septembre, 2017

UMA, entre Japon et Pérou

Comme je sais que ça emmerde les non-parisiennes (TUT TUT TUT)(je vous vois), je ne fais pas souvent de billets « restos » par ici.
Mais cette fois vous n’y couperez pas parce que le patron c’est encore moi, et aussi parce que j’ai découvert, la semaine dernière, un superbe endroit !

Lucas Felzine a fait ses armes avec Alain Passard à L’Arpège. Jeune chef passionné, fou d’herbes aromatiques, amoureux du Japon et du Pérou, il a su créer son univers autour du mariage heureux de ces deux pays. 
Dans les assiettes de son restaurant, Uma, on navigue entre les techniques de cuisine nippone, les bons produits du terroir français et l’inspiration péruvienne qui apporte du piment aux plats… Et ça déboîte. Vraiment.

13

L’acrylique, c’est fantastique

C’est un des – multiples – drames de ma vie : tout me gratte. Parfois même le cachemire m’irrite. Du coup, en option, je m’abonne, je m’abandonne à l’acrylique.
Un de ses rares avantages c’est son moindre coût. Heureusement, me direz-vous, car si en plus d’être cassos du lainage on devait se retrouver interdit bancaire, il n’y aurait plus qu’à se jeter dans la Vologne (<= rivière très célèbre des Vosges).

L’autre jour que j’avais un rendez-vous pas très loin de la rue de Rivoli, j’ai fait un petit détour chez plusieurs enseignes de Mass Market pour voir là-bas si l’acrylique y était.
Bien sûr, il était là, toujours fidèle au poste, mais pas toujours du meilleur effet. Or, comme je dis toujours « C’est pas parce que ça gratte qu’on doit devenir une renégate ».

17

Le jean-Jacques Goldman (129)

✔ Hey, mais si on commençait ce nouveau JJG entièrement bijoutées ? Mais oui, en voilà une bonne idée !

Le 2 octobre prochain, Adeline Affre sort sa première collection de joaillerie. Une collection pensée comme un portrait de famille avec le gamme Madame et la gamme Mademoiselle. Chaque modèle faisant référence à une personne et à sa date de naissance : la grand-mère d’Adeline, sa mère, elle-même et sa fille.
Quatre générations, quatre styles, quatre envies différentes et complémentaires à la fois.

« Lancer cette ligne joaillerie c’est un peu devenir une femme, en assumer la sensualité, la force et la revendiquer. Créer des bijoux pour la jeune fille que j’étais, la femme que je suis et celle que je deviendrai. »

Or 18 carats et pierres précieuses & semi-précieuses (diamant blanc, diamant noir, tsavorite, saphir, tourmaline ou encore rubis), entièrement, entièrement fabriquée en France à Paris avec des prix allant de 350€ à 1200€, une collection canon !

21