juillet, 2018

Hello beauté(s) !

J’avoue, j’ai complètement dévissé du blog depuis début juillet, mais rassurez-vous je ne vous ai pas oubliées (comment le pourrais-je ?) ! Je ne vais pas vous raconter de conneries et simuler une avalanche de boulot qui me tiendrait éloignée d’ici, non, la vérité est simple : je profite de mon été, si particulier cette année. Après onze années d’assiduité ici, de soirées et de dimanches parfois sacrifiés, d’appareil-photo chevillé au corps pour immortaliser et partager chaque moment, j’ai besoin de lâcher et de partir un peu. Pour revenir mieux.

En tous cas, j’espère que vous allez toutes bien, que vous profitez de votre été. Bien sûr je suis toujours présente sur instagram, et j’espère pouvoir vous faire voyager en Californie avec moi, au mois d’août. Ah et aussi, je pars le week-end prochain pour une destination inconnue, mon amoureux m’embarquant loin des terres normandes pour mon anniversaire (il est vraiment bon à marier, lui).

1

En vrac (5)

Hello les jeunes, j’espère que tout le monde va bien. Comme il fait vraiment trop chaud pour travailler, voilà un grand fourre-tout. Enfin, « grand », tout est relatif. Il fait VRAIMENT trop chaud pour travailler (<=tu l’as déjà dit !)

Mauvais timing

Vendredi dernier, comme je n’avais rien à faire à part regarder un énième match de foot avec mon mec (l’amour a ses limites), j’ai eu la bonne idée de me lancer dans l’exfoliation de mes pieds. J’ai enfilé ces masque-chaussettes pendant une heure et, comme je ne savais toujours pas quoi faire en attendant de les enlever, j’ai photographié mes pieds enveloppés de plastique et j’ai envoyé tout ça en story sur instagram (je suis trop branchée de mon époque). Je me suis dit que niveau glamour, je concurrençais drôlement les influenceuses sur les toits des petites maisons de Santorin (non).

22

Lisons !

Comme l’été est une période propice à la lecture, et pas seulement sur une serviette pleine de grains de sable, j’ai pensé faire un récap’ de mes lectures de l’année, aimées ou non.

Je n’ai jamais trop compris pourquoi, dans les féminins, les sélections de livres de plage étaient souvent axées sur des bluettes dégoulinantes de bons sentiments, du Musso, du Mary Higgins Clark ou des niaiseries (je schématise, mais voyez l’idée). Je ne vois pas pourquoi notre cerveau tournerait au ralenti, sous prétexte qu’on zone en maillot de bain. Au contraire, les vacances sont l’occasion de courir après plein de jolies pages qu’on aurait ratées dans l’année.

34