L’optimisation du taux d’emmerdement maximal au square

Ce qui est fascinant quand tu vas au square avec ta progéniture, c’est que tous les parents se font chier d’une force dont tu n’as pas idée !

En même temps, tu penses bien que ça rassure parce que, au début, tu te dis que tu es un parent indigne, bon pour la guillotine, voire pire les services sociaux, puis avec l’habitude, non, tu sais juste que ça va être un moment où le temps s’est arrêté.
Chacun sa croix, hein ?

Donc nous, les parents, comme on sait pas quoi faire, ben on s’observe du coin de l’oeil.
On mate le fashion style des filles, le cul des garçons et après, quand on a fini, on passe aux mômes où là, ça déjante souvent niveau hipness.
Je sais que c’est pas beau de débiner les enfants, mais parfois les allures sont tellement improbables qu’on se demande si les mères elles ont pas des actions chez Cyrillus et/ou aux 3 Suisses.
Et puis, je te jure, c’est captivant comme l’être humain peut être très laid, ceci dès sa plus tendre enfance…

Bon, t’as toujours la mère de famille qui ne vit que pour ses mômes, celle qui fait de la pâte à sel le mercredi aprèm’ et qui a oublié à quoi ressemble un fard à paupières depuis 1996.
Elle, elle s’emmerde jamais, enfin elle fait semblant que non peut-être, coz’ qu’elle arrête pas de jouer avec ses mômes et que les pauvres, ben j’ai envie de te dire qu’ils ont aucune autonomie et qu’ils sont pas rendus pour couper le cordon.

Bref, la semaine dernière, j’ai eu droit aux persiflages d’une MTPPEH (Mère Trop Parfaite Pour Être Honnête) et franchement, elle m’a fait pitié.
Alors que Cyclamen jouait avec sa fille (je lui ai pourtant interdit de jouer avec les petites pétasses aux Jeans trompettes, mais que veux-tu, elle est fascinée par la misère humaine cette gamine), elles se sont soudainement gravement crêpé le chignon pour je ne sais quelle obscure raison. Sûrement rapport au G8, mais je ne suis pas sûre…

Et là, la MTPPEH dit à sa copine deux points, ouvrez les guillements : Pfff, j’te jure, et sa mère elle dit rien, elle fume sa cigarette tranquille, au téléphone…Fermez les guillemets

Déjà pauvre conne, je ne savais nullement que toute vie sociale et tabagique était proscrite au Square ; c’est nouveau, ça ? Je crois que le syndrôme Daniela Lombroso l’avait sérieusement attaquée et que, elle aussi, elle s’était mise à faire du Dolto des bas quartiers.

Deuxièmement, c’est vrai que se mêler d’une conversation où, en gros, ça donne : « t’es pu ma copine, toi non pu t’es pu ma copine, rends moi ma poupée, non je veux pas, je vais le dire à ma maman, nan tu vas pas le dire à ta maman, etc… » pardon, mais même si souvent j’aime bien faire ma bécasse, là c’est plus de mon niveau je dois t’avouer.

Je l’ai donc ignorée superbement, j’ai rallumé une clope et j’ai continué ma conversation avec S. qui était en train de me raconter qu’elle avait vomi sur son lit la veille, tellement elle avait bu à la fête de C.

T’as aussi la UHU Mother qui s’emmerde autant que toi, mais qui sait pas s’auto-ennuyer seule dans son coin.
Elle, elle essaie de converser avec toi alors qu’elle voit bien que t’es plongée dans ton Voici et qu’en plus t’es trop über pour t’abaisser à discuter avec toutes les CSP- du quartier, ben non, elle te cause quand même de trucs dont t’as rien à carrer !
En général, je suis assez odieuse et ça passe en 10 minutes, mais quand même merde quoi, laissez-moi gérer ce moment d’emmerdement transcendantal comme bon me semble.

