août, 2014

Pattes en l’air

escarpins bash la redoute

Je passe comme un courant d’air avant de partir ce week-end en campanule – une bouffée de foin ne fait jamais de mal avant d’affronter le bitume pour de bon.

Bon, en campanule oui, mais pas n’importe laquelle, je pars dans la campanule de mes parents, celle où bizarrement le temps qui nous manque trop souvent dans la vraie vie s’arrête, au point qu’on finit toujours par demander, vers 15h30, mais vous êtes sûrs c’est pas encore l’heure de l’apéro (ah non) ? En définitive, j’aime beaucoup l’ennui, ce temps suspendu, ces moments qui nous appartiennent et qui deviennent relous si on ne sait pas gérer l’oisiveté, ou bien magiques si on arrive à apprécier le vide complet (c’est mon cas, malgré mon caractère plutôt nerveux)(je suis Cancer, ça aide !).

Mais bon, cette fois il y aura de l’animation, une vraie occupation, des discussions à faire pâlir de jalousie les gens de Festen… car oui, ma mère l’a décidé, il n’y aura pas de discussion possible, c’est acté.. elle veut « une tablette »…

26

Le Jean-Jacques Goldman (53)

faux tatoos fleurs

C’est le dernier Jean-Jacques avant la rentrée officielle, mardi prochain, mais vous verrez, ce n’est pas pour autant qu’il sera négligé. Ah ça non, Jean-Jacques est toujours au taquet, contre vents et marées.

✔ Les tatouages temporaires, plus ou moins réussis (surtout moins), on connait. Mais les tatouages temporaires sous forme vintage de bouquets de fleurs, ça m’interpelle carrément plus. Vite, aboule ton vase mamie ! (sur Etsy)

25

Dress to impress

robe american vintage 6

Porter une robe jambes nues, c’est déjà pas courant par ici, mais porter une robe jambes nues par ici ET cette semaine à Paris, ça dépasse carrément l’entendement, j’en suis consciente.
Mais comme je dis toujours « Moitié de folie avouée complètement pardonnée !», j’ai une excuse : cet outfit incongru date de la semaine dernière, quand la canicule sévissait dans la capitale (on a atteint les 21° jeudi !!).

Mais je ne suis pas pour autant hors propos, sachez-le, puisque la petite robe en crêpe – parangon de confort – peut également se porter quand ça caille, réchauffée d’un gros gilet, d’un collant et d’une paire de boots. On peut même carrément enfiler un gros pull par-dessus, et la robe devient alors jupe crayon, comme par magie ! Et hop, à Créteil (ou ailleurs, ne soyons pas bégueule !).

31