MODERIES OH OUI

Je socquette, nous socquettons…


Oui les cocottes (et cocos aussi bien sûr z’amis lecteurs fichtrement intéressés par les fillasseries de comptoir), après les pieds nus dans les ballerines par zéro degré celsius, on passe directement à la case socquette dans la sandale par canicule annoncée. (juste, je vous préviens que je mets au singulier, comme ça, pas de polémique sur le pluriel ou pas, comme pour le legging sans S où vous m’avez donné une migraine de malade).

Perso, si je dois faire un choix entre les deux options « modeportnawak », je choisis la seconde parce que et de un je suis frileuse, et de deux, c’est carrément moi qui ai lancé la tendance : souvenez-vous de mes mi-bas dans mes sandales Zara la semaine dernière !!

Parce que OUI, les mi-bas, ça compte !
Ok, ça compte moins que la socquette ou la chaussette de montagne qui, elle, est carrément hors compet’ tellement elle est fashion, mais ça compte quand même j’ai dit !

‘tention tout de même de ne pas faire péter le mi-bas en mousse couleur chair. Non, là, les copines, à moins d’être carrément bombasse, vous seriez tellement has been que même la voisine de votre mère glousserait sous cape devant vos pieds et vous mettrait la honte sur votre famille jusqu’aux 6 prochaines générations.Juste, on évite aussi la socquette avec le petit pompon derrière de quand on avait 7 ans et qu’on prenait nos premières leçons de tennis cauz’ qu’on kiffait Matseu Vilandaire.

 

On squeeze itou la socquette blanche Quechua, désolée mais il y a eu assez de tentes sur le canal récemment pour encore faire de la pub gratos à Décathlon (pour ceux qui seraient choqués, on ne sait jamais, je précise que c’est du 8ème degré, je ne veux pas entrer en guerre avec les Don Quichotte, Sancho Panza me fait trop flipper)

J’imagine qu’il est inutile de préciser (quoique un rappel de hype ne fait de mal, surtout qu’avec vous, même si vous faites bien vos devoirs, ya quand même du boulot) que, quand je parle de « sandales », j’entends quelque chose qui soit élevé au minimum sur 5 cm de talons, pas de Birkenstock quoi, enfin si mais pas là…

Hier soir, j’ai fait un essai socquettes qui brillent tellement qu’on dirait celles de Sheila période Ringo, qui viennent de chez Topshop (wéééé je shoppe à Londres, ça m’arrive quoi…), ben j’ai envie de vous dire que je déchire, tout simplement !Juste là où ça déchire moins (ou ça déchire plus dans le sens premier degré, z’allez comprendre), c’est que le pied droit a légèrement filé au niveau de l’orteil et que si je les mets like that, j’ai peur d’être trop trash, de relancer une nouvelle tendance dans la Capitale et, moi, le succès, quand c’est too much j’ai du mal à gérer. Puis prendre une attachée de presse…non, c’est pas sérieux…
Sinon j’ai deux trucs à vous demander : 1) allez-vous suivre cette mode (je fais des stats très sérieuse sur le sujet) 2) savez-vous où je peux trouver des socquettes sympas sans passer par la case Dim ?

 

Je voulais également remercier mes parents, mon Producteur…. Nannnnnn

Sérieusement, je remercie de tout coeur Pénélope Jolicoeur qui m’a offert le merveilleux dessin qui illustre aujourd’hui ce billet. Donc, interdit de piquer cette illustration, c’est un cadeau, et on ne pique pas les cadeaux, surtout quand ils viennent de Stars de l’illustration.
Pour ceux zé celles qui ne connaîtraient pas encore la talentueuse Pénélope, il faut absolument aller à cette adresse chaque matin, prendre une bouffée de bonheur : http://www.penelope-jolicoeur.com/
Merci Pénélope !!! (ça va, j’ai été bonne ?)

23

Je suis belle et j’aime ça !

Hier, on m’a beaucoup regardée dans la rue.
Vous me direz, rien d’anormal jusque là, puisque c’est mon lot quotidien (chacun sa croix)

Mais là, j’ai vraiment senti que ça allait être « mon » jour dès le matin, au moment où j’ai enfilé mes nouvelles sandales Zara qui font « limite pétasse mais non en fait juste super pointues ».