Enfin il faudra m’expliquer la légende urbaine qui raconte que le Square est l’endroit stratégique pour brancher le mec divorcé du ouikène sur deux, coz que moi, je me fais souvent mater par des hommes séduisants mais quand leurs femmes les rejoignent au parc une heure après avec un ventre qui les devance de 3 bornes, c’est tout de suite moins funky !

Je comprends très bien que ça doit être triste plaine niveau cul chez eux, mais j’ai envie de te dire que c’est pas trop mon problème.
Ce qui est giga contre stats c’est que, comme un couple sur deux est divorcé à Paris, la moitié des mecs présents au square devraient être open, non ?
Ben moi, à part 2 ou 3 beaufs avec un télétubbie sous le bras, je croise pas grand chose à me mettre sous la dent.
Tu vas arguer que peut être je fréquente pas le bon endroit (nonobstant le fait que « the Place » fasse partie du top five des bobos-Squares), mais si je dois me taper 10 stations + 1 changement pour aller dépérir au Luxembourg (le jardin hein, pas le grand Continent), pays de la blouse Bonpoint et du serre-tête en velours, je te dis que ça va pas le faire…

77

L’UNTERSEXUEL, enfin disponible chez ton marchand, mais pas soldé !

Face au vide linguistique à l’égard d’une certaine race d’hommes qui tend à se répandre dans nos contrées civilisées et dont le pedigree n’a point été référencé, je m’en vais t’exposer aujourd’hui le cas de l’UNTERSEXUEL.

Oui, je ne suis pas peu fière de ce mot que j’ai inventé, mais pas pour t’interloquer ou te faire sourire gentiment, non, non, juste parce que, sans lui, tu risques d’être un peu perdue face à la complexité abyssale du susnommé et que là, au moins, même si t’y comprends toujours rien, tu pourras toujours vocabulariser le concept, ce qui est un bon début.

Donc, L’Untersexuel, Késako ?
Et bien, pour faire simple, c’est un homme qui se positionne à équidistance entre le Métrosexuel et l’Homosexuel.

Si après tu veux faire dans le vocable pur, tu vas te dire que je suis obsédée par les préfixes Germaniques, mais je te réponds que nenni, je ne suis pas spécialement Germanophile, même si j’ai roulé des pelles à un mec qui habitait Speyer, en voyage scolaire en Angleterre, quand j’avais 14 ans (et même que mon grand-père il avait pas été très content quand il avait appris ça, coz’ que comme il avait été actif dans la Résistance, il avait pensé que je le trahissais un peu et je lui avais répondu que « We are the world », donc il s’était calmé).

Bref, tu vas pas me gonfler, j’aurais pu choisir « under », j’ai pris « unter », c’est quasi la même chose et puis tu vas voir, la gutturalité de la prononciation s’harmonise parfaitement avec le Monsieur dont je vais te causer.

Bien sûr le Métrosexuel existe toujours, tu penses, les journaleux n’ont pas inventé un concept pour qu’il se casse la gueule avant une décennie !

Donc, le mec qui prend extrêmement soin de son apparence, qui met un slim avec des chaussures pointues, qui applique des soins anti-âge à 130 € le conditionnement de 4 ml qu’on a l’impression que c’est un échantillon, mais non c’est juste over concentré, celui qui se met au supplice le matin pendant 28 mn en se demandant si son « décoiffé » fait bien « je suis décalqué, je m’extirpe juste de mon water bed » et pas « je viens de passer 28 mn à me décoiffer savamment« , celui qui connaît tout le monde au Point Soleil de son quartier et enfin, celui qui sait de quoi tu causes quand tu parles de la collec’ Kate Moss pour Topshop ou de la tendance Nude, donc lui, il existe toujours !!

Alors, l’Untersexuel, ben il est exactement pareil, sauf qu’en plus, ben comment te dire, il n’a pas trop envie de te toucher, quoi.
Attends, il touche pas non plus les garçons, hein ? C’est là toute la problématique. Parce que du coup, on peut pas dire qu’il est Homosexuel non plus, tu saisis ?
C’est à dire qu’il faut pas faire la gueule s’il te saute pas car, de toute façon, il ne saute personne.

