février, 2011

Twitter au féminin. Singulier.

Les copains, je ne sais pas du tout quel est le pourcentage de vous autres qui utilise twitter, donc je fais un rapide résumé explicatif pour les non initiés. Si tu connais, tu peux sauter des lignes.

Bref, twitter c’est le machin avec un oiseau bleu qui est super trendy en ce moment. C’est là que TOUT se passe i.e. que si tu n’y es pas, tu es de la louse. Ca, c’est ce que racontent les gens de la télé qui disent, par exemple, que sans twitter y’aurait jamais eu la révolution dans les pays en manque de démocratie.
Peut-être que c’est vrai, d’un sens, et qu’en voyant le volatile s’envoler dans le ciel technophile, les gens ont eu envie de faire comme l’oiseau. Car jamais rien ne l’arrête. Enfin, je ne suis pas psychanalyste.

En gros, Facebook c’est pour les beaufs, twitter c’est pour les gens qui en sont. Qui en sont de quoi, me demanderez-vous très justement ? Et bien vous allez voir ce que vous ratez en boycottant l’oiseau bleu. Je me suis concentrée sur les tweets à consonance féminine, mais croyez bien que le level est assez approchant en ce qui concerne le sexe fort. Mon recensement n’est évidemment pas exhaustif, les gens normaux n’ayant rien d’exceptionnel… On y va ? (fais pas ton timide)

100

Chapeau pointu

Et bien ouais les amis, au détour d’un trébuchement sur le mannequin chapeaux qui trône dans ma chambre conjugale, ce dernier est tombé à mes pieds comme si que il voulait, dans un élan de désespoir, se rappeler à mon bon souvenir.
Presque je l’entendais crier tout bas « Help ! You know I need someone« . Okay, j’étais un peu toute bourrée mais je vous promets qu’il m’a vraiment parlé. Je serais presque prête à le jurer sur la tête de mon patron.

Oh je sais bien qu’ici vous n’êtes que frustration puisque rarement je vous fais don de liens qui assouviraient ce besoin consumériste propre aux lectrices de l’internet féminin. Vous allez encore plus me maudire puisque l’objet des retrouvailles n’est autre qu’un vulgaire accessoire de la collection H&M hommes de 2008 (ou 2009 ?).
Pas spécialement bien taillé pour ma tête de superficie pourtant moyenne, il écrase pas mal ma frange et me donne l’impression de porter des lentilles de cheveux… à tel point que je me tape une furieuse envie de me gratter les yeux jusqu’au fond du cristallin. Oui mais et alors ?

28

Cognac et astrakan

Bonsoir tout le monde. J’ai pris cette photo à Madrid, l’autre jour, et en la regardant de plus près sur l’écran informatique, je m’interrogeais de pourquoi je l’aimais bien.
Ce n’est pas pour la qualité artistique, ah ça non. Le cadrage est tout pourri. La dame était coincée entre deux poteaux de bar pas très seyants et j’ai moyen osé lui demander (en langue de Cervantes) de se pousser, elle et son cognac, vers des horizons plus dégagés. Imaginez la zone de dire « Hola la vieille ! Tu voudrais pas poser pour un blog de l’Internet ? » Il m’arrive parfois – pas souvent – d’être dans la retenue. C’est sûrement des vieux restes de l’éducation judéo-chrétienne de province.

52