Imprimés et lapins

Salut la jeunesse. J’ai passé, exceptionnellement, le week-end dernier à Paris, dans la lourdeur orageuse et la pollution. Plus ça va, moins je peux saquer la capitale, surtout quand il y fait chaud. Je me sens désormais coincée entre 4 murs, sans extérieur, et j’étouffe. Je suis sûrement un poil extrémiste, mais c’est mon caractère ; ça n’est pas à mon grand âge – la petite trentaine – que ça va changer. 

Cette joyeuse météo m’a néanmoins permis de sortir le rosé et le petit top estival. Ce qui n’est pas si facile en Normandie (je parle du top pas du rosé), voire incongru, surtout quand je vais nourrir les lapins. Vous ai-je raconté que nous possédions désormais trois lapins ? En réalité, au moment où je vous écris ces mots, on n’en a plus que deux parce que « Tachou » s’est fait la malle il y a quelques jours. Peut-être est-il simplement parti courir la gueuse lapine ?

20

Shooting gagnant

En toute transparence avec vous, j’ai découvert l’initiative de Blancheporte, qui organise depuis cinq ans un casting dédié aux femmes de 50 ans et plus, via cet article de Caro en janvier dernier. C’est donc la cinquième année consécutive que l’enseigne souhaite offrir aux gagnantes de ce casting, une « journée de rêve » avec shooting photo/vidéo.

A l’heure du « tout à l’image », des réseaux sociaux, des starlettes de téléréalité à 800k sur Instagram, du thé detox et du culte de la jeunesse gaulée, il est plutôt rare que des femmes au-delà de la cinquantaine soient mises en avant. Sur le même sujet,  je ne sais pas si vous vous souvenez de cet article de France Culture – Pourquoi les actrices ne vieillissent pas à l’écran ? -, que j’avais relayé dans un JJG. Une femme majeure sur deux à plus de 50 ans, et au cinéma elles ne représentent que 6% des rôles. Une proportion qui ne fait que baisser, ça ne laisse pas vraiment rêveur.

15

Vive la rentrée ! (presque)

Même si cela engendre quelques frustrations, mon débrief de la prochaine saison chez Monoprix est devenu une tradition ici. Je sais que vous aimez bien ça, l’enseigne provoquant l’empathie, l’amour, la passion chez bon nombre d’entre nous, femmes fragiles et influençables, qui entrons chez Monop’ pour acheter du PQ… et ressortons souvent avec une jupe et des coussins imprimés.

Jeudi dernier, c’était la présentation à la presse  des nouveautés de la rentrée. Voilà un (tout) petit tour d’horizon des tendances de l’automne-hiver 2018/2019, à retrouver chez Monoprix dans quelques mois. Je n’ai pas toutes les références ni les prix, mais ces photos vous mettrons dans l’ambiance. Du moins je l’espère.

16