CA VIENT DE SORTIR

Avant, pendant, après…

nos-14-novembre

Aurélie Silvestre a tout d’une héroïne dramatique moderne. Elle est jeune, elle est blonde, elle est jolie. Elle est maman d’un petit garçon, et enceinte d’une petite fille quand son compagnon, l’amour de sa vie, tombe sous les balles le 13 novembre 2015, au Bataclan.

Dans Nos 14 novembre, elle raconte sans pathos, mais avec une émotion si palpable à travers les pages qu’on ressent le besoin quasi impérieux de finir le livre d’une traite. Elle raconte son histoire d’amour avec Matthieu, commencée dans un train. Elle raconte tous ces petits détails qui font le grand tout d’une relation amoureuse. Elle raconte le jour J, depuis le lever jusqu’au dernier SMS à 21h46 : « Ça, c’est du rock and roll »… Elle raconte l’attente et le faux espoir qui meurt. Elle raconte les larmes de Gary, leur fils, et les siennes.

26

Le géant de papier

sapin-de-noel-galeries-lafayette

Hey, Jingle bells ! Dimanche dernier, à l’heure du goûter, les Galeries Lafayette m’avaient invitée à venir assister à l’installation du célèbre sapin de Noël du grand magasin.
En réalité, le montage avait commencé dès la veille, le samedi soir après la fermeture, et dure plusieurs jours en tout. C’est que c’est pas une mince affaire de dresser le couvert à ce roi des forêts de plus de 18 mètres de haut.

Cette année, le Noël des Galafs sera extra polaire. Il y aura des ours blancs dans les vitrines, et le sapin, créé par le jeune artiste Lorenzo Papace sera entièrement en papier, comme vous pouvez déjà le constater sur ces photos.

10

Y va y’avoir du sport

pointes-repetto

Je vous rassure tout de suite, je ne reprends pas la danse classique (imaginez ma dégaine en tutu à 28 ans)(je sais plus ? 28 vous êtes sûres ? j’avais dit quoi la dernière fois ?).

Maintenant que tout le monde est rasséréné, laissez-moi vous parler d’une nouvelle activité découverte il y a quelques jours, et littéralement adorée.

A l’occasion de la sortie de la ligne Active Line, une collection de vêtements de sport composée de sweats, brassières, leggings… sacrément désirables et hyper confortables, la maison Repetto m’a proposé d’assister à un cours de Smart Bodies.

Il y a même pas deux ans, j’aurais décliné aimablement sachant qu’au bout de 5 minutes je me serais probablement écroulée sur mon tapis, ivre de fatigue et transpirante comme un boeuf. Depuis que je cours – ok, pas régulièrement mais quand même -, je me sens beaucoup plus forte au niveau de la respiration et de l’endurance (c’est déjà ça, à défaut de perdre du cul). Du coup, j’ai remplacé la peur par la curiosité en matière sportive. La maturité, enfin.

57