avril, 2017

Amour & Wifi

Salut la jeunesse !

J’avais initialement prévu de vous faire aujourd’hui un rapport dans les règles de mon escapade en terre andalouse, mais bon… Je suis rentrée en France samedi soir, il a fallu faire tourner des machines, regarder The Voice, me remettre tout doucement aux joies du make-up (t’imagines que j’avais oublié ma trousse à maquillage à Paris ? Allo quoi, t’es une fille et t’as pas de bronzer !!) et surtout voter.
Je n’ai pas eu le temps de trier et d’éditer mes photos de vacances tant j’étais dans un état de fébrilité toute la journée d’hier. Comme si je devais me faire opérer des dents de sagesse le soir à 20h, et que je n’étais pas sûre que l’anesthésie agisse correctement.

Du coup, on reviendra en détail sur Séville dans les prochains jours. Sachez que cette petite semaine mère/fille était absolument fantastique. Il faut dire que les astres étaient particulièrement alignés dans le ciel de mon ado pour que tout se passe bien : en gros vous lui collez du wifi et une piscine et c’est l’extase (<=la prochaine fois on ira à Center Parcs).

20

Panier, piano…

Depuis toujours il y a des paniers qui traînent à la maison. Pour faire les courses, le marché ou pour aller à la plage, j’ai toujours vu ma mère avec un simple panier à la main. Quand elle portait encore des jeans et les cheveux longs, quand j’avais moins de dix ans, elle aurait presque pu être ma Jane et moi sa Charlotte (en plus elle est née un 21 juillet comme moi, encore une copycat…)(Charlotte, pas ma mère).

Forcément, quand vient le temps de l’été, je me rue sur mon copain tressé. Le plus souvent pour aller à la plage, mais aussi, quand j’en ai l’occasion, pour flâner sur les marchés de Provence. Je sais c’est con, mais j’associe toujours le panier à la lavande, au rosé, à la tapenade et aux cigales qui font kssss kssss kssss pendant la sieste. Et oui, j’ai quelques restes de mes études de bruitage animalier…

28

Bilan parfumé

C’était VRAIMENT génial de lire les histoires – drôles, touchantes, sensibles… – liées à vos parfums l’autre jour. Tu vois, c’est comme l’article sur les madeleines au chocolat. On croit que ouais bon voilà, deux petits tours et puis s’en va, mais en fait non, tout le monde se prend au jeu. Et ça donne de très jolis récits, merci ! Quelqu’un a même parlé de « petits contes modernes », et c’est terriblement vrai.

Comme je vous l’avais proposé dans les commentaires, et face à votre enthousiasme débordant (deux personnes), voilà un récap’ de vos parfums du moment. J’ai pensé que ça pourrait donner des idées parfumées à celles qui errent, désespérées, dans les couloirs du temps odorant. Et puis aussi, je voulais voir si on arrivait à dégager une tendance.

Enfin, oui c’est un vrai billet de feignasse mais, comme je dis toujours, Point trop n’en faut sinon la cruche finit dans l’eau (la cruche c’est moi…).

21