GIVE ME THE NIGHT

Mare de café (et d’autres trucs)

cafetiere

Hier matin, alors que je contribuais au bouchage de mes artères en dégustant une tartine de rillettes Bordeau Chesnel, j’ai repensé à ma soirée de jeudi dernier, complètement improbable du vécu.

C’est à dire qu’en entrée, j’étais invitée à dîner chez Senderens, deux étoiles au Michelin. Et qu’en dessert, je me suis retrouvée dans une boum vaseuse pour ex-étudiants avinés, surréaliste au possible. J’explique.

Bref, c’est Philips, qui nous conviait dans la gastronomie, nous autres écrivaines du virtuel, pour le lancement de sa nouvelle machine Senseo. Mr Senderens lui-même avait préparé un dîner exprès pour, le tout aux saveurs del Gringo.

33

Avant d’agir, il faut avoir appris à penser

dictionnaire-posthume-de-la-finance

Ce soir, ou bien hier soir, ça dépend à quel degré Celsius d’endormissement ou de réveil vous vous placez, j’étais à la soirée de lancement du livre de David Abiker. Si, tu sais, le dico posthume de la finance où que j’avais écrit le R de Rolex.
Merci, ça fait plaisir la mémoire de Bernard l’Hermite, ici.

Ah bah putain, les aminches, on y est pas allés mollo sur le Taittinger. Donc c’est pour te dire que demain (ou aujourd’hui, ça dépend à quel degré Celsius d’endormissement ou de réveil vous vous placez) faudra pas compter sur moi de bonne heure pour le billet.
Surtout qu’à la sauterie j’ai rencontré un ami de la vraie vie qui m’a emmenée boire du champagne rosé dans le 8ème, le quartier des femmes riches et cocues.
MAIS, qui se font coiffer chez Dessange International, attention !

gustave-eiffel

Et là je remarque deux choses étranges :

– mon ami de la vraie vie ressemble à Julien Dray en black.
un cendrier est collé au plafond.

☞ Ah non, mais n’importe quoi, des fois !

23

Coco (pas Chanel)

Bon, les squelettes, je voulais te dire que l’autre soir, j’étais en compagnie de mon amie hôtesse PanAméenne. Un peu désoeuvrées, et pas trop ragoûtantes de l’attitude, nous errions dans les Abbesses, blindées de parisiens toujours en recherche d’un coin de table en extérieur qu’ils sont, dégoûtés de pas avoir de la grande terrasse plein sud.

C’est qu’on fait les malins, nous autres, en Capitale, mais pour ce qui est de l’espace « plein air », tu repasseras !

Tout le monde repasse.
Avec Brian, en tête de gondole, déguisé en Majorette.

52