BEAUTY CASE

Say « Cheese » !

Je ne sais pas si vous vous souvenez – souvent vous m’écoutez d’une oreille trop distraite -, début 2016 j’avais passé une nuit aux urgences dentaires… suivie d’un an de soins chez ma dentiste. OUI, OUI, un an ! A la fin, je connaissais même son digicode par coeur…
Je crois que je n’ai jamais autant souffert que cette nuit-là ; à côté, l’accouchement, c’est la fête foraine avec la barbe à papa à volonté ! Alors oui, il y avait un énorme abcès sous une dent de sagesse, mais aussi et surtout un gros problème de gencives gonflées. Mon talon d’Achille bucco-dentaire.

Du coup, j’ai alors décidé de ne plus jamais traîner les pieds avant la visite de contrôle annuelle chez ma dentiste, et d’utiliser une brosse à dents électrique qui, à mon sens, donne une bouche beaucoup plus saine. Mais mes gencives restaient toujours un peu sensibles jusqu’à récemment.
Ok, j’avais fait des effort mais je n’ai pas un mode de vie irréprochable en la matière (café + clopes), et puis surtout je crois que je n’ai jamais eu une très bonne technique de brossage.

26

Tour solaire 2017

Salut la jeunesse. Hey, dis donc, on est déjà en juillet – il ne faudra pas oublier de me souhaiter bientôt mon anniversaire.
Comme chaque année, voilà un débrief solaire. Il n’y a rien de révolutionnaire dans ma routine de l’été, puisque je vous ai déjà parlé de tous les produits présents sur cette photo, mais il est toujours bon de faire un rappel. Surtout pour celles qui ne souhaitent pas ressembler à Ophélie Winter, celles qui ont des allergies, celles qui sont moyen dans l’option « crêpe » à la plage – chichis, beignets, boissons fraîches -, ou pour les sosies non officiels de Blanche Neige.

J’ai utilisé ces 4 produits avant et/ou pendant ma semaine en Italie ; grâce à eux je n’ai pas cuit, j’ai même pas mal bronzé sans trop m’exposer.

16

Au poil !

Chez la femme, l’adolescence c’est un peu le chemin de croix sur lequel on croise plein de choses charmantes : les règles, le début de la pilosité, les boutons, les humeurs qui font les montagnes russes.
Depuis que Cyclamen est toute petite, je l’ai toujours mise à l’aise avec l’intimité. Je n’ai jamais esquivé une seule question sur ces sujets, souhaitant plus que tout qu’elle soit à l’aise avec sa féminité à venir, même et surtout concernant les problématiques citées plus haut.

Pour moi, c’est une des multiples clés de la confiance en soi. Elle n’aura sûrement pas le trousseau complet mais, au moins, elle aura débloqué la porte des tabous féminins (<= tu te crois dans Fort Boyard ?).
La première chose qui l’a intriguée, très tôt, ce sont les règles. A 5 ou 6 ans, elle me posait déjà plein de questions – est-ce que ça fait mal, ça dure combien de temps, etc… Et allez, parce que c’est vous je vous raconte cette anecdote ultime, celle dont on parle encore toutes les deux en éclatant de rire (mais chut ne le dites à personne) : à cette époque, elle est entrée un jour dans les toilettes que j’étais en train d’occuper et m’a demandé, les yeux brillants d’excitation : « Moi aussi un jour, je pourrai mettre une ficelle dans mon cucul ?« 

23