ETUDES SOCIOLOGIQUES

Goodbye Kitty

Je sais que si je ne vous expose pas ici, ce soir, ce qui me tracasse depuis un bon moment, je ne pourrais pas aller me coucher sereine (et c’est important le Dimanche soir).

Non, mais, on passe quand même souvent à côté de problèmes terribles qui, si on prenait le temps d’y réfléchir avec intelligence, pourraient être résolus bien plus souvent qu’on ne le croit !

Bon, franchement, est-ce que ce n’est pas débile comme prénom « hello Kitty » ?

Littéralement, imaginez juste un moment que vous vous appeliez, par exemple, « Bonjour Florence », parce que c’est ça en gros, même si Kitty n’est pas la traduction exacte de Florence, mais le problème est bien là, hein ?

Comprenez-moi, ce n’est pas le Kitty qui me gène, c’est le Hello.

C’est quand même bizarre ce prénom composé, non ? En plus, il n’y a même pas de tiret entre les 2 prénoms ?!? C’est super troublant…

Ou alors, je n’ai rien compris et il s’agit de son prénom et de son nom ?

C’est à dire, prénom = Hello / nom = Kitty ?

Si c’est le cas, c’est vraiment la misère pour cette pauvre fille, s’appeler bonjour, c’est vraiment pas gagné.

Si vous avez des infos sur ce sujet à polémique, je le concède, je suis preneuse.

Finalement, ça m’a donné super mal au crane cette histoire…

1

Candy Neige-André, un cas social ?

J’avoue, j’ai du décrocher vers 1979.
Je crois que j’étais trop petite pour comprendre tous les imbroglios familiaux qui tournaient autour de cette pauvre Candy, donc j’ai lâché l’affaire.

J’ai découvert récemment une analyse psychologique du manga « Candy » (non, on ne se marre pas, c’est très sérieux) et là, j’ai appris un truc de malade !
Apparemment, à la toute fin de « Candy », on apprend que l’oncle William, M. Albert et le Prince des collines ne font qu’un : l’avenir romanesque de Candy est désormais bouché, son premier amour se trouve être son père adoptif, et les liens affectifs supplantent désormais les épanchements sentimentaux.

Alors, voilà, je suis un peu chiffonnée par tout ça et pas très rassurée, je l’avoue, par l’état de santé mental dans lequel doit se trouver cette pauvre Candy Neige-André (My god, quel nom de malade!).

Alors, si vous avez des news, faites passer…

3

Toutes des putes ?

Depuis le 1er février 2007, on ne peut plus fumer (entre autre) dans nos bureaux.

Soit !

En même temps, c’est sympa aussi de se taper 3 étages dans un ascenseur pourri pour aller en griller une, se faire draguer par le gardien de l’immeuble qui guette chaque pause clope des minettes des bureaux et qui nous gratifie d’un « ça va ma puce ? » paternel.

C’est sympa aussi quand on décide de faire 15 mètres de plus pour sortir de la cour grisâtre et s’aventurer dans la rue prendre les premiers rayons du soleil, la clope au bec.

Le seul petit problème, c’est que dans ma rue, ya pas de cinglés du jogging, ni d’amoureux du lèche vitrines, mais des femmes de petites vertus.

Alors la confusion devient facile pour tous ces hommes en quête de chaleur humaine, dès qu’ils voient une femme (sublime) en mini-jupe et bottes, fumant sa clope au soleil (moi, donc!).

Alors, qu’est-ce que je fais moi ? J’arrête de fumer ? Je vais bosser en jogging ? Je reste dans la cour sinistre de l’immeuble ?

Je prends 500 € ?

Ohhh, ça va, j’déconne !

4