dire).

Donc, je pars me reposer de toute cette agitation neuronale et ophtalmologique (je te rappelle que mes yeux sont hospitalisés dans des mini-lits depuis peu) dans l’Über On.

Késako l’Über On ?
Ben t’as 4 de QI ou bien ?

« La Provence retrouve ici la pleine force de son caractère. Douceur du climat et transparence de l’air exaltent les étonnants contrastes d’une nature riche et multiple : striures bleues des lavandes, vert des forêts aux nuances subtiles, flamboyances des falaises d’ocres, blancheur austère des collines calcaires. »

T’as compris ou bien je développe ?

Déjà, autant te dire que même pas je vais à la plage.
Coz’ que c’est pas le concept de l’Über On. Non, on va pas se faire chier à faire une heure de caisse pour bronzer avec la Plèbe qu’a même pas de baraque avec piscine j’ai envie de me moquer.
Alors, okay, tu peux pas débiner les grosses en maillots et les beaufs qu’ont acheté leurs slibards chez Gémo, mais tu peux pas tout avoir non plus !

Le concept, c’est plus marché avec ton panier, rosé dès 11h30, bourré dès 15h, sieste coz’ que t’es bourré, Voici et Closer, « j’ai bronzé ou bien ? », les pauvres c’est des nazes, re-rosé coz’ que t’as débourré, huile Leonor sur les cheveux faudrait voir à pas rentrer avec les cheveux en carton, internet bas débit donc pas d’Internet, etc….

Donc t’as compris que mes yeux seront toujours dans leurs mini-lits et moi dans un king size, enfin je dis ça je dis rien coz’ que je vais devoir peut être partager ma couche avec mon ami S. (qu’est pédé, te fais pas de films) car y’a pléthore d’amis cette année.
Le seul souci avec S. c’est qu’il dort en étoile de mer, donc faut trouver un créneau pour te positionner sinon c’est mort le repos.
Y’a juste ça qui me fait chier, je dois l’avouer, mais bon, tu vois pas que je vais te le dégager du lit lui et ses tentacules, ça va pas mettre longtemps.

Sinon, l’Über On, ça me fait plaisir de le retrouver, tu penses !

D’abord, je m’y suis mariée dans un ravissant Château d’un des villages les plus chics (donc blindé de gens venant de la perfide Albion), donc peut être j’y ferais un pèlerinage et que je découperais au cutter ma robe de mariée devant la porte de l’église, t’en penses quoi ?

C’est über ça ou non ?

Je garde les chutes de la robe pour que la gouvernante fasse les poussières avec tu crois ?
Non coz’ que ça raquait la robe hein ?
Bon en même temps, ma mère elle a pas trop gaspillé pour rien, elle peut l’admirer dans sa housse tous les jours si elle veut, je dis c’est rentable le truc.

J’y réfléchis et je te dis en rentrant.

Sinon quoi te dire ? Je te fais pas le délire de ce que j’emmène dans ma valise, je sais pas faire ce genre de composition florale, disposer tous les looks sur le parquet et les prendre en photo, la vérité ça m’épuise et m’est avis que tu t’en branles aussi…
Pfff de toute façon je serai toujours à moitié à poil, j’ai envie de te dire, aucun intérêt le « Holidays fashion package » !

Bon allez, puisque tu insistes, je te montre mes mayos princesse tam tam, mais après c’est tout hein ?
Puis me sors pas que ce serait mieux de les voir portés, tu vois pas que je vais me mettre en mayo sur le web 2.0 ? Tu veux que je participe à Miss Camping 2007 ou quoi ?

Bon, lui, en fait, j’ai acheté une deuxième culotte (mais pas un shorty hein ? Genre une micro, avec des übernoeuds** sur les côtés), mais je l’ai retrouvée que hier soir vers minuit, la micro culotte, donc tu vois pas que j’allais refaire des photos jusqu’à 2 h du mat.

Et donc, si on résume, ça donne : 1 haut + 2 bas.

Et lui, j’ai pas acheté de deuxième culotte, donc ça donne : 1 haut + 1 bas.Donc, si on cumule cette histoire de mayos, ça donne : 2 hauts, 3 bas.

Moi je te demande combien de possibilités ?
Sachant que l’on peut mélanger allègrement les mayos coz’ que les stars, dans les magazines, elles le font, et que les journalistes elles disent que c’est trendy cool ?Voilà les gens c’est tout.
Peut être y’aura 1 billet ou 2, je garantis rien, coz’ que si je dois mettre 8 ans à télécharger une photo, comme je suis très patiente, je risque d’avoir les nerfs et de t’insulter alors que t’y es pour rien, tu vois pas comment tu vas avoir les boules.

Juste tu vas t’en remettre tu crois ?

Si vraiment tu t’ennuies à mourir sans moi, je t’offre une grille de Sudoku.
Comment ça marche ? Ben c’est simple, tu prends un marqueur à pointe fine et tu complètes les cases sur ton écran. Je sais, après c’est crade et faut nettoyer, mais tu vois une autre soluce toi ?
Bon, alors tu te tais et tu fais ta grille.

