MODERIES OH OUI

Violette joue au vrai blog de fille, mais t’inquiète, c’est juste un moment d’égarement.

Fille
(Nom féminin)
Personne de sexe féminin par rapport à son père et à sa mère.

Femme non mariée.
Servante.
Prostituée.

(Merci Mediadico)

Au tout début du commencement, ici, à la base, ça devait être un blog de fille.
T’as noté que pas vraiment, même si je suis une personne de sexe féminin et que je parle de tampons ou de protège-slips, exceptionnellement, certes.
Aujourd’hui, j’ai décidé de m’essayer, pour un one shot, à un truc vraiment fillasse et, que finalement, les gens kiffent.
Juste comme ça, pour voir.

Donc, genre, je te montre une photo de moi, non pas nue, n’insiste pas tu deviens un peu lourd, mais avec des vêtements, et on écrit koitesse l’accoutrement et tout le monde zyva de son petit commentaire, du genre trop de la balle ta robe ou bien combien que ça coûte cette connerie ou bien c’est chemo (mais ça, les nanas elles hésitent gravement à le dire rapport que c’est pas « blogo friendly attitude« ).
Bref.

Robe en cashmere – COS
Bottes en cuir – Rue Blanche
Sautoir en je sais pas quoi – Vintagerie
Collant en Polyamide et Elastane – Gris
Sous-vêtements – Aucun
Voitures derrière moi – Immatriculées 57
Végétation (toujours derrière moi)Aucune idée
Au sol Béton (mais je suis pas sûre à 100%)
Pourquoi la jambe gauche mise n’importe comment ?on s’en tape

Juste, je voudrais mettre un accent sur la vintagerie de collier qu’on voit pas bien, c’est sûr, mais quand même.
Tu vois pas que ce « sautoir qu’on voit pas bien« , mais qu’est quand même une tuerie, je l’ai déniché dans une vintagerie de la hipness absolue à Bruxelles.
Attends, c’est pas ça qu’est fou.
Je t’illustre et juste après, je te narre.
Hop.

Le concept, c’est le vendeur, en fait.
Je sais que tu vas arguer qu’on voit rien, mais j’allais pas faire genre attends smile c’est pour que je me foute de ta gueule sur mon blog, please. Donc, déjà, le mec, je l’ai pris en photo à l’arrach’, va pas me demander l’impossible non plus !

Alors, le vendeur, donc.
Ben il est barré.
Si t’aimes mieux, le mec il porte une combinaison rouge, des low boots ultra talonnées, et surtout une mullet cut dont t’as même pas idée dans tes rêves les plus fous.
T’as juste envie de dire à Nicola Sirkis d’aller vendre des blousons mal coupés sur les marchés avec Miss Paramount, tellement le mec il est over dressed, et que lui, en 1986, c’était juste une tanche.
Je dis ça, je dis rien.
Le gros problème avec le mullet boy de la vintagerie, ben c’est qu’il était sympa !
Ouais.
Mais vraiment hein ? Direct, t’as limite envie de le poker sur facebook.
Pas comme les gros cons de vendeurs, en France, qui se prennent pour les Rois du Monde rapport qu’ils sont well lookés et qu’il bossent dans le pretap’ de luxe, même s’ils gagnent le smic. Je te fais pas de schéma.
Donc, lui, tu pouvais même pas te moquer, la vérité, sauf quand même quand il a passé 10 minutes à coiffer la mèche du mannequin blond en vitrine, parce que là, sans déconner, c’est du grand n’importe quoi !

Dans cette histoire insensée, quelles sont les grands questionnements dont l’Histoire se rappellera :

– Une femme mariée est-elle un garçon ?
– Les vendeurs dans les vintageries, à Bruxelles, gagnent-ils plus que l’équivalent du SMIC Français ?
– Pourquoi les Rois du Monde ne savent pas ce qu’on pense d’eux en bas ?
– Est-ce qu’Indochine c’est borderline ?
– Quid de la combinaison rouge si l’on n’exerce pas la profession de pompiste ou Pilote de F1 ?
– Une robe sans sautoir ou un sautoir sans robe, qu’en est-il du plus hotty des deux ?
– Offrir une ville en cadeau, est-ce vaniteux ?

116

Wonderbra, I wish you would push up on me ou bien demain j’enlève le haut + le bas, si tu es sage.

(Avertissement : Pas de visuel, tu as noté. Mais plus bas, y’a matière, t’inquiète !)