Par contre, il drague hein ? Faut pas croire.
L’Untersexuel, comme le Métrosexuel d’ailleurs, ben c’est un allumeur de Business Classe, sauf qu’il teste son pouvoir de séduction aussi bien sur les filles que sur les garçons.

Oui, t’as vu, c’est complexe. Mais je t’avais prévenue en même temps.

Résumons…

Les points positifs
quand on vit avec l’Untersexuel :

– C’est un vrai pote, donc tu peux te promener en jogging pourri devant lui, il s’en tape, il te regardera pas plus quand tu sera vêtue de ton smok’ YSL.
– Tu peux pendre un abonnement « couple » sur Meetic, comme ça lui, il peut surfer sur la banque du sexe la nuit quand tu dors et toi, tu te crées un faux compte en loucedé rien que pour l’espionner la journée au bureau. Tu vas voir, c’est über rigolo de se faire draguer par son mec !
– T’es pas obligée de t’improviser migraineuse les (rares) soirs où t’as pas envie coz’ que de toute manière il a jamais envie. Je te rappelle que c’est ton frère, t’évites !
– Il est supaire généreux. C’est évident que comme quelque part, il culpabilise un brin, ben il compense le manque de sexe par une overdose d’Euros à ta disposition. Sympa, non ?

Les points négatifs quand on vit avec l’Untersexuel :

– De vie sexuelle, tu n’auras point, mais bon, tu peux toujours coucher ailleurs, y’a rien qui l’interdit, voire même ça va l’arranger…
– Des heures entières tu attendras qu’il ait fini son « coiffé/décoiffé » dans la salle de bains et ça c’est chiant surtout le matin quand t’es déjà over à la bourre.
– Faudra pas faire la tête quand, parfois, on te demandera en prenant des moufles, si des fois, il serait pas un peu PD.
– C’est un peu pénible en vacances car comme il t’impose des concours de bronzage (oui, le Roi du Soleil Noir, c’est lui), faudra faire gaffe à pas le dépasser dans la compet’, sinon c’est la soupe à la grimace jusqu’à la fin des vacances. Ouais ça c’est vachement dur, surtout si tu bronzes vite !

Conclusion
:

L’übersexuel reste quand même le top, et pas parce que j’affectionne particulièrement le préfixe.
Un exemple ? Georges ! What else ?

NDA : Si tu as de l’Untersexuel dans ton entourage, surtout n’hésite pas à la prendre en photo, puis à me l’envoyer (la photo, pas l’Untersexuel), c’est pour une analyse morphologique à venir…
Elle te remercie.

71

La boule de cristal raconte que des conneries !

Un jour de mars où j’étais dans un stade avancé de trouble bipolaire, j’ai testé, pour la première fois de ma vie, la Voyance.
Attends, pas n’importe laquelle hein ?

Non je te parle là d’une voyante très hype et über bookée des années lumières à l’avance. Une voyante que m’avait conseillée mon amie A. dont la cousine, qui fréquente exclusivement du pipole high level, lui avait fait l’éloge !
Plutôt cartésienne de nature, je me dis que, (sans vouloir céder à la tentation de te faire un name dropping effréné), si G.E., E.H. et M.C. l’ont consultée, c’est qu’elle doit pas être trop pourrave, la Voyante.
Bon donc, je me lance et je l’appelle…
Ah ben ouais attends, on parle ici de voyance par téléphone hein ? Mais ne sois pas con, c’est pas ce que tu crois. On n’est pas dans les dernières pages de ton Télé 7 Jours ou de ton Femme Actuelle, non, non, c’est plutôt du call conf’ tendance ésotérique !
Crois-moi c’est ce qui se fait de mieux sur le marché des Tarots en ce moment.
Là où tu vas être scié, c’est que, mystère et sorcellerie, la Voyante portait le même prénom que moi !
T’imagines son incommensurable surprise quand elle me demande mon doux prénom et comment elle croit que je me fous grave de sa gueule, alors que pas du tout !
L’effet de surprise passé, je me dis qu’elle va over assurer coz’ on est un peu sisters de patronyme et que comme c’est mon double Karmaesque, ça crée des liens dans ce monde fait de pendules et de marc de café (what else ?).
En fait, ça devait pas être son jour à la Violette de Marseille ; je l’ai sentie tout de suite évasive et pas over concentrée sur son sujet, c’est à dire MOI.
Déjà elle me sort un « je vois une rupture en 2006, mais la personne est néfaste, vous êtes toujours en relation avec lui, il faut couper tous les ponts... »
Ouais okay, M’ame Irma, et on fait comment quand on a un enfant en commun avec ladite personne néfaste ?? J’te jure celle-là !
Bon et là, je la teste à mort et je rétorque : « oui mais c’est un peu compliqué de couper les ponts coz’ on est obligés d’avoir des rapports (autres que sexuels) réguliers, voyez, M’dame la Voyante« 

