Toutes des putes ?

Depuis le 1er février 2007, on ne peut plus fumer (entre autre) dans nos bureaux.

Soit !

En même temps, c’est sympa aussi de se taper 3 étages dans un ascenseur pourri pour aller en griller une, se faire draguer par le gardien de l’immeuble qui guette chaque pause clope des minettes des bureaux et qui nous gratifie d’un « ça va ma puce ? » paternel.

C’est sympa aussi quand on décide de faire 15 mètres de plus pour sortir de la cour grisâtre et s’aventurer dans la rue prendre les premiers rayons du soleil, la clope au bec.

Le seul petit problème, c’est que dans ma rue, ya pas de cinglés du jogging, ni d’amoureux du lèche vitrines, mais des femmes de petites vertus.

Alors la confusion devient facile pour tous ces hommes en quête de chaleur humaine, dès qu’ils voient une femme (sublime) en mini-jupe et bottes, fumant sa clope au soleil (moi, donc!).

Alors, qu’est-ce que je fais moi ? J’arrête de fumer ? Je vais bosser en jogging ? Je reste dans la cour sinistre de l’immeuble ?

Je prends 500 € ?

Ohhh, ça va, j’déconne !

4

Le nuage des filles

Merci pour cette charmante idée !

Un annuaire de blogs de filles au design naïf et chamallow !

On le met vite dans ses favoris et on s’inscrit illico parce que plus on est de filles… plus on est de filles !

Et si on n’a pas de blog (ça arrive hein, moi j’avais pas de blog il y a 5 jours), on visite et on est sûr d’y passer des heures…

Le nuage des filles

1

Mon fond de teint

Je me suis mise très tard au fond de teint, vers 25 ans je crois.

J’ai toujours eu une sorte de fascination/répulsion envers ces femmes croisées dans la rue ou le métro, avec le visage orangé et le cou tout blanc, les pores complètement asphyxiées par ce plâtre souvent trop foncé par rapport à leur carnation.

En plus, je me disais que cette chose-là avait l’air trop complexe à appliquer pour que ce soit nickel. Dans les magazines, ils disaient qu’il fallait l’appliquer à l’éponge et je n’ai jamais été très douée pour les arts plastiques.

Un lundi, dans mon ELLE, un échantillon du « superbalanced make up » de Clinique (teinte Vanilla 02),était gracieusement offert à nous, lectrices.

J’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai essayé !

Je l’ai bien appliqué avec les mains, l’étirant le plus possible vers les tempes, le front et le cou, et le résultat était démentiel : une peau de top modèle non retouchée par Photoshop.

Depuis, je l’ai adopté et on s’entend super bien lui et moi.

Avant la découverte du fond de teint, j’ai mis pendant des années uniquement de la poudre sur ma crème de jour.

Ben, en fait, c’était plutôt moche quand j’y repense, ça faisait parfois des paquets à divers endroits de mon visage, vraiment pas glop.

Je devais être complètement miro pour sortir comme ça dans la rue certains matins !

Ca me fait penser à la photo que j’ai retrouvé dernièrement, où je pose tout sourire à côté d’un ancien Premier Ministre pas vraiment populaire et où je ressemble à Casimir, tellement je suis orange.

C’était l’époque où le Point Soleil de la rue Caulaincourt n’avait aucun secret pour moi ; j’étais devenue UV-addict !

Néanmoins, n’allez pas croire que je suis le genre de fille à m’incruster dans les « Politic Parties » pour squatter les buffets. Nannnn !!!

J’avais juste été invitée ce jour-là à une remise de Légion d’honneur à Matignon.

J’aurais bien sûr pu pipoter en vous racontant que j’avais été la compagne d’un Ministre… Quoique… Je ne suis pas sûre que ce soit une si bonne chose que ça, vu qu’on est obligée de démissionner de son job maintenant (cf. Marie Drucker / François Baroin)

Et j’ai pas envie de quitter ma boite !

Mais je m’égare complètement dans ce billet : passer du superbalanced make up à la démission forcée pour cause de « couchage » ministériel, c’est fort !

2