mai, 2010

Je suis pas d’accord !

Bonjour tous le monde sur mon blogue, c’est de nouveau Brian (très en colaire !).
Je vous passerez vos salutations distinguer quand au fait que je soye pas trop présent sur le blogue, car je suis très énervé.
Figurez-vous qu’il marive la meme chose qu’une blogueuse de l’influance mode qui a vu son soi-disant visage sur des teeshirts Zara.
Et ben moi, alors que je me promener avec Nadège (je l’ai toujours pas sauter, je vous dirai quand on aura fait l’amoure vous inquiéter pas), on regardait les boutiques car elle voulait acheté une paire de cuissardes en plastique et poum on tombe sur ça : mon prénom sur des torchons !

Je veux bien croire que je suis célèbre (j’écrit les billets à thune de Violette, c’est pas rien), mais y’a des limites ! D’où qu’on ne me demande pas mon accord pour graver « Brian » sur les trucs pour essuyé la vaisselle ? Je suis vraiment colaire.
Comme Nadège, son oncle il a triplé sa première année de droit, elle va y demandé comment on peut faire pour le procès aux assiégés (ou je sais plus trop comment on dit) et pour que je gagne des indemnisations compensataires.

Ah ça, ça va pas se passé comme ça, foi de Brian !

Brian

14

MiniJet (presque) privé

Bon alors, cette soirée chez S.T. Dupont, avenue Montaigne, en compagnie de Lord de Winter ?
J’arrive, les copains, j’arrive. J’enlève juste l’huile solaire qui graisse mon azerty et je suis à vous.

J’ai vécu un moment assez magique, mardi dernier, chez la marque chargée d’affect, au milieu des briquets et stylos (dont celui un peu show-off que Sarkozy a offert au président chinois dernièrement). Comme quoi l’histoire nous rattrape toujours, même au milieu des petits fours.
Je me suis tenue à carreau avec mon invité, me mordant les lèvres chaque instant pour ne pas faire dévier la conversation vers mon dernier vernis Essie. Non, non, on a causé Bac +5, études, Proust et Colette. Pour une fois que je me cultive au milieu des blogueurs, je pense que quelqu’un avait déposé un cierge à la cathédrale, c’est pas possible autrement.

107

Décélérer

Bon, les boudins, c’est pas tout ça, mais je me casse en campanule. Je crois que Paris et moi on est plus trop potos en ce moment. Afin de raviver la flamme, je m’en vais souffler 3 jours et tenter de choper 2 ou 3 coups de soleil afin d’essayer de reconquérir le coeur de ma ville à mon retour. Paris n’aime pas les gonzesses trop bronzées, de toute façon.
Là, je crois que j’ai tout, et je vous laisse avec cette réflexion que je me faisais il y a tout juste 10 minutes : C’est pas parce que tu vas bronzer en province qu’il faut t’imposer du maillot cheapos, ma grande ! Irrécupérable…

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine avec un tunnel de billets sponsorisés. Heureusement que Brian a beaucoup de temps libre depuis qu’il a cassé avec Karen ; il peut ainsi faire office de nègre.

30