juillet, 2015

Infini love

blouse dentelle

C’est la première fois que Cyclamen m’offre un cadeau avec SON argent ; d’habitude c’est soit elle oublie (« Désolée, hein, tu ne m’en veux pas ? »)(bah, un peu quand même), soit c’est un dessin (la facilité à moindre coût)(feignasse).

Aussi, quand elle a posé devant moi un petit paquet fermé par un autocollant Maison de la Presse de Bidule les Oies (ici, dans les patelins, les magasins de journaux vendent de TOUT), j’ai eu un coup au coeur.
« C’est un bracelet Infini Love ! », elle a dit. « Rhoooooo <3 », j’ai fait.

Bon. Je voulais aussi vous parler de cette blouse qui, pour le coup, est drôlement Infini Love elle aussi. Elle coûte quasi rien, ou deux paquets de clopes si vous préférez. De quoi vous donner définitivement envie d’arrêter de fumer.

34

Marronnier solaire

anti lucite eucerin

Bon, comme je vous le disais l’autre jour, je commence mon été sous des cieux plutôt propices à mon état post-mélanome. Je me suis très peu exposée au soleil depuis le début du mois – en même temps, il pleut un jour sur deux, ça ne demande pas d’efforts surhumains…

Cette année, j’ai opté pour des maillots une pièce ; déjà parce que ça protège de facto une bonne partie du corps, mais aussi parce que ça cache et protège ma cicatrice des rayons, et des regards.
Je pensais faire une mini-dépression, moi l’obsédée du bronzage depuis l’adolescence, mais en fait tout se passe bien niveau moral. Il faut dire que, dans la campagne normande, je croise très peu de cagolines aux jambes dorées qui pourraient me faire sérieusement complexer. #teamcrèmefraîche

15

Pendant que les champs brûlent…

pendant que les champs brulent

Salut les jeunes. J’espère que tout le monde va bien.
Ce titre est bien trompeur – en vrai, les champs ne brûlent pas du tout -, mais tous ces épis m’ont sacrément fait penser à ce vieux titre de Niagara, que j’adorais.
Bref, voilà l’occasion de vous montrer ma robe saisie au moment des soldes juste avant les soldes (malin le dauphin), si bien apprivoisée que je la porte très souvent cet été. Ça vous semble peut-être évident, à vous autres, écrasés sous des cieux caniculaires. Mais n’oubliez pas que je suis en Normandie depuis le début du mois et que, quand le thermomètre atteint les 25°, tout le monde pousse des youhou quasi mystiques par ici.

Les us et coutumes régionaux sont souvent impénétrables.

20