MODERIES OH OUI

Behind the scene

manteau isabel marant

Je reçois des tonnes de mails – quatre – me demandant qui prend les photos de looks que vous voyez passer par ici. C’est bien simple, 90% du temps c’est Nounours. Je pense qu’il faudra, un jour, écrire un livre sur ce véritable sacerdoce. Etre mec de blogueuse, c’est pas la joie tous les jours, surtout en ce qui concerne ces petits shoots d’ego bien codifiés, qui rendraient dingues plus d’un photographe (hors mode) initié.
Putain, mais t’avais pas vu la GROSSE peluche sur la veste là ? / T’aurais pu le dire que j’avais du rouge à lèvres sur les dents ! / Bravo, la série est toute floue ! / T’as 10 minutes entre deux copies à corriger pour me photographier les pompes ? / Han, mais ça me fait un gros cul cette photo, là !!! J’ai grossi, tu trouves ?… Dieu qu’on (je ?) est chiantes.

38

Le retour du i

sac miu miu

It’s alright, Baby’s coming back.
C’est rien de le dire qu’on a fait la fête hier soir ! Mon Miu M u est revenu à la maison avec son i manquant (nous pouvons désormais l’appeler à nouveau Miu Miu, oui oui).

Je l’ai donc récupéré hier, à la boutique de la rue Saint-Honoré (Nounours m’attendait devant en Autolib, on a fait sensation), mais croyez bien que je ne me suis pas trop attardée dans cette sorte de boudoir feutré où tout le monde chuchote (si ça se trouve ils ont tous des acouphènes, les vendeurs ?).
Là-bas, des américaines de 25 ans arborant des sacs Chanel plus gros que leurs cerveaux m’ont un peu déconcertée. J’avais l’impression d’être sur instagram…

44

Arachnophobie

boots serpent

Bonjour, c’est moi (Violette) ! Avez-vous passé un bon week-end ? Moi oui, merci.

Quand j’étais petite, j’habitais à la campagne, et on croisait forcément des araignées dans quelques recoins de la maison. Un beau jour – ou était-ce une nuit ? – j’en ai même trouvé une dans mon lit. Je me souviens être restée une heure à l’observer, pétrifiée d’effroi, sans pouvoir bouger le petit doigt. Comme l’heure tournait et que j’avais école le lendemain (j’étais fayote), j’avais fini par pousser un grand cri, déménagé pour la nuit dans la chambre d’ami, et demandé à ma mère de changer les draps dès le lendemain.

Pendant des années, en ouvrant la couette avant d’aller au pieu, j’ai eu une appréhension. Bref, la grosse arachnophobie.

38