Phantasmes…

phantasmes

Si je suis une pointure en littérature, call me boulet niveau BD. Ouais. Pourtant, l’autre jour, j’ai reçu un pur bouquin je vous raconte pas. Déjà il est beau, et c’est important pour les gens comme moi qui ne regardent que les images. C’est aussi et surtout un recueil de 20 BD d’auteurs choisies par les internautes lors d’un concours parrainé par Pénélope Bagieu.

C’est cette même Pénélope qui préface Phantasmes (je sais pas comment elle fait pour tenir un crayon pendant qu’elle se lave les cheveux, mais bon…) d’un grand « Pfff ». Un « Pfff » comme dans « Pfff…encore un truc racoleur, vulgos, cliché, archi revu, salace, facile« . Et bien (je vous résume son cheminement intellectuel, si vous étiez intelligents ça se saurait), elle a dû ravaler son « Pfff », puisque l’agréable surprise est bien au rendez-vous, les aminches !

27

Croque(des)mitaines

mitaines

Les copains, j’ai plusieurs problèmes en ce moment. Déjà et c’est pas nouveau, j’ai une mauvaise circulation du sang. Je sais, c’est pas très glamour dit comme ça, mais c’est encore pire si tu pouvais voir mes mains. Rouges tendance violettes, ou si vous aimez mieux parfois ça tire vers le mauve-grisé, coloris cher au catalogue La Redoute qui m’a valu de nombreux lulages certains soirs où la fête était folle. J’entends qu’on ne carburait pas qu’à la Tourtel. Hum.

Vous n’avez pas remarqué que La Redoute fout du mauve-grisé un peu partout pour faire genre tendance ? Si, je te jure, ça vaut le coup de se lancer dans la lecture du vépéciste, les soirs de désoeuvrement. Enfin bref.
Donc, histoire de cacher mes knackis gelés aux yeux du quidam, je portais jusque récemment des gants en cuir. Mais il faut reconnaître que ces derniers font rudement « dame », et surtout, dramaturgie oblige, vas-y pour utiliser l’Iphone avec des gants vous autres ! Impossible.

55

Jurassic clack

Nicolas Rey passage à vide

Salut les coquilles. J’ai plein de pensées obscures qui se bousculent au moment où je vous parle, mais comme ici ce n’est plus un journal intime depuis qu’on ne tire plus larigot, laissez-moi vous raconter mon week-end hautement culturel. J’ai les neurones cramés au grille-pain de l’intellect, je te raconte pas.

Ca a commencé que je me suis penchée plus en avant sur la série The Mentalist. Comme il est hors de question que je regarde TF1+la VF pour des raisons religieuses et quasi sectaires, j’ai été obligée d’aller aux Amériques pour acheter le DVD. J’entends par là que je suis pro-Hadopi, évidemment. Dans un premier temps, j’ai réalisé que le mec mental de la série me rappelait vaguement quelqu’un avec son curly-brush so KENisant.

51