GEEKERIES

SHOWBIZ 2.0

Vous en avez marre de suivre des blogueuses sur Instagram ? Comme vous avez raison !
Du plus loin dont je me souvienne, je n’ai jamais été une « fan » au sens strict du terme. Bien sûr à une époque il y avait des posters au-dessus de mon lit (genre « Wham »)(<= DE QUOI ??) et j’attendais certains concerts avec fébrilité, mais ça s’arrêtait là. Ça n’a pas changé.

Néanmoins, je me suis mise à suivre de plus en plus de people sur Instagram. Parfois pas curiosité, souvent par affinité, de temps en temps pour rigoler. Ok j’avoue, la plupart du temps ça relève plus du plaisir coupable que du réel intérêt…

Curieusement, la plupart ne sont absolument pas dans la mise en scène et proposent des vrais morceaux de vie, et ça les rend attachants. Je partage une petite partie de mon listing de photos carrés ; si vous le voulez, je vous laisse faire la même chose dans les commentaires. Oh oui, faisons un grand Closer 2.0  !

40

But, who are you ?

massimo vitali
@photo : Massimo Vitali

L’autre jour, on m’a demandé les statistiques détaillées de la structure d’audience du blog. Je me suis alors plongée dans les données chiffrées de l’ami Google, chose qui ne m’arrive que très rarement désormais, alors qu’à la création de cet espace j’avais souvent le nez dedans, histoire de voir les progrès du petitou (d’où j’ai l’accent du Sud ?).

C’était assez sympa de voir, de façon globale, d’où vous venez, quel âge vous avez… et combien vous gagnez par mois (dis donc, y’en a pas mal qui paient l’ISF hein !), et je me suis dit que j’allais partager avec vous ces données.
Si vous voulez, à votre tour, me dire quelle ville vous habitez (je n’insiste pas pour l’âge, je suis bien élevée), allez-y de bon coeur. Si ça se trouve, on va devenir le Tinder de l’amitié, et je revendrai le blog des milliards. Je m’habillerai chez Prada, je roulerai en Porsche Cayenne, je rachèterai Internet, je serai Queen de Normandie, Y’AURA DE LA BRIOCHE POUR TOUT LE MONDE.

229

Le miroir aux alouettes

onlydecolove10

Source Photo

C’est hyper compliqué d’écrire un article sur un sujet dans lequel on est partie prenante à 100%. On sera indéniablement traitée d’ingrate, d’aigrie, de malhonnête, de personne hautaine, voire même de connasse (les blogueuses entre elles ont la main lourde en médisances).
Mais ça faisait un petit moment que j’avais envie d’écrire à propos de la vraie vie versus les réseaux sociaux. Je ne pense pas être la seule ; je vois et je ressens tout autour de moi des envies de respiration. De vrai. Et pas seulement dans le petit monde connecté.

Si je prends mon stylo de pèlerin aujourd’hui (?!?), c’est parce qu’il y a eu un élément déclencheur sur lequel j’ai pas mal réfléchi ces derniers jours. Je vous la fais courte, mais je devais partir au Vietnam lundi dernier, invitée dans le cadre d’un voyage presse… mais je n’ai pas pu prendre l’avion à cause d’un problème de passeport. J’aurais pu faire un nervous breakdown de compétition – j’ai commencé pendant 5 minutes -, mais dans les faits bruts ça donnait 24h de vol pour 4 jours sur place sans famille, sans amoureux et sans amis (#NewRémi).

87