février, 2013

Sunny !

Si vous pensez que je fais une fixette pas trop catholique sur les tee-shirts à message, vous avez raison. JE FAIS UNE FIXETTE.
Mais contrairement à la dernière fois où je criais mon amour à Dave Gahan et à sa bande de la new wave, cette fois j’ai une bonne excuse : je fais de l’incantation solaire. Oui je prie parce que yesterday my life was filled with rain/hier ma vie était remplie de pluie et que bon, ça me fait frisotter !

C’est ainsi que j’ai à nouveau passé commande sur ce site démoniaque, où ma fixette s’épanouit chaque jour un peu plus – mais un peu moins que demain. Et comme ils sont plutôt agréables chez OMS, ils m’ont dit de te dire que tu m’aimais encore ? Et aussi, que vous avez une réduction de -25% sur tout leur e-shop avec le code VIOLETTE.
Un truc pareil ça mérite bien qu’on leur dise thank you for the smile upon their face/merci pour le sourire sur leur visage (et surtout pour la réduc)(je suis bilingue, je t’ai dit ?).

51

Le Jean-Jacques Goldman (19)

✔ Youpi, c’est Jean-Jacques. Oui bon, ne commencez pas à faire l’enfant et débutons tout de suite sur les chapeaux de roue avec la chaussure de mon adolescence : la Sebago. Oui, celle-là même que portait Jean-Pierre (le pauvre), mon premier amour des vacances de Pâques à La Baule.

Au printemps 2013, le mocassin Sebago, créé en 1946, revient en force. Intemporel, mixte, décontracté et élégant, il vous assurera la dégaine preppy sans efforts. Et puis 120€ pour du cousu main, j’ai presque envie de crier : REP A SA Isabel Marant avec tes pauvres baskets !

43

Coin coin

Bonjour, c’est Violette. L’autre jour je vous montrais ce manteau de pupute cool, négligemment adossé à une chaise. J’ai réalisé que la nature morte ne montrait pas tout le potentiel de cette pelisse, alors voilà.
Bien sûr l’imprimé fort, combiné à la fourrure, c’est pas une sinécure à porter mais comme je dis toujours la mode appartient à ceux qui se lèvent tôt pour y réfléchir.

Alors comme nous le démontre Caro dans cet article, tout le monde ressemble à un buffet quand il porte la fourrure – ça bouboulise la silhouette, c’est comme ça – mais quand en plus de tout cette fourrure est imprimée léopard, le buffet devient-il ordinaire et inélégant ? Il n’y a qu’un pas ; essayons de ne pas trop avancer vers les sentiers de la vulgarité…

47