JE SAIS PAS

Dans le jardin de l’ogre

dans-le-jardin-de-logre-leila-slimani

Je me suis pris une grosse claque avec le premier bouquin de Leïla Slimani, « Dans le jardin de l’ogre », que j’ai lu au Maroc pendant les vacances de Noël. C’est marrant d’ailleurs parce l’auteure est marocaine, mais c’était vraiment pas fait exprès (ou alors c’est un clin d’oeil du Petit Jésus, on ne saura jamais).

Son second livre, « Chanson douce », qui a eu le dernier prix Goncourt, m’avait pas mal secouée, mais même si on retrouve le même style nerveux, les mots qui claquent, les phrases courtes et percutantes, j’ai trouvé « Dans le jardin de l’ogre » un cran au-dessus dans l’intensité. Ce bouquin est magistralement écrit, extrêmement dur, glauque et dérangeant, mais il ne sombre jamais dans la vulgarité malgré le thème principal : la nymphomanie.

49

Je lui dirai des « je t’aime »…

recette-madeleines-au-chocolat

Hi, it’s Nadine. En cette période de pré-Noël, et plutôt que d’envisager le gingerbread man – à poil sous son noeud pap’ et ses deux boutons rouges, non mais quelle dégaine -, j’ai décidé de partager avec vous ma recette des madeleines au chocolat. WAOU, et oui rien que ça.

Comme ça fait déjà trois fois que je la réalise, je crois pouvoir dire, sans trop m’avancer, que je la maîtrise pas mal. Tellement que ça paraît louche à mon entourage… l’autre jour, un copain qui venait goûter à la maison m’a sorti « Tu achètes des madeleines au supermarché et tu les trempes dans le chocolat, c’est ça hein, avoue !? »… les gens sont d’une mesquinerie sans nom.

42

Banana Bread

banana-bread

AH AH AH vous avez l’air malin, depuis 10 jours, avec vos turbots à la main. Surtout qu’en plus – tu vas voir -, j’ai changé mon fusil d’épaule, et qu’on ne va plus du tout faire de sauce hollandaise mais un banana bread. Jetez-moi donc la poiscaille ! A nous le truc bobo du coffee shop !

Bref, j’ai fait du banana bread, l’autre jour. Je ne suis pas mécontente de moi niveau texture – genre mi-pain mi-cake -, mais perso je trouve que ça ne sent pas assez la banane. J’en ai pourtant collé trois, je ne sais pas.
Ici, les avis étaient mitigés. Entre les « j’en veux pas ! » (ma fille)(<=odieuse), les « Oui la texture est bien » (l’amoureux)(<=diplomate) et les « Han trop bon, j’adore » (ma belle-fille)(<=fayote), j’ai eu un peu le patchwork des sentiments culinaires.

22