Moi si je devais juste te dire un seul truc aujourd’hui (mais tu sais, malheureusement, que c’est du domaine de la fin de non recevoir), ce serait que y’a quand même des Marques, quand ils te font des cadeaux, ben c’est juste le high level. C’est tout.

Après t’adhères ou t’adhères pas au produit, là n’est pas la question.

Juste, les mecs, ils peuvent dire « je m’en vais comme un Prince » et crois-moi, on va pas piper mot.

En gros, ils se foutent pas de ta gueule. Comme d’autres. Je ne cite personne. Suivez mon regard. Ouais, t’as vu ?
Bon.Sinon, un jour, dans un pays de tous les temps où vit la plus belle des abeilles, Wonderbra il m’a écrit pour me demander ma taille de soutif et de « bas de corps« .
J’avais un peu interloqué, coz’ que tu connais mon effroi légendaire rapport à mon anonymat, et dévoiler que je fais du 90A + 36, c’est pas le genre de détails que tu offres aisément à un inconnu, tu crois pas ?
Heureusement, il a gardé le secret et, surtout, il m’a envoyé 5 ensembles (ou parures, je maîtrise pas le vocable du monde de la lingerie d’une force transcendantale).

Oui Madame !

Oui Messieurs Dames, 5 soutifs qui font genre « t’as des gros seins même si que non, en vrai » + 5 slip/string/culotte/shorty qui font genre je sais pas.

Non, ils sont pas rats.

Mon problème aujourd’hui, c’est que je ne sais plus où donner de la tête face à cette déferlante de frous-frous et consorts slipesques.
On m’annonce en fanfare que je peux faire péter plusieurs niveaux de décolletés : vertigineux, pigeonnant, sexy-arrondi (si, si) et audacieux.
Bordel, que fèje ? Lequel choisir ? Les compiler ? Je ne sais pas et comme d’habitude, je reste plantée là.

Voilà pourquoi je te demande ton avis. Pour une fois. Ne me déçois pas. J’aimerais tellement m’accrocher, prendre un chemin, tu sais…

Donc, tu regardes les photos (certaines sont floues, je sais, fais pas chier) dans un premier temps.

Après, tu me dis lequel m’irait le mieux au teint (comme ensemble, pas comme photo) :

1)
si t’es lecteur que tu m’as jamais vue, tu imagines, d’après mes écrits, lequel pourrait mettre le mieux en valeur mon corps, comme qui dirait.
2) si tu me connais en vrai (genre t’es un ami ou assimilé), même question.
3) si nous avons eu / avons une relation intime, tu peux également donner ton avis, toi qui connais parfaitement mon anatomie (tu votes, tu donnes pas les détails, tu es mignon).

PS
: Juste un bémol, les gens de Wonderbra, pour les N°2 et N°4, vous m’avez prise pour une grosse ou bien ? Est-ce à dire que je dois m’empiffrer de burgers Michalak, au Quick du coin de la rue, pour arriver à remplir les culottes ? Je dis ça….


PS2 et pas des moindres
: La semaine prochaine, si tu valides, je ferai Infid’elle vêtue uniquement de l’ensemble Wonderbra que tu auras choisi. Ne me remercie pas. Tu le mérites !

Ça se passe ci-dessous. Bon appétit !

N°1



N°2

N°3

N°4


N°5

136

Comment avouer à une amie qu’elle a un look d’hôtesse au sol de la Pan Am…ou bien comment lui apprendre la langue de Zadig et Voltaire*

Le 6 septembre (249è jour de l’année du calendrier grégorien et, accessoirement, anniversaire de feu le Marquis de Lafayette, je dis ça, je dis rien rapport qu’il est décédé en 1834, donc c’est la pas la peine de lui envoyer une carte virtuelle avec des ballons fluos, il la recevra pas), j’ai participé à une petite sauterie avec quelques copines blogueuses.

J’avais déjà noté dans mon inconscient torturé qu’Alexiane avait un look bien à elle, un mélange de Provincialité à laquelle il faut ajouter un zeste de je ne sais quoi qui fait que cette fille, tu sais jamais dire si son allure est terrible, voire early adopter (mais alors vraiment borderline) ou complètement beauf.
Maintenant qu’elle commence à acheter des trucs un peu chers rapport au fait qu’elle a pas encore demandé d’augmentation mais que ça ne saurait tarder, ça va un peu mieux, car au moins, même si c’est moche et raté, au moins c’est de la bonne came !

