Mon fond de teint

Je me suis mise très tard au fond de teint, vers 25 ans je crois.

J’ai toujours eu une sorte de fascination/répulsion envers ces femmes croisées dans la rue ou le métro, avec le visage orangé et le cou tout blanc, les pores complètement asphyxiées par ce plâtre souvent trop foncé par rapport à leur carnation.

En plus, je me disais que cette chose-là avait l’air trop complexe à appliquer pour que ce soit nickel. Dans les magazines, ils disaient qu’il fallait l’appliquer à l’éponge et je n’ai jamais été très douée pour les arts plastiques.

Un lundi, dans mon ELLE, un échantillon du « superbalanced make up » de Clinique (teinte Vanilla 02),était gracieusement offert à nous, lectrices.

J’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai essayé !

Je l’ai bien appliqué avec les mains, l’étirant le plus possible vers les tempes, le front et le cou, et le résultat était démentiel : une peau de top modèle non retouchée par Photoshop.

Depuis, je l’ai adopté et on s’entend super bien lui et moi.

Avant la découverte du fond de teint, j’ai mis pendant des années uniquement de la poudre sur ma crème de jour.

Ben, en fait, c’était plutôt moche quand j’y repense, ça faisait parfois des paquets à divers endroits de mon visage, vraiment pas glop.

Je devais être complètement miro pour sortir comme ça dans la rue certains matins !

Ca me fait penser à la photo que j’ai retrouvé dernièrement, où je pose tout sourire à côté d’un ancien Premier Ministre pas vraiment populaire et où je ressemble à Casimir, tellement je suis orange.

C’était l’époque où le Point Soleil de la rue Caulaincourt n’avait aucun secret pour moi ; j’étais devenue UV-addict !

Néanmoins, n’allez pas croire que je suis le genre de fille à m’incruster dans les « Politic Parties » pour squatter les buffets. Nannnn !!!

J’avais juste été invitée ce jour-là à une remise de Légion d’honneur à Matignon.

J’aurais bien sûr pu pipoter en vous racontant que j’avais été la compagne d’un Ministre… Quoique… Je ne suis pas sûre que ce soit une si bonne chose que ça, vu qu’on est obligée de démissionner de son job maintenant (cf. Marie Drucker / François Baroin)

Et j’ai pas envie de quitter ma boite !

Mais je m’égare complètement dans ce billet : passer du superbalanced make up à la démission forcée pour cause de « couchage » ministériel, c’est fort !

2

La Madone des H&M

Je n’irai pas chez h&m demain !
Bien sûr que je vénère Madonna depuis mes 11 ans, que Lourdes et Rocco sont un peu mes enfants aussi, que j’ai transpiré comme une folle sur des chorés de « Like a prayer », mais ça ne suffit pas !
A part la collection de Karl où quelques pièces étaient vraiment sympas, c’est quand même un peu du foutage de gueule les « Stella / Vicktor et Wolf & co ».
Quoiqu’on dise, le tissu reste cheap.
Une robe haute couture à 60 € ça n’existe pas, c’est aussi basique que ça !

Pardon Mado, mais j’ai pas envie d’être déçue devant ta robe qui a l’air canon sur les pubs, mais qui ressemblera, en vrai, à un truc en tergal des 3 suisses.

La vidéo de la pub est ici,

2

Zadig et Voltaire pas cher

Aujourd’hui, c’est le départ des « 8 jours en Or » du Printemps et des 3J des Galeries Lafayette !

Comme je ne peux pas tout faire parce que si je rentre à 16h au bureau on risque de me questionner, il faut bien faire des choix.
C’est vrai que mon coeur a toujours balancé en faveur du Printemps, c’est un peu ma seconde maison, surtout le deuxième étage, celui des créateurs.
Donc, la démarche assurée et l’oeil vif, j’ai monté l’escalator jusqu’au 2ème étage, filant, sûre de moi, vers Zadig.
Ben mes enfants, ils ont pété les plombs ou quoi ? Z’ont du mal à écouler les stocks les Gillier ? Tandis qu’ailleurs ça affiche mollement un -30% sur 3 articles pourris ou carrément un point rouge (ce qui signifie dans le langage Printempesque « no reduc les cocos » !), chez Zadig c’est du -40% et des tas de portants avec les mentions « 60 € », « 75 € »… Du jamais vu ! La folaï !
Alors, évidemment que j’ai pas d’argent, que c’est pas bien de craquer 135 € (qui ne seront débités que le 5 mai, quand j’aurais oublié) pour 2 débardeurs informes avec une guitare et un « artist » dans le dos, mais une telle affaire, je ne pouvais pas la laisser passer…
Non ? Si ? Je ne sais pas, je ne sais plus…
1