(NDA : Pointues = Le style, pas la forme des shoes !)


Pour vous résumer la sandale Zara en quelques mots, elle a un talon compensé en corde et un entrelacement de lanières en vinyle noir absolument délicieux. Recouvrant mon mi-bas, c’était juste absolument somptueux !

Vu le nombre de filles dans le métro qui les regardèrent jalousement de leur oeil torve trop peinturluré cauz je sors juste de ma salle de bains éclairée au néon, je me suis dit que j’avais choisi « the paire to have ».

 

Donc, lorsque je suis sortie déjeuner vers 13h, chaussées de mes sandales de la mort, mon slim noir juste bien mis comme il faut, sunglasses sur le nez, ça a été limite l’émeute que je savais plus où me mettre tellement c’était gênant pour les autres filles, disons, plus banales (et je pèse mes mots) !

 

L’apothéose, c’est quand un groupe de Japonaises agglutiné près d’un bus arrêté devant l’entrée Nord-Ouest des Galeries Lafayette, est littéralement tombé en pâmoison devant mes pieds délicieux en gloussant d’envie.

Quand même, c’est un peu gênant, mais j’avoue que j’ai cru néanmoins, mourir de bonheur.

 

Ok, elles sont souvent étranges niveau look les Japonaises, m’enfin y’en a quand même un paquet qui te donnerait un cours de mode à Anna Wintour qu’elle piperait pas mot la garce !

(NDA : toujours pour les sottes, hein, elles se reconnaitront, Anna Wintour = Rédac chef de Vogue)

 

Vous trouvez que je me la raconte ? La fausse modestie, ce n’est pas pour les ouineuses !

 

Alors, hier, est-ce que, vous aussi, vous étiez beaux à tomber par terre ?

17

Comment j’ai eu un Vrai/Faux Speedy…

Après avoir lu dans « Elle », il y a quelques mois, que le Speedy revenait en force, je me suis souvenue que ma mère en possédait un et que je ne le voyais plus à son bras depuis de nombreuses années. (Non, ma mère n’est pas Bourge, elle a juste du goût, ce qui n’est pas la même chose)

Le seul souci dans cette histoire : le mère n’est pas prêteuse.
J’ai dû user de stratégie, jouant sur sa sensibilité exacerbée, en arguant que ma copine Agnès, ben elle, sa mère était super cool, même qu’elle lui avait donné son Speedy sans rechigner à la tâche et qu’il était top becauz bien vintage comme on aime, tout ça, tout ça…
Ben là, ma mère m’a dit que bien sûr je pouvais le prendre, mais que surtout il fallait que je fasse attention à ne pas perdre le cadenas Louis Vuitton parce que lui, au moins, elle était sûre qu’il était authentique…

Hein ?????? que j’ai hurlé. « Mais c’est pas un Vrai le Speedy ? » je demande.
« Euhh.. je sais plus trop en fait » qu’elle me répond !

J’ai décidé de ne pas faire ma mauvaise tête parce que, franchement, si c’est un Faux, il n’y a qu’à la boutique Vuitton qu’ils pourraient le détecter avec leur air suffisant, et comme je ne fréquente pas cette maison, j’ai dit : « Bingo, je le prends le Speedy, il est trop vintage, je ne peux pas le laisser passer ».

Le truc de ma copine Agnès, qui bosse dans un secteur d’activités où butinent des nanas über branchées, c’est de décaler à fond le Speedy, vu qu’on n’a plus 20 ans.
On ne peut donc le porter qu’à la condition d’être sapée archi cool (Vanessa B, Isabel M…).
J’ai suivi ses conseils à la lettre et je suis donc allée dernièrement faires mes courses chez Champion, vêtue d’un treillis informe, d’un petit pull de rien du tout, enfin Zadig quand même, mais quand on sait pas, ça pourrait aussi bien venir du Centre Commercial Velizy 2 (non je déconne), de mes Converse trouées et de mon Speedy qui est devenu le détail easy chic de mon look ce jour-là ; j’avais une allure folle !

Alors, moi je dis ouvrez l’oeil, fouillez dans les armoires de vos mothers voir si y’aurait pas moyen de taxer un vieux Speedy, et portez-le pour aller à la piscine ou chez Leader Price, vous allez déchirer !!!

 

27