décembre, 2013

Le Cronut

cronut paris

Salut les jeunes. Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler du Cronut ? Si, vous savez, c’est cette viennoiserie mi-croissant mi-donut qui fait fureur à New-York, à tel point que les gens font la queue pendant des heures dans la rue pour pouvoir s’en croquer un. Des restrictions ont été imposées aux compulsifs – pas plus de 6 Cronuts à la fois ! Et il paraît même qu’ils font l’objet d’un véritable marché noir sur ebay, où ils peuvent être revendus jusqu’à 50$ pièce (mais ces gens sont déments, non ?).

Enfin bref, ce qui n’est, somme toute, qu’un croissant en forme de donut nous arrive tout droit de l’esprit créatif du Chef Dominique Ansel, ancien de chez Fauchon installé aux Amériques, qui a imaginé ce machin calorique composé de pâte feuilletée comme un croissant, fourré de crème pâtissière et plongé dans un bain de friture, avant son glaçage au sucre.

40

(turlu)Tutu

converse jaunes

Je ne sais plus qui disait l’autre jour, dans les commentaires, que le tutu c’était un peu ridicule. C’est pas faux, mais qu’est-ce qu’on s’en fout puisque c’est Noël HEIN ! Aujourd’hui, on va essayer d’y voir plus clair sur une double problématique : comment porter le tutu le jour quand on n’a pas forcément des jambes d’autruche. Wahou, c’est chaud (it’s hot).

Le mieux, quand on porte une pièce un peu déconne (stilettos fluo, boots léopard, fourrure, blabla…), c’est évidemment de faire low profile au niveau du reste de la silhouette. Déjà parce que ça mettra la pièce forte d’autant plus en valeur ; ensuite parce que point trop n’en faut, comme dirait l’autre, sinon c’est pas loin qu’on devienne vraiment ridicule – déjà que là, j’ai bien conscience d’être limite. Mais bon c’est Noël HEIN !

33

6 minutes

main dans la main

Salut les gars. Je ne sais pas vous, mais moi je ne suis pas fâchée que 2013 soit bientôt derrière nous. Classée, virée, pliée.
J’ai pris le parti de ne pas trop m’étendre ici sur les questions d’ordre privé (je suis lue à l’international, je ne peux plus me le permettre), mais j’ai eu une seconde moitié d’année assez compliquée émotionnellement.
Je ne suis pas sûre que tout ce qui ne nous tue pas nous rende plus fort ; en revanche, je suis persuadée que ça nous fait changer, et parfois en bien.

Ne vous inquiétez pas, je ne me suis pas mise au yoga ni à la réflexologie plantaire, mais j’ai enfin réalisé que la nostalgie du passé et l’angoisse du futur ne faisaient que nous scléroser, mon entourage et moi. Dans ce long apprentissage de la sagesse (j’envisage de devenir moine shaolin), je commence tout juste à apprécier les pics de bonheur. Tiens, comme par exemple ces 6 minutes.

102