décembre, 2010

Pupute du 11ème

Bon les gars, sus aux conventions sur lesquelles je crache avec bonheur depuis la nuit des morts vivants, je vous souhaite la bonne année et tout le décorum  pailleté qui va avec ! Comment ça je suis jet laguée ? Ah oui, tiens.
Ces quelques clichés ne reflètent en rien un quelconque désir d’appartenir à la grande famille du street style oh que non ; c’est juste que le père noël m’a offert un nouvel objectif pour mon appareil photo et que je suis transpercée de milliers de flèches de bonheur.
Aujourd’hui où la lumière fut pour la première fois à Paris depuis le 15 octobre, j’ai enfourché l’objectif, enfilé la veste « hum hum » de ma copine Azzed (un peu pupute à ses heures perdues) et voilà le shooting qu’on croirait une femme de mauvaise vie perdue en plein Bronx. Hihi.
En vrai c’est une veste Claudie Pierlot portée vers la rue bobo-Charonne, mais bordel laissez-moi m’encanailler et rêver que ma vie est un thriller haletant ! Je veux des coups de feu et des braquages de banque. Je veux du cuir. J’ai eu la fourrure, okay…

56

Allo ? Acadomia ?

Bonjour les fans. Je veux bien qu’on dise souvant que je ne suis pas untel et quetuel (quoique je suis en train d’édité mes mémoires aux édition n’Airb), mais là c’est vrai que je séche.
« surmonter » ? Je n’ai jamais entendu cette adjectif au paravent. Comme quoi que l’on apprent toujours quelque chose en grandissant. C’est beau de murire.
Je vous laisse sur ces mots qui sont la conclusion du premier chapitre de mon roman, comme cela on peut dire que cé un tiseure, comme ils appellles ça aux etats unis.

Brian

10

J’ai trouvé ma tête de cerf !

Dis bonjour à Mireille !
(on l’a appelée Mireille)

37