août, 2010

J’ai étais en espagne

Oui c’est moi que revoilà. Oui c’est bien moi Brian. JE SUIS REVENU !
Je vous explique le pourquoi du comment de mon silence d’été, c’est que j’été en stage de toraumachie en espagne pendant 2 mois. Il m’ai arrivé des choses incroyables de bonheur (avec des fille en longues robes d’espagnoles comme celle qu’on voit dans les boites en plastic dans la vitrine de ma mamie) et aussi des choses de maleur que je voudré vous racontez aujourd’hui.

Comme Violette étais pas là, j’en ai profiter pour manger que des cochocheneries (euh ? comment que ça s’écrit ça déjà ?) de l’andaloosie, dont du chorizo. Et j’ai beaucoup manger de chorizo donc, et à cause de que j’ai manger beaucoup de chorizo comme je disais et bien j’ai attrapé des hémoroïde ! Et ça fait très male ! Je souffrais le martire et les gens de mon stage de tauromachie ils ont dit : « Brian, il faut que tu soyes un peu adulte, va voir le médecin du village !« .

5

Who’s bag

Salut les citrons. Je sais bien qu’il faut pas être pressé avec moi quand je vous promets monts et merveilles. Vous conviendrez néanmoins que je tiens (quasi) toujours mes promesses et que donc, voilà l’heure où je vous montre enfin la fameuse veste YSL portée. Et tant que j’y étais (rationalisation oblige), je vous ai collé mon sac MJ qui méritait bien plus d’honneurs que le vilain flouté infligé dernièrement par le truchement de mon Iphone.

Pour ce qui est des références de toutes les moderies que je vous impose aujourd’hui, vous m’excuserez, mais je ne suis pas La Redoute. Et aussi j’ai un peu la flemme. Je suis en train de faire une tarte au foie.

39

Big Apple Red

Les copains, je viens de faire une horrible constatation : le vernis O.P.I. c’est plus du tout ce que c’était. Le vernis O.P.I. c’est rien que de la merde. Force est de constater que le it vernis de la blogueuse, encensé sur moults journaux intimes de l’Internet depuis des années, est en passe d’être foudroyé par le syndrome Dreyfuss. Misère !

Jérôme, dont on a adoré les sacs à 600 boules à la base, et qu’on a cloué au pilori de la médiocrité à cause qu’il fait rien qu’à changer la qualité des cuirs depuis que sa notoriété a atteint les cimes de sa grosse tête. Classique. N’empêche qu’on vit toutes très mal cette trahison, avec nos sacs caméléons qui changent de couleur tous les 6 mois, au gré du délavage de nos Billy adorés. Zyva, Jéjé, ta mère fait du macramé ou quoi ?

38