OH LA DECO

Cadre(s) de vie

Bien que l’amoureux soit un névrosé patenté du « planté de clous » (je vous en parlais ici lors de la négociation du mur de miroirs), quand Desenio m’a proposé de choisir des affiches parmi leur sélection j’ai tout de suite accepté.
Depuis notre emménagement dans cet appartement en août dernier, le mur au-dessus de la cheminée de la pièce à vivre restait désespérément nu, vierge de toutes mes velléités décoratives. Et ça suffisait comme ça, il était temps de prendre les choses en main.

J’ai donc commandé plusieurs affiches encadrées en loucedé sur Desenio. Quand elles sont arrivées, j’ai pris ma tête de Chat Potté, j’ai un peu remué la queue et j’ai dit Oh mais c’est rien du tout mon chéri, deux petites pointes et puis s’en vont, tu ne les sentiras même pas passer je te promets !
Il faut croire que j’ai un vrai don dans l’imitation animalière (je m’étais entraînée des jours entiers au remuage de queue, ça doit être pour ça), les pointes se sont retrouvées dans le mur comme par magie. Vive le bricolage, vive l’amour.

16

A la belle saison…

Salut la jeunesse, j’espère que vous avez passé un bon week-end ! Moi oui merci.
Je suis restée à Paris, ce qui m’a fait tout bizarre vu que ça ne m’arrive quasi plus depuis que j’ai embrassé la campanule. C’était comme si j’avais perdu toutes mes marques mais, je vous rassure, je les ai vite retrouvées. Entre une fête d’anniversaire, un brunch et un ciné je n’ai pas mis beaucoup de temps à renfiler mon costume de bobo à clichés (j’ai zappé le marché quand même, je n’allais tout de même pas me faire l’intégralité du chariot des desserts parigots…).

Enfin bref, où en étais-je ? Ah oui : Monoprix ! Comme d’habitude, je n’ai pas manqué la présentation presse de la célèbre enseigne, la semaine dernière, pour le printemps/été 2018. Comme d’habitude la jolie scénographie m’a enchantée. Et comme d’habitude (<=ça va Cloclo ?), j’ai eu envie de tout acheter… sauf qu’il va falloir attendre plusieurs mois avant que tout n’apparaisse en magasin. La vie n’est faite que de contrariétés, n’est-ce point ?

11

Passion brocante

Ça n’est un secret pour personne, je suis une dingue de chine, de brocantes, de vide-greniers et de vieilleries depuis toujours. J’aime que les choses qui sont chez moi aient une histoire et une âme, j’aime ce sentiment de les avoir traquées pendant des années parfois, j’aime discuter pendant des heures sur les lieux du « crime » des anecdotes liées à ma trouvaille du jour, j’aime négocier âprement comme si j’étais une vieille de la vieille à qui on ne la fait pas.

De ce côté-là, j’ai longtemps été frustrée dans ma vie de parisienne – les prix pratiqués lors des vide-greniers à la capitale dépassent souvent l’entendement -, mais depuis que je passe beaucoup de temps en Normandie je prends un pied phénoménal, quasi chaque week-end, à écumer les brocantes de la région.

Bien sûr, loin de moi l’idée d’établir aujourd’hui une dictature du « vieux ». Je mixe tout mon petit cheptel vintage avec des objets bien contemporains, que j’achète sur des sites qui propose de la déco online plutôt chouette (La Redoute et ses collections AM.PM et Intérieurs, Cyrillus, Maisons du Monde ou des petits e-shops que je découvre souvent sur instagram), ou directement en magasin (Ikea, Habitat, Fleux, ou des petites boutiques de déco indépendantes). Et puis c’est comme pour les baraques, plein de gens préfèrent le neuf aux vieilles pierres. Je ne juge absolument pas.

24