Donc, m’est avis qu’elle pensait se rendre à une soirée costumée car elle a débarqué déguisée en hôtesse de l’air ou au sol, selon tes préférences en la matière, je te laisse le choix dans la date.
Sauf que c’était pas la thématique.
Donc, elle s’est ramassée, tu penses…

Tout de suite, là, aucun rapport, mais j’ai envie de te raconter un truc, donc je te narre et après je ferme la parenthèse.

L’hiver dernier mon amie A. était invitée à une soirée chez un animateur télé assez connu et quand ce dernier lui dit que le thème c’est de mettre un loup, cette conne elle lui a répondu « Ah ouais, c’est comme au bal masqué, la Compagnie Créole, tout ça, en fait » et lui, le mec, donc, de lui rétorquer « non, je voyais plutôt Eyes Wide Shut, en réalité« .
Ouais t’as vu le niveau et comment qu’elle s’est grillée ?!

Bref, moi, quand j’ai vu Alexiane avec son déguisement, je lui ai dit que pour Roissy, c’était pas la bonne direction.
Elle a ri.

Puis, à son (joli) corps défendant elle m’a rétorqué que, le matin, elle avait un petit dej « clients » au Bristol.

Règle n°1 : ne jamais chercher à se well looker quand on va dans un resto chic/bar d’hôtel, ça te colle direct l’étiquette « Provinciale qui se met sur son 32 pour aller à la Capitale », voire « Parisienne qui n’en est pas et qu’habite Porte d’Orléans rapport au fait que c’est plus rapide pour rentrer le ouikène chez ses parents, en Province donc ».

Quand on va dans ce genre d’endroit, c’est juste normal, voire on décale et on se low sape, histoire de montrer que faut pas nous la raconter et que ouais on a la fibre capillaire pas très nette, so what ?

Après, Solenne qui est toujours un peu fayotte sur les bords ajoute :
« elle est vachement bien ta chemise blanche, j’adore »
« oui, c’est toujours la même que je mets, en fait« , qu’elle répond, l’autre buse, au lieu de la boucler et que là ça fait vraiment pauvre fille. Non ? Si, hein ?

Et attends, c’est pas fini :
« Mais ce qui est chiant avec les chemises blanches, c’est que tu peux pas les mettre deux jours de suite, ça se voit que c’est sale… »
« Hein ???? » que j’ai abasourdi.
« Est-ce à dire que, quand la couleur est présente dans la fibre cotoneuse de ton chemisier, tu te le coltines deux jours d’affilée**« , j’ai demandé.
La réponse était affirmative, tu t’en doutes.

Règle n°2 : Changer de chemise tous les jours. Même si t’as pas l’impression qu’elle est sale, elle l’est quand même. C’est par respect pour toi-même que je dis ça.
Après si ça te gonfle parce que t’as pas assez de stock pour en changer tous les jours de la quinzaine (minimum), j’ai envie de te dire que t’as qu’à pas être pauvre, c’est pas mon problème.
Si la raison est que ça te gave de repasser de manière fréquente, même analyse que susdit, t’as qu’à prendre une femme de ménage qui repassera tes chemisiers, blouses et consorts.
What else ?

Tu l’auras compris, je vais bientôt clore ce billet sous peine de résiliation amicale imminente. Evidemment, j’ai d’autres règles à édicter, mais ce sera pour une prochaine fois, j’entends déjà la pluie d’injures clapoter sur mon écran de portable.

D’un sens, elle a de l’humour, elle nous a quand même montré les sorties de secours sans piper mot, lors de la célèbre séance où t’écoutes les consignes de sécurité…

 


**
Pour ta gouverne, « d’affilée » est encore une locution adverbiale. Peut être tu t’en branles, c’est sûr, mais y’a pas que les low boots et Chloé dans la vie. Y’a aussi des gens qui sont un peu bêtes et qui, en plus, n’ont pas trop d’argent.
Leur offrir un peu de grammaire chaque jour, c’est un peu comme si tu tendais la main à un enfant dans un pays en voie de développement.
Hein ?

*
T’as noté que le titre est d’une longueur effrayante et que le billet n’a aucun rapport avec Zadig et Voltaire ? C’est normal j’ai envie de te dire, c’est juste pour ajouter un mot-clef, rapport à google, tout ça, le référencement.
C’est moche. Je sais.

zéro*
Là, c’est ce que tu veux. C’est un peu open astérisque. Et vieilles dentelles. Nul. Je sais aussi.

116