Et là, elle s’est cramée, regarde sa réponse : « Oui vous travaillez ensemble c’est ça ?« 

J’ai envie de te dire que si t’es même pas capable de voir dans ta boule à deux balles que j’ai un enfant, t’es autant Voyante que le Grand Maje Bruno qui tripote ses Runes depuis les eighties (j’ai rien dit en vrai, mais crois-moi, je fulminais intérieurement).
Bon et donc, après, je me suis dit que plus jamais j’écouterais mon amie A. et sa cousine et que tous ses copains pipoles c’était que des nazes qu’ont rien d’autre à foutre que d’appeler Violette à Marseille, tout ça parce qu’ils n’ont pas de vrais amis à qui parler !

Je te raconte quand même la suite de la consultation, tu vas voir, c’est passionnant.


Travail
:
Ma société dépose le bilan en juin (sic), mais c’est pas grave car je signe un nouveau contrat en septembre et là je vais faire un truc méga artistique ! Et rémunéré grassement !
C’est vachement bien hein ?
Sauf qu’on est déjà en Juillet et qu’on a toujours pas mis la clef sous la porte, mais j’ai bon espoir… Mais peut être je vais devenir peintre ou chanteuse dans l’été et ça, c’est une sacrée bonne nouvelle !

Amour
:
Alors, en Septembre (quel mois de ouf, j’ai si hâte !), je rencontre un homme de 40/42 ans (ouais, un vieux, t’as vu ?) qui a un enfant et il est topy et on s’aime et on habite ensemble au Printemps prochain et c’est quelqu’un qui voyage.
Là quand même, j’ai demandé si y’avait vraiment personne d’ici là (je te rappelle qu’on était en mars et 6 mois sans mec, c’est chaud) et elle m’a répondu qu’elle ne « voyait » pas les histoires sans importance !
Oufff !

Et en fait, ça peut pas être le TBM (même s’il est dans le Web Travel), car Violette a été formelle : « c’est quelqu’un que vous ne connaissez pas encore » !


Tunes
:

Plein !
Grâce à mon nouveau job dans le chobiz et même qu’elle a vu que Cyclamen, elle allait avoir une carrière de malade dans la Comm’ et gagner plein de blé aussi !
Je te dis pas comme on va passer notre vie Avenue Montaigne, une tuerie !

Je prie juste pour qu’elle ne devienne pas attachée de Presse mais comme elle est blonde on court quand même le risque.
Bon allez, après tout, si elle est aisée financièrement, qu’elle fasse ce que bon lui semble, cette merveilleuse enfant !
Voilà, j’ai la tête qui tourne face à tant de bonnes nouvelles.
Bon je t’avoue que je reste tracassée par cette histoire de non-faillite, mais ça doit juste être une petite erreur de date, personne n’est infaillible.
Si tu veux ses coordonnées, n’hésite pas à me le faire savoir, je te pistonnerai pour que ton délai d’attente soit raccourci, tu vas voir, c’est le top, Violette, Voyante à Marseille.
63