Grains précieux

    

boutique petrossian 11

Si vous lisez mon blog depuis plusieurs années – j’espère, sinon vous passerez à la comptabilité -, vous savez que je suis une grande fan de la maison Petrossian, tant pour ses produits que pour son histoire.
A chaque fois que j’ai l’occasion de me rendre à leurs événements gustatifs, je me régale dans tous les sens du terme : il n’y a pas que la vodka que je bois avec délectation, non, il y a surtout les paroles de Mr & Mme Petrossian. Car les tauliers sont de sacrés passionnés.

Pour autant, je n’étais jamais entrée dans la boutique du boulevard de la Tour-Maubourg. J’imaginais une sorte d’atmosphère feutrée où des dames d’un certain âge, en manteaux de zibeline, passaient commande de grains précieux pour célébrer la communion solennelle du dernier petit-enfant. Ou carrément pour s’en tartiner le visage, car le caviar a des vertus anti-âge, le saviez-vous

boutique petrossian 10

boutique petrossian 4

boutique petrossian 9

boutique petrossian 14

boutique petrossian 7

En fait pas du tout (j’ai fait mon baptême la semaine dernière) !
Dans cette élégante épicerie fine au décor boisé, c’était plutôt l’effervescence ce matin-là : on coupait des tranches de saumon fumé pour des clients comme vous et moi (enfin, sans fourrure sur le dos j’entends)(quoique…), on proposait gaiement des spécialités russes, on aidait au choix de précieux Taramas, et puis Madame Petrossian elle-même sélectionnait le caviar qui convenait le mieux aux goûts d’un client, tout en ne manquant pas d’offrir des petites cuillères d’Alverta Imperial à toute la boutique (« mon préféré » disait-elle, les yeux remplis de petites étoiles).
… Un peu comme une petite maman poule qui donnerait la becquée à ses poussins, voyez ? Bon.

boutique petrossian 6

boutique petrossian 12

boutique petrossian 5

boutique petrossian

boutique petrossian 15

Bref, c’était une sorte de joyeux bordel bien orchestré – bordel chic, anyway -, et j’ai eu l’impression de vivre un petit moment hors du temps. Une parenthèse dans un joli Au bonheur des Dames gastronomique.

Voilà. Surtout, si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à franchir le pas de la boutique. Pour y jeter un oeil, acheter une bonne vodka ou un peu de caviar (à partir de 54€ les 30g)…

✰ Infos pratiques ✰

Petrossian Rive Gauche – La boutique historique

18 Bd de La Tour-Maubourg, 75007 Paris
Tel : +33 (0)1 44 11 32 22
Fax : +33 (0)1 44 11 32 25
Ouvert du lundi au samedi de 9h30 à 20h

boutique petrossian 2

boutique petrossian 8

boutique petrossian 3

boutique petrossian 13

Catégories PLACE TO BE

25 commentaires

  1. soniachocolat dit :

    Ben dis donc, c’est pas de la fourrure qu’elle a autour du cou la dame avec un grand sourire peut-être?!

  2. Je ne suis jamais entrée dans un Petrossian. A chaque fois que je passe devant, je me dis qu’il faut que j’y fasse un tour mais je n’ai jamais pris le temps de le faire!
    Bon promis, la prochaine fois, je rentre dans la boutique!
    Belle journée

    Petite and So What?

  3. Sabine dit :

    Voilà !
    Depuis le début de ma grossesse je rêve de caviar ( ouais on fait c’qu’on peut hein) hé bien désormais je rêve de caviar assorti d’une excellente vodka !!!
    Nan nan je ne te remercie pas :)

  4. Anne dit :

    Ah! je n’aurais jamais imaginé franchir le pas d’une telle boutique. Et pourtant, à New York (oui, on n’a que ce qu’on mérite), notre hôtel était juste en face du resto Petrossian. Par pure curiosité, je me suis approchée de la devanture. Et j’ai vu que les prix n’étaient pas SI terribles. Nous y avons déjeuné et c’était fameux. A tel point que, ce jour-là, il y a eu un tremblement de terre (léger, certes) et que nous n’avons rien senti. Sans doute la douceur du lieu et des mets!

    • violette dit :

      Oui, contrairement à ce que l’on croit, les prix ne sont pas SI exorbitants. Après, j’ai bien conscience qu’on ne pourrait pas s’en payer tous les jours (enfin moi je ne pourrais pas, vous je ne sais pas), mais pour un produit d’exception on peut investir un peu.

