octobre, 2010

Cocotte minute

Les copains, figure-toi que j’ai découvert l’autre jour que mon propriétaire était un people. Passé le moment de surprise et les 3 ou 4 dîners où tu sors ton anecdote à tes amis, j’avoue j’avais quasi oublié que j’habitais chez un gens du show biz. Pourtant ça y allait en « Ohhh !« , « Ah bon ?« , « Trop délire ! » et autres « Mais tu l’as vu ?« . Euh, on a dit propriétaire pas coloc’ les aminches…

Et puis, j’ai reçu un courrier de sa part au ton plus que condescendant. Genre je sais pas, il doit penser qu’il cause à sa maquilleuse ou que sais-je. Une vraie diva, en bref. Un gros con, en off. Alors ok, j’ai pas payé le loyer mais je croyais qu’il n’en avait pas besoin, en toute bonne foi.
Ca doit pas marcher si bien ses chansons*.

102

Funny Bands

Pouvez-vous imaginer que dans la tranche horaire des 5-10 ans, la tendance va encore plus vite que sur les blogs féminins ? Je sais, ça vous en fiche un coup, mais c’est une bien triste réalité.
Voyez plutôt qu’il y a 15 jours encore, les billes régnaient en maître dans la cour de récréation et que, désormais, elles sont tombées dans les oubliettes de la cantine dégueulasse.
Pourtant, je commençais juste à intégrer le difficile lexique du « bien parler billes ». Tous les soirs, en me lavant les dents, je récitais mes « oeil de chat », planètes, boulards, pépites, araignées et autres mammouths illustrés. C’est pour ça que j’ai des cernes je crois…

Et puis, l’autre fois, Cyclamen est rentrée de l’école avec 3 machins en plastique autour de la main et a sorti « J’ai filé toutes mes billes à une naze contre ces chanmés funny bands. Va falloir que tu m’en achètes au moins 20 paquets, sinon je vais passer pour une ringarde du CP ! » ?!?!

52

a minima

J’avais envisagé de vous parler de mon dressing* qui, contrairement à celui des blogueuses n’est pas vide (hein ?) et qui me ravit chaque jour. Ok, je suis locataire MAIS j’ai de la penderie à perte de vue. Ok, je ne suis pas conviée aux réunions du syndic MAIS exit le difficile montage suédois du succédané de rangement. Toc.
Et puis finalement, j’ai la flemme, je préfère vous laisser avec des billets sponsorisés jusqu’à la fin du mois. J’ai de la vraie vie à apprivoiser. Salut.

Je dis ça, mais si ça se trouve je reviendrais très vite vous parler du prochain concert de Jean-Luc Lahaye en janvier prochain, au Casino Tranchant de Pau. On sait jamais avec moi.

* Image non contractuelle. La surface doit être multipliée par cinq (environ).

50