Sinon, y’a des devoirs à faire pendant mon absence.
Donc Eamimi, et tous ceux qui le veulent bien, ce serait l’über coolitude si je pouvais avoir un compte-rendu journalier de la journée bloguesque.Genre vous me dites quel blog est über, quel blog est trop naze, si machine est vraiment une conne, qui a débiné qui, qui a fait la gueule coz’ qu’elle avait moins de commentaires que l’autre, si y’a eu des coucheries, du roulage de pelles, si c’est trop chiant sans moi, qui tente de me copier mais c’est minable, bref, tous les trucs que je dois absolument savoir, en rentrant, le 20 août, sinon je suis trop de la loose, okay ?

T’es mignon.

Tu sais que t’es con, tu vas me manquer en plus.
Tssss…

*Lubéron, pour les vraiment cons.

** Expression utilisée dans le Cosmopolitan (pas le cocktail, le magazine, sois pas con) du mois d’Août (tu vois pas comme ils copient eux ? Je demande des droits tu crois ?)

118

Déj chez Cojean* ?

11.45 MH me demande sur msn si des fois j’irais pas faire une cojeanade sur le coup des 12.45 11.47 Je réponds que ouais mais pas avant coz’ que comme je viens juste de me mettre à bosser, je dois VRAIMENT travailler 1 heure pour faire style je suis débordée 11.48 MH me dit okay, ça marche ma poule 11.53 En fait je fous rien, je discute avec A. sur msn qui me demande si je peux dej avec lui à midi 11.55 Je réponds à A. take on me… non je réponds pas ça, c’est juste pour voir si t’as des références musicales. J’y réponds que non coz’ que je viens de dire oui à MH 12.03 Je bosse 12.09 Je réponds aux commentaires sur mon blog en revenant de la fontaine Culligan 12.13 MH se déconnecte de msn et je me dis qu’elle a pété un plomb coz qui faut pas 1/2 heure pour aller chez Cojean, à part si elle a de sérieuses ampoules rapport à ses nouvelles shoes. 12.30 J’ai fini de bosser pour la matinée, je suis morte. 12.32 Mon boss me demande s’il peut fumer dans mon bureau sinon les autres ils gueulent dans le sien. 12.33 J’y réponds que ouais, mais il ouvre la fenêtre, j’ai pas envie que mes cheveux fraîchement lavés sentent le PMU 12.41 Je dis « à plus » à mon boss, je croise le TBM dans l’escalier, je me dis qu’il a grossi et qu’il est trop laid en fait 12.46 J’arrive chez Cojean. Comme d’hab, y’a que des cons et des modasses. 12.49 Je m’assoie face à MH et on mange rien pour cher, comme d’habitude, ça c’est Paris ! J’adore l’idée. 12.51 Je me dis que Cojean c’est un concept pour anorexiques sauf que j’en ai pas trop besoin j’ai envie de lui dire à Cojean, mais il est pas là, je ravale ma haine. 12.53 MH m’explique qu’elle a plié les gaules à 12h15 pour aller faire quelques fins de soldes pré-Cojean 12.56 MH a fini son potage, elle dit qu’elle a encore faim et qu’elle va prendre un truc en plus 13.00 MH revient avec une salade de fruits 13.05 MH me dit que si je veux, elle a vu chez Zara les mêmes shoes argentées que les siennes que je kiffe et qu’il reste une paire à ma pointure. 13.08 Je réponds que ça va peut être aller vu que depuis le début des soldes, j’achète deux paires de chaussures par semaine ! 13.12 MH me répond que oui, mais que c’est que 40 €, tu vois pas la misère ! 13.14 Je dis « ah ouais c’est sûr, dans ces conditions ! » 13.16 MH me dit que si je veux on y passe après déjeuner pour voir les shoes 13.20 Je dis que comme on a fini de déjeuner coz qu’on a rien bouffé on n’a qu’à y aller maintenant, non ? 13.24 On arrive chez Zara. Je dis à MH que ça va le faire moyen niveau longueur de file d’attente et que y’aurait pas moyen de gruger ? 13.26 Elle me répond que c’est comme ça, je suis chiante, c’est les Soldes, bordel ! 13.32 On a tout retourné et MH me dis que les pompes qui étaient là y’a une heure, ben elles sont plus là, en quelque sorte. 13.35 Je fais gravement la gueule et je regarde si des fois y’aurait pas une paire sympa pour compenser 13.42 Y’a pas d’autres paires qui sont belles 13.47 On sort de chez Zara et je dis à MH que ça fait chier, qu’elles étaient über belles ces pompes, que je suis en tombée en trouble bipolaire en l’espace de 10 minutes rien qu’à cause de ses conneries de me faire des fausses joies comme ça ! 13.51 MH me dit que attends je vais pas l’engueuler non plus 13.52 Je réponds à MH qu’en fait, grâce à elle, j’ai économisé 40 € que je pourrais donc les dépenser dans autre chose sur le chemin du bureau car comme je pensais les claquer autant le faire, c’est comme si j’avais rien dépensé, non ? 13.54 Je dis au revoir à MH et je me dirige vers le Printemps…

* Cojean = endroit qui n’a aucun intérêt mais où qu’on va quand même pour déjeuner quand on est beau.

167