    • Anne dit :

      Malheureusement, l’Éducation Nationale n’a pas de prime spéciale caviar…

  5. A smart pigeon dit :

    Madame Pétrossian ressemble tellement à ma Mère que cela en est limite flippant! Il paraît qu’on a tous un sosie quelque part…
    La boutique a l’air incroyable!

  6. Edith dit :

    Comme à chaque fois… J-A-L-O-U-S-I-E !
    Pas pour la vodka, mais pour le caviar.
    Tous les ans, je m’offre une petite boîte, c’est le seul truc auquel je ne déroge pas même en période de vaches maigres. Mais le Petrossian, je n’ai pas encore franchi le pas. Il paraît que le restaurant dépotte aussi.
    Bref, je te hais Violette ;)

    • violette dit :

      Oui le restaurant est vraiment dingue, j’y ai diné une fois, et je sais que le menu du midi n’est pas si excessif niveau prix.

      Oh non, ne me hais point Edith.

    • Edith dit :

      Pas d’inquiétude Madame =)
      Va vraiment falloir que je me trouve un mec moi !!! (c’est mon côté Princesse, faut assurer niveau resto sinon ça coince…)

  7. Mélisse dit :

    Hello Violette,

    Moi qui suis une accro du fooding (ça passe mieux que de dire « je suis un estomac sur pattes ») cela fait plusieurs années que je me dis : « faut que tu goûtes du caviar avant de mourir, merde alors ! »
    Et naïvement, je pensais que les « sous-marques » voire, les caviar élévés en Aquitaine proposaient un écart de prix vraiment intéressants (en gros, j’étais parti pour acheter un truc chez Monop’ à 40€…). Bah, clairement pour 14€ d’écart (sur un truc que j’achèterai rarement, tout de même), je vais aller directement à la maison-mère…

    Donc merci de m’avoir ouvert les yeux sur la réalité du marché… Et en plus le magasin est magnifique (j’adooooore les très beaux magasins & les gens passionnés par leur produit, quel qu’il soit).

    Donc je note : lors de ma prochaine virée parisienne, allez chez Pétrossian, demander à goûter, s’acheter une boîte et se faire une dégustation chic avec Monsieur Mel (ça nous changera de nos productions roots, tiens…)

    • violette dit :

      Mais oui Mélisse, laisse un peu les gondoles à Venise et le Caviar en Aquitaine, et viens donc en capitale déguster du caviar, du bon, du vrai.

  8. Cécile "de" Neuville dit :

    Du rêve et du lourd….merci pour cette parenthèse patrimoniale gourmande…Mais Violette, en tant que fidèle lectrice, j’attends fourbement qu’un troll se manifeste. ;-) Fourrures, perles et caviars….lâchez les fauves !

    • violette dit :

      Ah oui, je n’y ai même pas pensé aux trolls en rédigeant cet article alors que, c’est vrai, il y a matière.
      Bon, j’attends de pied ferme la punition digitale ;-)

  9. Tu sais quoi, je n’ai jamais su comment déguster le caviar. A la question « comment voulez-vous votre caviar » je sèche et je n’ose même pas demander quels sont les choix :p

  10. Carole dit :

    Très jolies photos ! Et Mme Petrossian n’est pas habillée en Kiabi je crois….!

  11. catherine dit :

    bah, troll ou pas … c’est qu’il fait froid, en Sibérie, ma Brenda !!!

  12. DOMINIQUE dit :

    Mais bien sûr, les prix chez Petrossian ne sont pas excessifs, et leur réputation n’est pas usurpée. On ne paye pas la marque, mais le choix pointu de leurs produits.
    Faut que je ressorte l’étole en fourrure de ma belle-mère.

  13. Mélisse dit :

    C’est vrai que ça manque de troll là… nous aurions tellement pu nous gausser…

    Sont-ils en train de faire des barricades ? (c’est pourtant fini les régionales et les suivantes ne sont pas si proches…)

    Suis-je sotte ! Ils doivent être en train de faire le tour de tous les magasins éthiques pour les cadeaux de Noël et c’est un full-time job ! Alors que, pour le coup : investir dans fermes d’avenir ou dans la plate-forme bees ; donner à une association qui présente des garanties de bonne gestion, et hop!
    ça change du catalogue Amnesty International ou de Artisans du Monde qui, certes, sont des militants purs & durs mais me donnent à chaque fois une furieuse envie 1) d’instaurer une dictature bafouant les droits de l’homme 2) d’aller faire brûler du diesel dans les champs….

    Heureusement que je ne suis qu’une grande gueule derrière un clavier alors qu’en vrai, je suis la gentillesse incarnée…

Laisser un commentaire

Combien font ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.