février, 2011

Back to the future


SUE in 1977 & 2010, London

Aujourd’hui, je voulais juste vous dire que j’ai fait une jolie découverte via le journal du design. Quézako ? C’est très simple ; il s’agit de la photographe  Irina Werning qui a eu la chouette idée de recontacter des gens qu’elle avait photographiés dans le passé (il y a 10 ou 20 ans, que sais-je) et de les faire poser à nouveau dans le même contexte, la même posture, le même décor.

Enjoy les copains ! (Je vous laisse, je pars à Madrid. Pas toi ?)

40

Crime à la crêperie

Les copains, c’est la catastrophe ! Les collègues du travail m’ont traînée de force à la crêperie à midi. On a désormais l’impression que mon deuxième prénom est Pierrade. La zone.
Je ne sais pas si je vous ai déjà confessé ici ma névrose envers tout ce qui concerne les odeurs de graillon ? Ah oui, tu es sûr ? Ca doit être l’huile démaquillante qui me fout un Alzheimer naissant dans le cerveau, alors. Oui, donc, sachez que je n’aime pas beaucoup jouer la doublure-frite en rentrant d’un déjeuner, et qu’à chaque fois qu’on va dans un endroit où la hotte était en option non-intégrée, je deviens dingue jusqu’à ce que le soleil se couche sur Brian (là-bas, dans le Grand Ouest)(il me manque ce con).
Vous me verriez en train de secouer ma chevelure par la fenêtre pour l’aérer et à sentir mon bras toutes les 5 minutes ; je suis la Gilles de la Tourette de la graisse brûlée. Y’a du level.

42

Midnight oil

Hola le web, c’est moi (Violette). C’était pour vous dire que l’autre jour j’étais au téléphone avec Hélène et puis, tout d’un coup, au beau milieu d’une conversation sur le potentiel hipster d’un top coat, j’ai coupé d’un « Bon, c’est pas tout ça mais je dois te laisser. Faut que j’aille me démaquiller si je veux être au pieu vers 1h du mat’« .
« Mais il est 20h35 Violette !!??« , elle a dit Hélène, la voix chargée d’incompréhension.
« Je sais« , j’ai fait, penaude. « C’est ma croix, ma bannière même, mais entre le démaquillant-yeux, le machin à visage, le tonique plus le truc à l’eau pour me purifier de tous les artifices féminins x la méchante pollution, le compte est bon !« 

Je crois que Hélène n’a jamais regardé « Les chiffres et les Lettres » à la tévé, parce qu’elle n’a pas bien compris l’allusion et j’ai trouvé ça dommage qu’elle ne se souvienne pas de ce grand dadais moustachu qui passait sa vie à faire du calcul mental encore plus vite que Sharon Stone (Si d’abord, elle fait pas que botoxée comme métier, elle a aussi un Q.I. exceptionnel, Mesdames !). Enfin, à chacun ses héros (j’aimais pas trop Patrice Laffont, par contre, à part dans Pyramides – les briques ont toujours eu un pouvoir hypnotisant sur moi)…

64